Navigation – Plan du site
Terrains sensibles

L’apport heuristique d’une implication incontournable

L’exemple d’une recherche sur un terrain « sensible » (Israël-Palestine) *
Karine Lamarche
p. 35-44

Résumés

Plusieurs travaux récents ont souligné les difficultés inhérentes aux terrains dits sensibles et l’intérêt de considérer la subjectivité du chercheur comme un élément à part entière de l’enquête. Dans la lignée de ces travaux, cet article se propose de revenir sur les conditions de réalisation d’une recherche sur les Israéliens militant contre l’occupation des Territoires palestiniens. Il montre que mon implication sur ce terrain a été incontournable à plus d’un titre, mais aussi qu’elle a été heuristiquement féconde dans le sens où elle m’a permis de mieux appréhender le vécu de mes enquêtés et a fait naître de nouveaux questionnements sur les conséquences, au niveau personnel, d’un engagement considéré par beaucoup en Israël comme une trahison.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Terrain sensible : engagement incontournable ?
Faire de difficulté vertu et de l’implication, un outil de compréhension

Aperçu du début du texte

Peu de terrains sont aussi chargés affectivement que l’espace israélo-palestinien et font l’objet d’une couverture médiatique aussi importante. La saturation d’images sur le conflit qui s’y déroule depuis plus de soixante ans tend à en donner une impression de familiarité et à faciliter une forme d’appropriation, souvent partielle et partiale, par tout un chacun. En France, la présence de nombreuses personnes de confession juive ou musulmane, le passé colonial en Afrique du Nord et la politique antisémite de Vichy pendant la Seconde Guerre mondiale renforcent encore l’intérêt pour la situation au Proche-Orient. La crispation autour des questions ethniques et religieuses contribue également aux lectures manichéennes qui peuvent en être faites : Juifs d’un côté, Arabes et musulmans de l’autre ; Israël versus Palestine. Et les périodes où la violence revient sur le devant de la scène médiatique n’aident pas à dépasser cette vision de deux camps antagonistes entre lesquels il n’y aurait...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Karine Lamarche, « L’apport heuristique d’une implication incontournable », Civilisations, 64 | 2015, 35-44.

Référence électronique

Karine Lamarche, « L’apport heuristique d’une implication incontournable », Civilisations [En ligne], 64 | 2015, mis en ligne le 30 décembre 2018, consulté le 28 mars 2017. URL : http://civilisations.revues.org/3822 ; DOI : 10.4000/civilisations.3822

Haut de page

Auteur

Karine Lamarche

est chargée de recherche au CNRS, rattachée au Centre nantais de sociologie (CENS). Ses recherches concernent l’espace israélo-palestinien, appréhendé à travers une sociologie de l’engagement, du militantisme et des rapports ordinaires au politique, mais aussi plus récemment des migrations et de la citoyenneté. Sa thèse de doctorat a été publiée sous le titre : Militer contre son camp ? Des Israéliens engagés aux côtés des Palestiniens (PUF, 2013). [CENS – Centre nantais de sociologie, 23 rue du Recteur Schmitt, BP 81 227, 44312 Nantes Cedex 3, France – karine.lamarche@univ-nantes.fr]

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page