Navigation – Plan du site
Lieux dangereux, enquêtes à distance

“You shouldn’t be seen talking to them !”

Accidental frontlines, building trust and coping with danger
Eva Riedke
p. 117-127

Résumés

A proximité de Durban (Afrique du Sud), les habitants d’une cité se sont mobilisés pour protester contre un projet d’aménagement urbain, dénonçant comme corrompu le mode d’attribution des maisons. Ils ont rapidement été confrontés à des menaces et des intimidations des élites. Ces tensions s’intensifiant, ma recherche est devenue, par accident, une « anthropologie de première ligne ». L’analyse des tensions entre les différents acteurs locaux a jeté un éclairage original sur la culture politique locale. J’étais néanmoins confrontée au dilemme de maintenir ou non les liens établis préalablement de part et d’autre de la ligne de fracture. Je devais faire face aux suspicions sur mes recherches, présentes et passées, en recourant consciemment à une « gestion de l’impression ». Cet article étudie la manière dont on ajuste ses pratiques sur le terrain lorsqu’on fait face à des situations de doute, d’incertitude et de désorientation. Il analyse une série de stratégies improvisées pragmatiquement, notamment pour (r)établir la neutralité et la confiance ; l’évolution des rapports de pouvoir entre le chercheur et ses hôtes ; la force des rumeurs dans les contextes de conflit ; la dialectique complexe de l’empathie et du détachement. Envisagé d’un point de vue réflexif, l’inconfort de l’ethnographe présente une certaine plus-value tant sur le plan pratique qu’heuristique.

Haut de page

Notes de l’auteur

I am grateful to Thomas Bierschenk, Nora Brandecker, Claudia Gebauer, Nick Rayner and Norman Schräpel for comments on earlier versions of this text and to the reviewers for helping me clarify my perspective on some of the issues discussed.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Emergence of a “dangerous field”
The “impartial gaze” questioned
Power relations transformed
The conspiracy of rumours
Critical detachment disarmed
Conclusion

Aperçu du début du texte


Somewhere close to the city of Durban, I was spending the late afternoon sometime in early 2013 in the office of Councillor Khumalo, a ward councillor and the man “in charge” in the township where I had been working for the past nine months doing ethnographic research on local political culture. We hadn’t seen each other for a while as he had repeatedly agreed to meet, however always cancelled our appointment at short notice. The political climate had changed in the past few weeks and for the first time in a meeting with him, I observed myself becoming visibly nervous. Also, from his side, there wasn’t the usual informal banter. Instead, his reserved, earnest tone and gesture made clear that today we would need to talk some “serious business. ” The past few weeks had taken a toll on him as existing tensions around a local housing development project had dramatically heightened. A former Umkhonto we Sizwe (MK) soldier, whom the councillor knew well, was murdered and rumours implicate...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Eva Riedke, « “You shouldn’t be seen talking to them !” », Civilisations, 64 | 2015, 117-127.

Référence électronique

Eva Riedke, « “You shouldn’t be seen talking to them !” », Civilisations [En ligne], 64 | 2015, mis en ligne le 30 décembre 2018, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://civilisations.revues.org/3908 ; DOI : 10.4000/civilisations.3908

Haut de page

Auteur

Eva Riedke

is a PhD candidate at the Department of Anthropology and African Studies, Johannes Gutenberg University Mainz. Her current research project is devoted to the topic of political culture, for which she has been conducting ethnographic field research in and around Durban, South Africa, since October 2011. [Institute of Anthropology and African Studies, Johannes Gutenberg-Universität Mainz, Forum universitatis 6, 55099 Mainz, Germany – evriedke@uni-mainz.de]

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page