Navigation – Plan du site

Publications récentes du Centre d’anthropologie de l’ULB relatives au Congo

Pierre Petit
p. 275-276
  • 1 Théodore Verhaegen, avocat bruxellois, fut le principal promoteur de la création de l’ULB, en 1834.

L’ULB dispose d’une longue tradition de recherche sur la société congolaise. La récente exposition Théodore au Congo1 (décembre 2005) a ainsi pu présenter de multiples documents académiques témoignant de l’intérêt continu porté à l’ancienne colonie. On aurait cependant tort de croire que les sciences humaines se complaisent dans une nostalgie ambiguë à ce propos, car le renouveau des études sur le Congo à l’ULB est porté par une vague de recherches sur les dynamiques contemporaines de la société, comme le démontre le présent volume. Cet intérêt nouveau n’estompe pas celui pour l’organisation ancienne des sociétés villageoises, ni la relecture du passé colonial. En témoigne un passionnant ouvrage d’une jeune historienne, Amandine Lauro, sur les questions de rapports de genre, de race et de sexualité à l’aube de la colonisation : Coloniaux, ménagères et prostituées au Congo belge (1885-1930), (2005) présenté ci-dessous en marge des publications du Centre d’anthropologie.

L’intérêt pour l’anthropologie du Congo à l’ULB trouve son origine dans les études que Luc de Heusch consacre depuis deux générations déjà aux sociétés traditionnelles de l’Afrique centrale. Récemment encore, plusieurs ouvrages de synthèse ont remis sur le métier l’étude des systèmes politiques, religieux et économiques de ces sociétés rurales. C’est le cas du troisième volume de la série « Mythes et rites bantous », Le roi de Kongo et les monstres sacrés (2000), où Luc de Heusch envisage  les évolutions historiques du système symbolique kongo depuis un demi millénaire, poussant la comparaison avec ses lointaines filiations haïtiennes dans le cadre du vaudou. Du pouvoir (2002) opère un retour très attendu du même auteur sur ses recherches ethnographiques parmi les Tetela durant les années 1950. Il n’avait jusqu’alors jamais aussi bien mis en évidence ses propres recherches de terrain, employées ici dans le cadre d’une comparaison structurale et historique des systèmes politiques des sociétés forestières, pris entre les figures du potlach, des sociétés initiatiques et du pouvoir sacré. Enfin, dans Les sauniers de la savane orientale (2000), Pierre Petit analyse les représentations et les réseaux sociaux qui se sont développés autour de l’industrie du sel – qui apparaît au terme de la recherche comme un fait social total – parmi les populations luba, bemba et apparentées, de la période précoloniale à nos jours.

Force est de constater qu’à présent, le Congo urbain mobilise davantage l’attention des anthropologues, comme il a été signalé dans l’introduction du dossier. L’économie politique du Congo contemporain, celle d’un Etat morcelé suite à un long conflit, fait l’objet d’une analyse approfondie dans State Failure in the Congo, un ouvrage édité par Saskia Van Hoyweghen, Theodore Trefon et Stefaan Smis. Dans un tel contexte où l’Etat de droit n’est plus et ne peut donc assurer le bien-être de la population, la situation des villes est particulièrement critique. Theodore Trefon a réuni, dans Ordre et désordre à Kinshasa (2004), une série de contributions montrant la créativité que les citadins opposent à cette délitescence, loin il vrai des formes habituelles de l’action collective dans nos pays.

  • 2 Sous la promotion de Pierre Petit et, pour la partie congolaise, de Jean-Baptiste Kakoma puis de Do (...)

Que la crise actuelle de la vie urbaine ne débouche pas sur une « jungle » sans règle, mais bien sur une redéfinition des normes et de l’éthique, apparaît aussi dans les travaux de l’Observatoire du changement urbain. Ce centre de recherche de l’Université de Lubumbashi a été créé, en 2000, sous les auspices de la commission universitaire pour le développement (CUD)2. Il a été le point de départ d’une quinzaine de grandes enquêtes sur la ville de Lubumbashi, beaucoup moins connue que la capitale. Publié sous la direction de Pierre Petit, Ménages de Lubumbashi entre précarité et recomposition (2003) est le résultat d’une enquête qualitative et quantitative portant sur 84 ménages, afin de dresser une première radioscopie de la condition des familles depuis le brusque déclin  des grandes entreprises de la place, autrefois pourvoyeuses d’emploi, de revenus et de services sociaux. Byakula (2004), sous la direction du même auteur, prolonge cette enquête en resserrant la focale autour de l’alimentation, envisagée comme une institution organisant toute la vie sociale, de l’intimité familiale aux réseaux internationaux, du commerce à la religion, des situations de disette à l’éthique de la munificence ou de la convivialité virile. Beaucoup d’autres recherches (sur le deuil, les enfants des rues, etc.) ont été menées par l’Observatoire et quinze rapports de ce centre sont déjà accessibles sur la page Web http://www.unilu.ac.cd/Apropos/recherches/ocu.htm.

D’autres projets de recherche ont bénéficié de l’appui de cet Observatoire. Dans la continuité de recherches sur les étudiants universitaires africains, Benjamin Rubbers a ainsi publié une très intéressante étude sur l’insertion professionnelle des diplômés en médecine de l’Université de Lubumbashi : Devenir médecin en République démocratique du Congo (2004), qui analyse les tribulations des jeunes médecins sur un marché du travail en voie de privatisation accélérée.

L’Observatoire s’est aussi associé au cycle d’expositions Mémoires de Lubumbashi, tenu dans le Musée de la ville. La commissaire des deux premières expositions de ce cycle, Violaine Sizaire, a édité les catalogues qui les accompagnaient. La méthodologie qui a présidé à leur réalisation a été présentée dans sa contribution au présent volume. Mémoires de Lubumbashi : Images, objets paroles (2001) dresse une fresque des mémoires vivantes de la ville, notamment au départ de commentaires, aussi émouvants que pénétrants, fait par leurs propriétaires sur de menus objets de leur passé. Femmes-mode-musique (2003) envisage plus particulièrement les évolutions de l’image sociale des citadines, entre la culture des loisirs et leur autonomisation économique résultant de l’actuelle crise du salariat.

Notes

1 Théodore Verhaegen, avocat bruxellois, fut le principal promoteur de la création de l’ULB, en 1834.

2 Sous la promotion de Pierre Petit et, pour la partie congolaise, de Jean-Baptiste Kakoma puis de Donatien Dibwe.

Haut de page