Skip to navigation – Site map

Ligne éditoriale

Civilisations publie des articles relevant des différents champs de l'anthropologie, sans exclusive régionale ou temporelle. La revue s'engage à promouvoir particulièrement la publication de textes où les approches de l'anthropologie, de l'histoire et de la sociologie se renforcent mutuellement, révélant ainsi les processus de construction des sociétés. Outre cet intérêt pour les dynamiques culturelles, Civilisations entend soutenir la réflexion sur la démarche anthropologique dans ses rapports avec les autres sciences humaines. Un thème sera mis à l'honneur dans chaque numéro mais des varia seront les bienvenus.

Historique

La revue Civilisations est née en janvier 1951 comme organe de l'Institut International des Sciences Politiques et Sociales Appliquées aux Pays de Civilisations Différentes, lui-même issu en 1948 d'une refonte de l'Institut Colonial International (fondé en 1894) ; un passé lourd à assumer pour une revue qui se redéfinit autour d'un axe anthropologique. Il sera rebaptisé plus opportunément, quelques années plus tard (1954), « Institut International des Civilisations Différentes » (INCIDI). Cette association basée en Belgique avait pour mission, dans les années 1950 et 1960, de favoriser l'étude des situations de contacts interculturels et d'agir comme forum de discussion sur cette problématique, notamment avec des représentants des pays du sud sur la voie des indépendances. Outre des articles sous forme de varia, la revue intégrait de nombreux comptes-rendus, documents, bibliographies et une volumineuse chronique trimestrielle d'information sur les évolutions socio-politiques de l'Afrique, de l'Asie et de l'Amérique latine.

Après le milieu des années 1960, alors que les indépendances avaient pour la plupart été acquises dans les anciennes colonies, l'association semble avoir amorcé un déclin dans son rôle de cénacle international, jusqu'à sa mise en liquidation, faute de subsides, en 1982. A l'inverse, la revue a gardé sa vitesse de croisière inchangée jusqu'en 1980, consacrant l'essentiel de ses pages aux problèmes sociaux et politiques de ce que l'on appelait à l'époque le « Tiers-Monde ». Alors même que l'INCIDI allait disparaître, son secrétaire Jean-Paul Harroy réussit à sauver la revue en assurant sa reprise par l'Institut de Sociologie de l'Université libre de Bruxelles, initiative salutaire certes mais qui s'accompagna d'un recentrement autour de ce même Institut, alors que la revue était plus interuniversitaire et plus internationale auparavant. Dans la foulée, la revue cessa la publication de varia au profit de numéros thématiques, et ce dès le volume 31 consacré au populisme (1981).

Depuis vingt ans, cette formule a bien fonctionné, mais la publication ininterrompue d'actes de colloques ou de numéros spéciaux a entraîné, au cours du temps, une indétermination de plus en plus prononcée des objectifs de la revue, objectifs que nous avons reprécisés au sein du nouveau comité éditorial et qui sont synthétisés dans la présentation de la revue donnée plus haut.