Skip to navigation – Site map
Terrains sensibles

Mise en scène de l’innocence et jeux d’attention

Autographie d’une enquête sous surveillance dans un parc public pékinois
Lisa Richaud
p. 23-34

Abstracts

While conducting fieldwork in authoritarian contexts sometimes entails to follow official channels, in a number of cases, research permissions are not always necessary. Yet, the boundary between sensitive and insensitive issues is not always graspable a priori. This paper reflects upon a recent experience of police intrusion and ongoing surveillance by security guards during my fieldwork in a well-known Beijing public park, where I conducted research on retirees’ collective activities. Repeated visits to the park were subject to monitoring by security guards, both in uniform and in civilian clothes. Drawing on fieldnotes, this contribution intends to examine the ways in which the ethnographer negotiates, both through her physical and mental modes of presence, the definition of the situation imposed upon her field research. From a theoretical standpoint, it attempts to reconcile the goffmanian concept of ‘role performance’ with the methods of ‘autography’ and ‘phenomenography’ coined by anthropologist Albert Piette. The suspicion enacted by those in charge of my surveillance created mainly non-verbal interactions and co-presence which constantly diverted my unsettled attention. Imbued with a heightened sense of visibility, these situations led me to attempt to embrace my own role (that of the ethnographer), in order to perform and convey innocence. More broadly, this article calls for a better integration, in research accounts, of the situational contingencies inherent to the process of data collection and production.

Top of page

Author's notes

Une première version de cet article a été présentée au Workshop « Addressing Field Research Constraints in China » organisé à la LSE en juin 2013, lors duquel j’ai pu bénéficier des nombreuses remarques faites par les participants. Je remercie vivement Gina Aït Mehdi, Laurent Legrain, Mikaëla Le Meur, ainsi que deux relecteurs anonymes pour leur discussion attentive du texte.

Text / excerpt

Cairn

Full-text article available to subscribers or on a "pay per view" basis. It will be available on this URL in January 2019.
Read it

Outline

Introduction
Du pouvoir à la coprésence. Penser l’expérience de la surveillance avec Piette et Goffman
L’insoutenable visibilité de l’être
Mettre en scène son innocence, ou comment jouer à l’anthropologue
Conclusion

Text / first lines

Introduction

L’après-midi du dimanche 27 mai 2012, je sillonne la Colline du Charbon (Jingshan), lieu principal de ma recherche doctorale sur les rassemblements dans les parcs publics de Pékin. Comme dans le reste du pays, les parcs font depuis les années 1980 l’objet d’appropriations quotidiennes par des retraités qui y pratiquent diverses activités collectives, à caractère tant ludique que spectaculaire : chorale, danses, opéra de Pékin traditionnel et révolutionnaire, taiji, ... [photo 1] Le coin nord-ouest de Jingshan revêt toutefois une signification particulière. Chaque dimanche, l’endroit est occupé par des groupes de « discussions » politiques [photo 2]. Les chorales qui s’y réunissent simultanément déploient une symbolique et une rhétorique différentes des autres groupes d’activité du même type, affichant une nostalgie pour la Révolution Culturelle. Ces rassemblements font l’objet de surveillance de la part des autorités, notamment en raison de la sensibilité géographique d...

Top of page

References

Bibliographical reference

Lisa Richaud, « Mise en scène de l’innocence et jeux d’attention », Civilisations, 64 | 2015, 23-34.

Electronic reference

Lisa Richaud, « Mise en scène de l’innocence et jeux d’attention », Civilisations [Online], 64 | 2015, Online since 30 December 2018, connection on 25 March 2017. URL : http://civilisations.revues.org/3810 ; DOI : 10.4000/civilisations.3810

Top of page

About the author

Lisa Richaud

est aspirante du Fonds national de la recherche scientifique et réalise une thèse de doctorat au Laboratoire d’Anthropologie des Mondes Contemporains de l’Université libre de Bruxelles. Sa recherche porte sur les formes contemporaines d’appropriation des parcs publics de Pékin par des générations d’individus aujourd’hui retraités, qui transposent (et transforment) dans ces espaces des pratiques de performance collective apprises durant la période maoïste.[Laboratoire d’anthropologie des mondes contemporains, Institut de Sociologie, CP 124, avenue Jeanne, 44, 1050 Bruxelles – lrichaud@ulb.ac.be]

Top of page

Copyright

© Tous droits réservés

Top of page