Navigation – Plan du site
II. Territoires de l’Ancestralité ou Ancestralité dans les territoires

La figure du fondateur comme incarnation du public

Mutations de l’ancestralité en contexte urbain
(Delta des Perles, Chine)
Anne-Christine Trémon
p. 123-142

Résumés

Cet article se propose de revisiter l’ancestralité dans un ancien village situé dans la Zone économique spéciale (ZES) de Shenzhen, en Chine ; créée presque ex-nihilo en 1980, celle-ci est devenue une mégalopole de plus de huit millions d’habitants. Il s’agit de montrer comment l’ancestralité s’est métamorphosée dans le contexte de l’urbanisation. Depuis la création de Shenzhen, le village quasi mono-lignager des Chen, fondé au 18ème siècle, a vu sa population fortement augmenter. Désormais fondu dans l’agglomération urbaine, il n’existe plus administrativement comme village. Cet article montre comment les changements liés à l’urbanisation, et principalement la réforme foncière, se sont accompagnés d’une modification du rapport aux ancêtres, en se penchant plus particulièrement sur le statut de l’ancêtre fondateur du lignage-village et la place renforcée que celui-ci s’est vu conférer. Sa tombe, menacée de destruction par les plans d’urbanisation, a été préservée par la construction d’un mausolée qui la surplombe et qui sert également de cimetière public. Plus largement, la figure de l’ancêtre fondateur sert de porte-drapeau à l’action et à l’identité collective des membres de l’ancienne communauté villageoise. On assiste ainsi, en dépit de, mais aussi en raison même de la disparition du village mono-lignager, à une reformulation de l’ancestralité dans le nouveau cadre urbain. L’ancestralité a muté à travers un nouveau partage de l’équilibre entre « privé » et « public ».

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Les ancêtres menacés de destruction 
L’ancêtre commun et les ancêtres proches
L’ancêtre fondateur comme unificateur du collectif
Conclusion

Aperçu du début du texte

Fort-les-Pins était jusqu’à récemment un village quasi mono-lignager emblématique du « complexe lignager-villageois » mis en évidence par Maurice Freedman (1958, 1966) pour la région du delta des Perles de la province du Guangdong. La dernière édition de la généalogie des Chen de Fort-les-Pins, parue en 2000, retrace l’histoire du lignage et détaille les liens reliant les habitants du village et leurs parents installés à Hong Kong ou à l’Outre-mer à l’ancêtre fondateur Chen Zhenneng 陈振能. La profondeur généalogique qui atteint, selon les branches, au maximum dix à douze générations, n’est pas très importante au regard d’autres lignages de la région. Ceci tient à ce que les Chen de Fort-les-Pins appartiennent à la minorité ethnolinguistique hakka, formée au cours de plusieurs siècles de migration (Cohen 1996 ; Leong 1997). Dans le delta des Perles, les Hakkas étaient des nouveaux venus au regard de la population cantonaise plus anciennement installée. Venu du nord de la province du Gu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Christine Trémon, « La figure du fondateur comme incarnation du public », Civilisations, 63 | 2014, 123-142.

Référence électronique

Anne-Christine Trémon, « La figure du fondateur comme incarnation du public », Civilisations [En ligne], 63 | 2014, mis en ligne le 30 septembre 2018, consulté le 19 septembre 2017. URL : http://civilisations.revues.org/3710 ; DOI : 10.4000/civilisations.3710

Haut de page

Auteur

Anne-Christine Trémon

est actuellement maître d’enseignement et de recherche à l’université de Lausanne et directrice du Laboratoire d’Anthropologie Culturelle et Sociale (LACS). Elle a été post-doctorante à l’Institut d’Ethnologie de l’Academia Sinica à Taiwan et a enseigné à l’EHESS et à l’École normale supérieure de Paris. Elle a mené des recherches au sein de la communauté chinoise en Polynésie française et conduit actuellement un projet en Chine portant sur la relation entre les villages d’émigration et leur diaspora dans le contexte des transformations chinoises.
[Université de Lausanne, Institut des sciences sociales, Laboratoire d’anthropologie culturelle et sociale, Quartier UNIL-Mouline, Géopolis 5331, 1015 Lausanne, Suisse  – anne-christine.tremon@unil.ch]

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page