Navigation – Plan du site
Objets tabous

De l’objet tabou au racisme respectable

Récit d’une enquête en terrain sensible
Marie Peretti-Ndiaye
p. 81-90

Résumés

Objet de recherche tabou, l’évocation du « racisme » suscite, sur le terrain, des réactions qui témoignent de la transgression d’un interdit. Ce caractère se double, en Corse, d’une excitabilité spécifique, liée aux accusations de racisme portées, au cours des années 2000, par plusieurs acteurs institutionnels et politiques. Comment mener l’enquête dans un tel contexte ? Cet article vise à éclairer les implications épistémologiques et méthodologiques d’une recherche en terrain sensible. Après avoir souligné les choix méthodologiques effectués en amont et lors de l’enquête de terrain, en insistant sur le caractère inductif de la démarche et ses implications, il évoque la manière dont ces choix ont pu conduire à saisir de manière privilégiée le « racisme respectable » caractérisé par Rachad Antonius (2002 : 253).

Haut de page

Entrées d’index

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Le racisme en Corse, un objet sensible et tabou
La démarche compréhensive face à un objet détestable
Le racisme respectable

Aperçu du début du texte

[Que penses-tu des actes récents de racisme ?] … Ca t’embête si je ne réponds pas ? [Non.] Je ne préfère pas répondre. [Et que penses-tu de la façon dont ils sont traités médiatiquement ?] … Bah … […] Ça s’est généralisé sur toute la Corse. Un peu toute la Corse qui a été raciste. […] Dès qu’il se passe …dès qu’il y a un attentat contre un Maghrébin ou … je ne sais pas, ou … une autre origine, obligatoirement c’est du racisme. […] [Comment perçois-tu la présence des Maghrébins en Corse ?] Euh … On en revient à la question du racisme …

(Marie, 22 ans)

Le racisme constitue un objet de recherche particulièrement « excitable ». Sur le terrain, l’évocation d’un tel sujet est souvent chargée d’un caractère irritable et se pare de non-dits : aux tabous entourant les contacts entre groupes (Elias et Scotson, 1997) se conjuguent le refus d’évoquer ces manifestations de racisme que l’on sait souvent illégales (Body-Gendrot et Wihtol de Wenden, 2003) et, plus largement, ce rapport d’opposition ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Peretti-Ndiaye, « De l’objet tabou au racisme respectable », Civilisations, 64 | 2015, 81-90.

Référence électronique

Marie Peretti-Ndiaye, « De l’objet tabou au racisme respectable », Civilisations [En ligne], 64 | 2015, mis en ligne le 30 décembre 2018, consulté le 24 mai 2017. URL : http://civilisations.revues.org/3869 ; DOI : 10.4000/civilisations.3869

Haut de page

Auteur

Marie Peretti-Ndiaye

est docteure en sociologie, membre associée au Centre d’analyse et d’intervention sociologiques (CADIS)-UMR 8039, EHESS-CNRS. Sa thèse de doctorat a été publiée sous le titre : Le racisme en Corse. Quotidienneté, spécificité, exemplarité. (Albiana, 2014). [Centre d’analyse et d’intervention sociologiques, UMR 8039, CNRS-EHESS, 190-198 avenue de France, 75244 Paris Cedex 13, France – marie.peretti.ndiaye@gmail.com]

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page