Skip to navigation – Site map
Objets tabous

Enquêter en prison auprès de femmes impliquées dans des violences sexuelles sur mineurs

Myriam Joël
p. 69-79

Abstracts

Sociological investigations on violent women are exceptional and studies on female sexual offenders are non-existent. This article proposes a starting point of reflection by exploring methodological aspects : which difficulties sociologist encounters by working on such an objet ? The first one regards the access to respondents in prison. Repeated interviews enable a solid and trust relationship which promotes the sharing of most terrible secrets. However, other actors of detention show reluctance and disapproval relative to this attention. The second obstacle relates to the feeling of defilement, which is associated with data collection. Indeed sociologist exposes him-herself to an ethical compromise risk. But besides this symbolic contamination, he-she can also experience a curious feeling of glee when he-she is listening to frightful but fruitful stories for his-her research. Thus we can point out a consequence of the consubstantiality of sociology and moral commitment for social actors’ welfare : it is sociologically incorrect to raise this form of jubilation. Finally, such a survey captivates, but transmission of results tends to reactivate the “hot” registry of revolt and indignation.

Top of page

Text / excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2019.
Read it

Outline

Introduction
Réticences et indignation au sein de la détention féminine
Malaise, souillure…
Mais aussi troublante allégresse pendant les entretiens
Evoquer l’indicible
Conclusion

Text / first lines

Introduction

Si les travaux sociologiques sur les femmes violentes font figure d’exception, les études sur les femmes auteures de violences sexuelles sont quant à elles inexistantes. Il existe une étroite relation entre ce vide sociologique et l’occultation telle qu’elle caractérise également l’espace public, les médias concourant à alimenter l’image préconstruite d’une violence spécifiquement masculine. La question des violences sexuelles envers les enfants est paroxystique de cette situation. Présentées comme complices, soumises, contraintes ou manipulées par leur conjoint, les femmes impliquées dans ce type d’agression se voient invariablement assigner un rôle passif dans les faits qu’on leur reproche. Se mêlent ainsi un processus de psychologisation inscrivant cette violence dans une histoire familiale lui donnant sens, et une inclusion de cette violence à l’intérieur d’une domination masculine lui conférant un caractère de subordination (Cardi et Pruvost, 2011). La partition fem...

Top of page

References

Bibliographical reference

Myriam Joël, « Enquêter en prison auprès de femmes impliquées dans des violences sexuelles sur mineurs  », Civilisations, 64 | 2015, 69-79.

Electronic reference

Myriam Joël, « Enquêter en prison auprès de femmes impliquées dans des violences sexuelles sur mineurs  », Civilisations [Online], 64 | 2015, Online since 30 December 2018, connection on 17 October 2017. URL : http://civilisations.revues.org/3861 ; DOI : 10.4000/civilisations.3861

Top of page

About the author

Myriam Joël

a soutenu en 2012 sa thèse « La sexualité en prison de femmes » sous la direction de Philippe Combessie, dans le laboratoire Sophiapol de l’Université Paris Ouest. Elle y questionne le rôle des divers acteurs carcéraux dans les situations à caractère sexuel et a publié divers articles à ce sujet. Plus récemment, elle a ouvert son champ de réflexion à la santé (traitements des patients atteints de cancer, prévention du VIH-sida et des conduites à risques chez les personnes sortant de prison) et à la religion (sexualité chez les religieuses consacrées). [INED, 133 boulevard Davout, 75020 Paris – myriam.joel@yahoo.fr]

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page