Navigation – Plan du site
Réflexivité versus théorisation

L’appel de la théorie : le terrain le plus difficile

Des crises d’identité de l’anthropologie
Jean Copans
p. 165-175

Résumés

Ce texte s’interroge sur le paradoxe (réel ou apparent) qui veut qu’aucun des thèmes de l’appel d’offre de ce numéro ne semble soulever ni explicitement ni implicitement la question de la réflexion théorique. Or toute discipline scientifique, y compris les sciences sociales, se définit d’abord par ses objets, son mode d’approche du réel mais aussi, et jadis c’était même son image de marque première, par sa conception explicative du champ analysé et par sa configuration de notions abstraites, les concepts, qui les abordent, les « construisent » et leur donnent sens. Centré sur l’anthropologie française ce texte rappelle très brièvement les conditions et les conséquences de la gestation de l’image de marque disciplinaire au cours du 20ème siècle puis de sa décomposition et transformation au tournant du 21ème siècle. Cet examen permet d’esquisser une hypothèse, après l’évocation de la variété des facteurs en cause, celle de la marginalisation du moment proprement théorique dans la demande institutionnelle et professionnelle actuelle. L’exemple des « lieux communs » qui dominent les études de la pauvreté et des pauvres depuis un quart de siècle dans les Suds confirme l’humanitarisation perverse qui parasite de plus en plus les terrains dits difficiles. L’oubli des principes épistémologiques inhérents à tout programme disciplinaire apparait alors comme une impasse de première grandeur.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

La longue gestation de l’image de marque disciplinaire au 20ème siècle et sa décomposition progressive au tournant du 21ème siècle
La configuration de plus en plus marginale, « sensible » et « difficile » du moment théorique
Les limites des réflexivités méthodologiques, éthiques et empathiques face aux nécessités d’une réflexion conceptuelle propre

Aperçu du début du texte

L’anthropologie aujourd’hui, notamment sur les terrains du Sud, est en proie à de nombreuses concurrences et juxtapositions, voire confusions avec les disciplines voisines de la sociologie et de la science politique, pour ne pas évoquer les rencontres plus fréquentes et divergentes entre les anthropologies du Nord et les nouvelles anthropologies des Suds. Ce sont les anthropologues qui, depuis au moins vingt ans, ont soulevé les premiers la préoccupation méthodologique et éthique de la « sensibilité » des nouveaux terrains des crises de la globalisation naissante et la bibliographie portant sur cette interrogation s’est accrue considérablement ces dernières années. Il nous faut d’ailleurs rappeler que les expressions « terrains sensibles » et « terrains difficiles » ne désignent en rien a priori des lieux de violence, d’affrontement physique et de conflit ethno-politique. En effet dès les années 1920 les premières tentatives d’anthropologie appliquée britannique avaient eu à s’affro...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Copans, « L’appel de la théorie : le terrain le plus difficile », Civilisations, 64 | 2015, 165-175.

Référence électronique

Jean Copans, « L’appel de la théorie : le terrain le plus difficile », Civilisations [En ligne], 64 | 2015, mis en ligne le 30 décembre 2018, consulté le 25 février 2017. URL : http://civilisations.revues.org/3943 ; DOI : 10.4000/civilisations.3943

Haut de page

Auteur

Jean Copans

est anthropologue et sociologue, africaniste. Il a enseigné et conduit ses recherches à l’EHESS, aux universités de Picardie Jules Verne et de Paris Descartes jusqu’en 2008. Il a été spécialiste du Sénégal et de la confrérie mouride puis plus généralement des classes ouvrières et des entrepreneurs africains. Il a dirigé le CREDU (aujourd’hui IFRA) à Nairobi au cours des années 1980 et a suivi la situation sud-africaine pendant les années 1980-1990. Il est l’auteur ou l’éditeur de nombreux ouvrages ou numéros de revue sur ces différents thèmes ainsi que de plusieurs ouvrages d’introduction ou de vulgarisation de l’anthropologie et des sciences sociales du développement. Il vient de publier Georges Balandier. Un anthropologue en première ligne, Paris : PUF. [Centre population et développement (Ceped), UMR 196 (Université Paris Descartes-IRD), 19 rue Jacob 75006 Paris, France – jean.copans@orange.fr]

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page