Navigation – Plan du site
Objets tabous

Enquêter en prison auprès de femmes impliquées dans des violences sexuelles sur mineurs

Myriam Joël
p. 69-79

Résumés

Si les travaux sociologiques sur les femmes violentes font figure d’exception, les études sur les femmes auteures de violences sexuelles sur mineurs sont quant à elles inexistantes. L’article propose un point de départ à la réflexion au prisme d’une interrogation d’ordre méthodologique : quelles difficultés rencontre le sociologue travaillant sur un tel objet ? La première concerne l’accès aux enquêtées en prison. Si la réalisation d’entretiens répétés permet d’établir une solide relation de confiance propre à favoriser les confidences les plus terribles, les autres acteurs de la détention manifestent des réticences et de la réprobation face à l’attention qui leur est portée. Le second obstacle renvoie à la sensation de souillure associée au recueil de données, le sociologue s’exposant à un risque de compromission éthique. A la contamination symbolique peut cependant s’adjoindre un curieux sentiment d’allégresse à l’écoute de récits épouvantables mais féconds pour la recherche. La consubstantialité de la sociologie et de l’engagement moral pour le « bien » des acteurs sociaux a pour conséquence qu’il est sociologiquement incorrect d’évoquer cette forme de jubilation. Enfin si la réalisation d’une telle enquête captive, la diffusion des résultats tend à réactiver le registre « chaud » de la révolte et de l’indignation.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Réticences et indignation au sein de la détention féminine
Malaise, souillure…
Mais aussi troublante allégresse pendant les entretiens
Evoquer l’indicible
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

Si les travaux sociologiques sur les femmes violentes font figure d’exception, les études sur les femmes auteures de violences sexuelles sont quant à elles inexistantes. Il existe une étroite relation entre ce vide sociologique et l’occultation telle qu’elle caractérise également l’espace public, les médias concourant à alimenter l’image préconstruite d’une violence spécifiquement masculine. La question des violences sexuelles envers les enfants est paroxystique de cette situation. Présentées comme complices, soumises, contraintes ou manipulées par leur conjoint, les femmes impliquées dans ce type d’agression se voient invariablement assigner un rôle passif dans les faits qu’on leur reproche. Se mêlent ainsi un processus de psychologisation inscrivant cette violence dans une histoire familiale lui donnant sens, et une inclusion de cette violence à l’intérieur d’une domination masculine lui conférant un caractère de subordination (Cardi et Pruvost, 2011). La partition fem...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Myriam Joël, « Enquêter en prison auprès de femmes impliquées dans des violences sexuelles sur mineurs  », Civilisations, 64 | 2015, 69-79.

Référence électronique

Myriam Joël, « Enquêter en prison auprès de femmes impliquées dans des violences sexuelles sur mineurs  », Civilisations [En ligne], 64 | 2015, mis en ligne le 30 décembre 2018, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://civilisations.revues.org/3861 ; DOI : 10.4000/civilisations.3861

Haut de page

Auteur

Myriam Joël

a soutenu en 2012 sa thèse « La sexualité en prison de femmes » sous la direction de Philippe Combessie, dans le laboratoire Sophiapol de l’Université Paris Ouest. Elle y questionne le rôle des divers acteurs carcéraux dans les situations à caractère sexuel et a publié divers articles à ce sujet. Plus récemment, elle a ouvert son champ de réflexion à la santé (traitements des patients atteints de cancer, prévention du VIH-sida et des conduites à risques chez les personnes sortant de prison) et à la religion (sexualité chez les religieuses consacrées). [INED, 133 boulevard Davout, 75020 Paris – myriam.joel@yahoo.fr]

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page