Skip to navigation – Site map
Réflexivité versus théorisation

L’appel de la théorie : le terrain le plus difficile

Des crises d’identité de l’anthropologie
Jean Copans
p. 165-175

Abstracts

This paper tries to tackle a kind of paradox: theoretical reflection does not seem to be an explicit (or by the way implicit) preoccupation of this issue. However any scientific discipline, including those labeled social sciences, seem to be defined not only by its objects, its approach of reality but also by its type of explanation of the domain under consideration and by the configuration of the abstract notions, i.e. concepts, which designs it, constructs it and provides some sort of intellectual meaning. Half a century ago it was this overall conception that gave anthropology its reputation. Focused on French anthropology, this paper recalls briefly the makings and the evolutions of the discipline's image in the 20th century then its breaking down and transformation at the turn of this century. After a review of the various factors under consideration, the author suggests an explanatory hypothesis: that of the marginalization of the theoretical input as such. The case of poverty studies in the South reveal the false humanitarian spirit that pervades the so-called difficult and sensitive fields of today. This neglects of the epistemological basis of all scientific disciplinary projects, theoretical problematic, turns out to be a dead end and the most sensitive of all fields of research.

Top of page

Text / excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2019.
Read it

Outline

La longue gestation de l’image de marque disciplinaire au 20ème siècle et sa décomposition progressive au tournant du 21ème siècle
La configuration de plus en plus marginale, « sensible » et « difficile » du moment théorique
Les limites des réflexivités méthodologiques, éthiques et empathiques face aux nécessités d’une réflexion conceptuelle propre

Text / first lines

L’anthropologie aujourd’hui, notamment sur les terrains du Sud, est en proie à de nombreuses concurrences et juxtapositions, voire confusions avec les disciplines voisines de la sociologie et de la science politique, pour ne pas évoquer les rencontres plus fréquentes et divergentes entre les anthropologies du Nord et les nouvelles anthropologies des Suds. Ce sont les anthropologues qui, depuis au moins vingt ans, ont soulevé les premiers la préoccupation méthodologique et éthique de la « sensibilité » des nouveaux terrains des crises de la globalisation naissante et la bibliographie portant sur cette interrogation s’est accrue considérablement ces dernières années. Il nous faut d’ailleurs rappeler que les expressions « terrains sensibles » et « terrains difficiles » ne désignent en rien a priori des lieux de violence, d’affrontement physique et de conflit ethno-politique. En effet dès les années 1920 les premières tentatives d’anthropologie appliquée britannique avaient eu à s’affro...

Top of page

References

Bibliographical reference

Jean Copans, « L’appel de la théorie : le terrain le plus difficile », Civilisations, 64 | 2015, 165-175.

Electronic reference

Jean Copans, « L’appel de la théorie : le terrain le plus difficile », Civilisations [Online], 64 | 2015, Online since 30 December 2018, connection on 17 October 2017. URL : http://civilisations.revues.org/3943 ; DOI : 10.4000/civilisations.3943

Top of page

About the author

Jean Copans

est anthropologue et sociologue, africaniste. Il a enseigné et conduit ses recherches à l’EHESS, aux universités de Picardie Jules Verne et de Paris Descartes jusqu’en 2008. Il a été spécialiste du Sénégal et de la confrérie mouride puis plus généralement des classes ouvrières et des entrepreneurs africains. Il a dirigé le CREDU (aujourd’hui IFRA) à Nairobi au cours des années 1980 et a suivi la situation sud-africaine pendant les années 1980-1990. Il est l’auteur ou l’éditeur de nombreux ouvrages ou numéros de revue sur ces différents thèmes ainsi que de plusieurs ouvrages d’introduction ou de vulgarisation de l’anthropologie et des sciences sociales du développement. Il vient de publier Georges Balandier. Un anthropologue en première ligne, Paris : PUF. [Centre population et développement (Ceped), UMR 196 (Université Paris Descartes-IRD), 19 rue Jacob 75006 Paris, France – jean.copans@orange.fr]

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page