Skip to navigation – Site map
Terrains sensibles

Enquêter sur la violence

Défis méthodologiques et émotionnels
Sylvie Ayimpam
p. 57-66

Abstracts

This paper considers the variety of approaches and methods in fieldwork studies about ordinary violence issues. This variety spans from approaches exclusively focused on victims to situational and diachronic approaches revealing long lasting reciprocal violent exchanges. Whatever the approach considered the main issue remains the categorization of violence which is quite often not defined as such by field informants and respondents. This is especially the case with anti-sorcery social violence that is most of the time widely tolerated in any African society. Indeed, this toleration of violence socially draws the moral limits of what is “unacceptable” in a society and of the legitimacy of coercion. Therefore all fieldwork approaches on ordinary violence are confronted with an unsolvable ethical dilemma.

Top of page

Author's notes

Ce texte est issu d’une communication présentée au Colloque de l’APAD organisée sous le thème « Enquêter en contexte de développement et d’urgence : Accès, Risques, Savoirs, Restitutions », CIRAD & SupAgro, Montpellier 13-15 juin 2013. Je remercie les participants pour leurs commentaires qui m’ont permis d’améliorer le texte.

Text / excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2019.
Read it

Outline

La sorcellerie à Kinshasa
Quelle empathie face à la violence ?
Les limites du « tolérable »

Text / first lines


Une ethnographie de la violence est-elle possible ? Cette question posée conjointement par Gérard Lenclud, Elizabeth Claverie et Jean Jamin il y a une trentaine d’années (1984) trouve encore sa pertinence aujourd’hui, lorsqu’on investigue les formes de la violence en lien avec la question de la sorcellerie en Afrique. Je tenterai d’apporter quelques éléments de réponse à cette question en m’appuyant sur ma propre expérience ethnographique, et d’analyser les problèmes méthodologiques et éthiques soulevés par les recherches sur le thème de la violence sociale en général, et sur celui de la violence liée à la sorcellerie en particulier. S’il s’agit des questions sensibles quel que soit le terrain où on peut les aborder, elles prennent une dimension particulière quand on y travaille dans une ville comme Kinshasa, où règne une effervescence par rapport à la question de la sorcellerie.

Il sera question dans cette contribution de porter un regard réflexif sur l’évolution des postures méthod...

Top of page

References

Bibliographical reference

Sylvie Ayimpam, « Enquêter sur la violence », Civilisations, 64 | 2015, 57-66.

Electronic reference

Sylvie Ayimpam, « Enquêter sur la violence », Civilisations [Online], 64 | 2015, Online since 30 December 2018, connection on 27 March 2017. URL : http://civilisations.revues.org/3852 ; DOI : 10.4000/civilisations.3852

Top of page

About the author

Sylvie Ayimpam

est socio-anthropologue, et docteur en sciences politiques et sociales de l’Université catholique de Louvain. Elle est actuellement chercheur post-doctorant à l’Institut des mondes africains (IMAf), dans le cadre du Programme Paris Nouveaux Mondes-Université Paris 1 Panthéon Sorbonne. Ses recherches portent notamment sur les stratégies de survie en milieu populaire urbain, sur les violences sociales ordinaires, sur la régulation sociale en contexte de crise et sur l’informalité en contexte migratoire. [Institut des mondes africains, Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme, 5 rue du Château de l’Horloge, B.P. 647, 13094 Aix-en-Provence Cedex 2, France – ayimpam@mmsh.univ-aix.fr]

By this author

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page