Navigation – Plan du site
Lieux dangereux, enquêtes à distance

Une ethnographie à distance ?

Retour critique sur l’anthropologie de la violence en République centrafricaine
Jacky Bouju
p. 153-162

Résumés

Cet article marque une étape dans notre recherche sur la violence en République centrafricaine. Mais depuis 2012, au cours des événements dramatiques qui ont bouleversé la RCA, la violence, sous toutes ses formes, s’est installée à l’avant-scène d’une actualité fortement médiatisée. C’est ainsi que, pour des raisons de sécurité, l’accès au terrain fut interdit aux chercheurs. La frustration de l’anthropologue s’est alors nourrie du visionnage quotidien de micros-films de reportages et de témoignages postés sur internet. Dans une perspective réflexive et critique sur l’ethnographie de la violence, notre papier s’interroge sur la manière dont les événements ont fait évoluer notre objet de recherche. Tout en décrivant comment la réflexion anthropologique a pu continuer « à distance » de l’expérience de terrain, on s’interrogera sur ce qui peut être gagné ou perdu en terme de compréhension par le fait d’avoir été hors de toute observation participante sur le terrain. L’observation qui est le meilleur moyen d’investigation n’est cependant pas appropriée à toutes les investigations. Alors, une ethnographie de la violence réside peut-être moins dans la réitération de l’observation sur place que dans la volonté de résoudre par tout moyen à disposition une question nouvelle posée à un objet de recherche connu.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

On s’accorde aujourd’hui à considérer que sous l’effet de la mondialisation et des conjonctures nouvelles auxquelles sont confrontées les populations, les terrains se sont métamorphosés au point de mettre en question, violemment parfois, la posture et la méthode de l’anthropologue (Copans et Genest, 2000 : 5). L’accès au terrain est devenu « difficile », les objets de recherche « sensibles » et les lieux d’enquête parfois dangereux. En 2006, j’ai pris la direction d’un programme de recherche comparative sur un sujet « sensible » : les formes de la violence ordinaire dans différentes villes d’Afrique au sud du Sahara. A partir d’études de cas, il s’agissait de comprendre la violence ordinaire des rapports sociaux en s’interrogeant sur son rapport avec le changement social. En effet, la violence ordinaire qui participe d’un continuum d’échanges sociaux quotidiens témoignait cependant de l’impossible résolution pacifique des conflits interpersonnels (Bouju et de Bruijn, 2014). A Bangui...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacky Bouju, « Une ethnographie à distance ? », Civilisations, 64 | 2015, 153-162.

Référence électronique

Jacky Bouju, « Une ethnographie à distance ? », Civilisations [En ligne], 64 | 2015, mis en ligne le 30 décembre 2018, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://civilisations.revues.org/3933 ; DOI : 10.4000/civilisations.3933

Haut de page

Auteur

Jacky Bouju

est maître de conférence au département d’anthropologie de l’Université d’Aix-Marseille et chercheur à l’Institut des mondes africains (IMAF) d’Aix-en-Provence qu’il a dirigé pendant sept ans. Ses recherches en cours portent sur la transition humanitaire. Il a publié ces dernières années sur la question de la violence ordinaire et de ses rapports à la sorcellerie en Afrique centrale, sur l’application de l’anthropologie au développement, sur la gouvernance urbaine et sur l’anthropologie des déchets au Burkina Faso. [Institut des mondes africains (IMAf), UMR 8171 (CNRS) 243 (IRD), Université d’Aix Marseille (AMU) 5, rue du Château de l’Horloge, BP 647, 13094 Aix-en-Provence Cedex 2 – bouju@mmsh.univ-aix.fr]

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page