Civilisations http://civilisations.revues.org Civilisations. Revue d'anthropologie fondée en 1951. Emanation de l'Institut de Sociologie de l'ULB. Trois numéros par an en français et en anglais. De l’objet tabou au racisme respectable Objet de recherche tabou, l’évocation du « racisme » suscite, sur le terrain, des réactions qui témoignent de la transgression d’un interdit. Ce caractère se double, en Corse, d’une excitabilité spécifique, liée aux accusations de racisme portées, au cours des années 2000, par plusieurs acteurs institutionnels et politiques. Comment mener l’enquête dans un tel contexte ? Cet article vise à éclairer les implications épistémologiques et méthodologiques d’une recherche en terrain sensible. Après avoir souligné les choix méthodologiques effectués en amont et lors de l’enquête de terrain, en insistant sur le caractère inductif de la démarche et ses implications, il évoque la manière dont ces choix ont pu conduire à saisir de manière privilégiée le « racisme respectable » caractérisé par Rachad Antonius (2002 : 253).

]]>
Marie Peretti-Ndiaye http://civilisations.revues.org/3869 2016-03-18
Une ethnographie à distance ? Cet article marque une étape dans notre recherche sur la violence en République centrafricaine. Mais depuis 2012, au cours des événements dramatiques qui ont bouleversé la RCA, la violence, sous toutes ses formes, s’est installée à l’avant-scène d’une actualité fortement médiatisée. C’est ainsi que, pour des raisons de sécurité, l’accès au terrain fut interdit aux chercheurs. La frustration de l’anthropologue s’est alors nourrie du visionnage quotidien de micros-films de reportages et de témoignages postés sur internet. Dans une perspective réflexive et critique sur l’ethnographie de la violence, notre papier s’interroge sur la manière dont les événements ont fait évoluer notre objet de recherche. Tout en décrivant comment la réflexion anthropologique a pu continuer « à distance » de l’expérience de terrain, on s’interrogera sur ce qui peut être gagné ou perdu en terme de compréhension par le fait d’avoir été hors de toute observation participante sur le terrain. L’observation qui e...

]]>
Jacky Bouju http://civilisations.revues.org/3933 2016-03-18
L’imam, l’expert et le diplomate Durant la crise malienne de 2012-2013, les conditions d’enquête de terrain au sein des associations islamiques de Bamako furent particulièrement modifiées. Les difficultés d’accès aux acteurs et aux données nécessitent de recourir à des informations de seconde main, fournies par les journalistes, fonctionnaires ou diplomates, formant ainsi une véritable « économie du renseignement » autour du religieux, dans laquelle l’ethnographe est impliqué. Ces conditions sont symptomatiques d’un contexte impliquant la guerre française « contre le terrorisme ». Le regain d’intérêt envers les acteurs religieux génère une inflation discursive sur l’islam, permettant notamment d’informer les programmes internationaux de développement mis en place à destination de l’islam « modéré ». A partir d’un retour réflexif sur les conditions d’enquête de terrain au sein du Haut Conseil Islamique du Mali en 2013, et d’une étude des usages de la catégorie de « wahhabite », je cherche à montrer la manière dont l...

]]>
Pierre Prud’homme http://civilisations.revues.org/3918 2016-03-18
“You shouldn’t be seen talking to them !” Close to Durban, South Africa, a group of township residents protested against the allocation of houses in a local development project and the alleged scale of corruption therein. The group soon faced severe threats and intimidations by the governing elite and as these tensions intensified, my research was transformed into a form of “accidental frontline anthropology”. While unravelling the tensions between the different local actors involved promised invaluable insights into local political culture, the dilemmas of maintaining pre-existing social relationships on both sides of the conflict were also evident : I needed to counter critical suspicions about my past and present work in the township, engaging in conscious impression management. The paper explores the question of how we are compelled to adjust our practices in the field, when grappling with situations of doubt, vexing uncertainty and disorientation. It explores the development of a series of pragmatic, improvised field s...

]]>
Eva Riedke http://civilisations.revues.org/3908 2016-03-18
“In dreams begin responsibilities” On May 26th 1997, the Australian Human Rights and Equal Opportunity Commission (HREOC) tabled one of the most shocking and painful reports that Australia had ever seen. The Bringing Them Home report (Wilson and Dodson, 1997) was the result of months of consultations right across the continent of Australia, and established that between the years of 1910 until the late 1970’s between one in three and one in ten Indigenous children were forcibly removed from their families. This paper argues that an ethnographic exploration of trauma (while just one modality of understanding suffering) calls for a more involved and deliberate methodological approach. Key to this is understanding the question of how to represent, write, and articulate the difficulties of lives caught in the moral web of suffering. This article concludes with a focus on the issue of writing to do justice to these very lives arguing for a commitment to our research participant’s anxieties and concerns with the anthropolog...

]]>
Fiona Murphy http://civilisations.revues.org/3879 2016-03-18
L’engagement (scientifique) sensible A partir d’une recherche qualitative portant sur la gestion du secret de la séropositivité chez des femmes migrantes originaires d’Afrique subsaharienne et séropositives vivant en Suisse, cet article s’intéresse aux dimensions méthodologiques et éthiques liées aux enquêtes sur des terrains sensibles. Les notions de posture, d’engagement et de participation sont ici explorées. Afin d’illustrer les enjeux éthiques, les difficultés et les choix méthodologiques que ce type d’enquête soulève, le texte se structure en deux parties. La première partie propose une réflexion autour des contraintes institutionnelles liées à une recherche en milieu hospitalier. La deuxième partie porte sur la dimension politique de la recherche: ses retombées (réelles, imaginées ou espérées) ont une portée pratique dans la vie des femmes interviewées. La notion de participation révèle l’émergence d’une forme de citoyenneté dans la production et la restitution des résultats.

]]>
Michela Villani Francesca Poglia Mileti Laura Mellini Brikela Sulstarova Pascal Singy http://civilisations.revues.org/3834 2016-03-18
L’apport heuristique d’une implication incontournable Plusieurs travaux récents ont souligné les difficultés inhérentes aux terrains dits sensibles et l’intérêt de considérer la subjectivité du chercheur comme un élément à part entière de l’enquête. Dans la lignée de ces travaux, cet article se propose de revenir sur les conditions de réalisation d’une recherche sur les Israéliens militant contre l’occupation des Territoires palestiniens. Il montre que mon implication sur ce terrain a été incontournable à plus d’un titre, mais aussi qu’elle a été heuristiquement féconde dans le sens où elle m’a permis de mieux appréhender le vécu de mes enquêtés et a fait naître de nouveaux questionnements sur les conséquences, au niveau personnel, d’un engagement considéré par beaucoup en Israël comme une trahison.

]]>
Karine Lamarche http://civilisations.revues.org/3822 2016-03-18
Objets tabous, sujets sensibles, lieux dangereux Les disciplines des sciences sociales recourant à l’enquête sont aujourd’hui particulièrement sensibles aux différents problèmes éthiques et méthodologiques que soulève l’enquête en « terrain difficile ». Cette préoccupation n’est pas nouvelle : il y a vingt ans, l’ouvrage pionnier de Claire Renzetti et Raymond Lee (1993) défrichait la question. Dans le monde francophone, il y eut plus récemment l’ouvrage de Florence Bouillon, Marion Frésia et Virginie Tallio en 2005. Mais en vingt ans, le monde a beaucoup changé. Les lieux traversés par l’insécurité sociale et la violence politique se sont généralisés et des formes nouvelles de vulnérabilité de l’enquêteur et de ses informateurs ont surgi dans des contextes « glocalisés » devenus suspicieux. Il reste donc beaucoup à dire sur les défis éthiques, les bricolages méthodologiques et les conséquences épistémologiques que soulève l’enquête sur des objets tabous, des sujets sensibles, avec des personnes vulnérables ou condamnables ou en mi...

]]>
Sylvie Ayimpam Jacky Bouju http://civilisations.revues.org/3803 2016-03-18
Mise en scène de l’innocence et jeux d’attention Si enquêter en contexte autoritaire peut contraindre à suivre les canaux officiels, nombre d’espaces demeurent aisément accessibles sans permis de recherche. Mais le caractère « difficile » de certains terrains n’est pas toujours évaluable a priori, et la frontière du possible peut ne devenir saisissable qu’une fois franchie. Cet article décrit et analyse les difficultés rencontrées lors de mon enquête sur les rassemblements de retraités dans un parc public de Pékin, où mes venues répétées ont été soumises à la surveillance de gardes de sécurité en civil et en uniforme. En tentant de réconcilier le concept goffmanien de role performance avec la phénoménographie et l’autographie proposées par Albert Piette, la contribution vise à examiner la façon dont l’ethnographe négocie, par son mode de présence à la fois physique et mental, la définition de la situation imposée sur son terrain. La performance de la suspicion par les individus en charge de la surveillance donne lieu à des coprése...

]]>
Lisa Richaud http://civilisations.revues.org/3810 2016-03-18
Enquêter sur la violence Il est question dans cette contribution de porter un regard réflexif sur l’évolution des postures méthodologiques à travers des enquêtes ayant eues comme point focal l’étude des « violences ordinaires ». Ces postures méthodologiques sont passées d’une attention exclusivement centrée sur les positions et les discours victimaires à la construction d’une approche diachronique et situationnelle qui a permis de mettre en exergue les cycles d’échange de la violence. La principale question étant de savoir si le chercheur devait considérer comme de la violence des actes que les enquêtés ne définissaient pas comme tels et vice-versa. Or, les violences liées aux phénomènes de répression sociale anti-sorcière correspondent bien, semble-t-il, à ces formes de violences « admises » par la société et plus ou moins « tolérées », tant dans l’espace privé que dans l’espace public. Elles renvoient ainsi, aux constructions sociales de l’intolérable. La contribution montre que l’étude de la violence ent...

]]>
Sylvie Ayimpam http://civilisations.revues.org/3852 2016-03-18