Navigation – Plan du site
Terrains sensibles

Enquêter sur la violence

Défis méthodologiques et émotionnels
Sylvie Ayimpam
p. 57-66

Résumés

Il est question dans cette contribution de porter un regard réflexif sur l’évolution des postures méthodologiques à travers des enquêtes ayant eues comme point focal l’étude des « violences ordinaires ». Ces postures méthodologiques sont passées d’une attention exclusivement centrée sur les positions et les discours victimaires à la construction d’une approche diachronique et situationnelle qui a permis de mettre en exergue les cycles d’échange de la violence. La principale question étant de savoir si le chercheur devait considérer comme de la violence des actes que les enquêtés ne définissaient pas comme tels et vice-versa. Or, les violences liées aux phénomènes de répression sociale anti-sorcière correspondent bien, semble-t-il, à ces formes de violences « admises » par la société et plus ou moins « tolérées », tant dans l’espace privé que dans l’espace public. Elles renvoient ainsi, aux constructions sociales de l’intolérable. La contribution montre que l’étude de la violence entraine dans tous les cas des dilemmes éthiques et méthodologiques.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce texte est issu d’une communication présentée au Colloque de l’APAD organisée sous le thème « Enquêter en contexte de développement et d’urgence : Accès, Risques, Savoirs, Restitutions », CIRAD & SupAgro, Montpellier 13-15 juin 2013. Je remercie les participants pour leurs commentaires qui m’ont permis d’améliorer le texte.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

La sorcellerie à Kinshasa
Quelle empathie face à la violence ?
Les limites du « tolérable »

Aperçu du début du texte


Une ethnographie de la violence est-elle possible ? Cette question posée conjointement par Gérard Lenclud, Elizabeth Claverie et Jean Jamin il y a une trentaine d’années (1984) trouve encore sa pertinence aujourd’hui, lorsqu’on investigue les formes de la violence en lien avec la question de la sorcellerie en Afrique. Je tenterai d’apporter quelques éléments de réponse à cette question en m’appuyant sur ma propre expérience ethnographique, et d’analyser les problèmes méthodologiques et éthiques soulevés par les recherches sur le thème de la violence sociale en général, et sur celui de la violence liée à la sorcellerie en particulier. S’il s’agit des questions sensibles quel que soit le terrain où on peut les aborder, elles prennent une dimension particulière quand on y travaille dans une ville comme Kinshasa, où règne une effervescence par rapport à la question de la sorcellerie.

Il sera question dans cette contribution de porter un regard réflexif sur l’évolution des postures méthod...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Ayimpam, « Enquêter sur la violence », Civilisations, 64 | 2015, 57-66.

Référence électronique

Sylvie Ayimpam, « Enquêter sur la violence », Civilisations [En ligne], 64 | 2015, mis en ligne le 30 décembre 2018, consulté le 28 mars 2017. URL : http://civilisations.revues.org/3852 ; DOI : 10.4000/civilisations.3852

Haut de page

Auteur

Sylvie Ayimpam

est socio-anthropologue, et docteur en sciences politiques et sociales de l’Université catholique de Louvain. Elle est actuellement chercheur post-doctorant à l’Institut des mondes africains (IMAf), dans le cadre du Programme Paris Nouveaux Mondes-Université Paris 1 Panthéon Sorbonne. Ses recherches portent notamment sur les stratégies de survie en milieu populaire urbain, sur les violences sociales ordinaires, sur la régulation sociale en contexte de crise et sur l’informalité en contexte migratoire. [Institut des mondes africains, Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme, 5 rue du Château de l’Horloge, B.P. 647, 13094 Aix-en-Provence Cedex 2, France – ayimpam@mmsh.univ-aix.fr]

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page