Navigation – Plan du site
Terrains sensibles

Mise en scène de l’innocence et jeux d’attention

Autographie d’une enquête sous surveillance dans un parc public pékinois
Lisa Richaud
p. 23-34

Résumés

Si enquêter en contexte autoritaire peut contraindre à suivre les canaux officiels, nombre d’espaces demeurent aisément accessibles sans permis de recherche. Mais le caractère « difficile » de certains terrains n’est pas toujours évaluable a priori, et la frontière du possible peut ne devenir saisissable qu’une fois franchie. Cet article décrit et analyse les difficultés rencontrées lors de mon enquête sur les rassemblements de retraités dans un parc public de Pékin, où mes venues répétées ont été soumises à la surveillance de gardes de sécurité en civil et en uniforme. En tentant de réconcilier le concept goffmanien de role performance avec la phénoménographie et l’autographie proposées par Albert Piette, la contribution vise à examiner la façon dont l’ethnographe négocie, par son mode de présence à la fois physique et mental, la définition de la situation imposée sur son terrain. La performance de la suspicion par les individus en charge de la surveillance donne lieu à des coprésences et des interactions majoritairement non verbales à travers lesquelles l’attention de la chercheuse est constamment ramenée aux regards de ses surveillants. Ces situations conduisent l’anthropologue à réagir par une mise en scène de l’innocence en s’efforçant d’embrasser son propre rôle. L’approche proposée ici contribuera à une réflexion sur l’objectivation des contingences situationnelles inhérentes au processus de collecte et production des données.

Haut de page

Notes de l’auteur

Une première version de cet article a été présentée au Workshop « Addressing Field Research Constraints in China » organisé à la LSE en juin 2013, lors duquel j’ai pu bénéficier des nombreuses remarques faites par les participants. Je remercie vivement Gina Aït Mehdi, Laurent Legrain, Mikaëla Le Meur, ainsi que deux relecteurs anonymes pour leur discussion attentive du texte.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Du pouvoir à la coprésence. Penser l’expérience de la surveillance avec Piette et Goffman
L’insoutenable visibilité de l’être
Mettre en scène son innocence, ou comment jouer à l’anthropologue
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

L’après-midi du dimanche 27 mai 2012, je sillonne la Colline du Charbon (Jingshan), lieu principal de ma recherche doctorale sur les rassemblements dans les parcs publics de Pékin. Comme dans le reste du pays, les parcs font depuis les années 1980 l’objet d’appropriations quotidiennes par des retraités qui y pratiquent diverses activités collectives, à caractère tant ludique que spectaculaire : chorale, danses, opéra de Pékin traditionnel et révolutionnaire, taiji, ... [photo 1] Le coin nord-ouest de Jingshan revêt toutefois une signification particulière. Chaque dimanche, l’endroit est occupé par des groupes de « discussions » politiques [photo 2]. Les chorales qui s’y réunissent simultanément déploient une symbolique et une rhétorique différentes des autres groupes d’activité du même type, affichant une nostalgie pour la Révolution Culturelle. Ces rassemblements font l’objet de surveillance de la part des autorités, notamment en raison de la sensibilité géographique d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Lisa Richaud, « Mise en scène de l’innocence et jeux d’attention », Civilisations, 64 | 2015, 23-34.

Référence électronique

Lisa Richaud, « Mise en scène de l’innocence et jeux d’attention », Civilisations [En ligne], 64 | 2015, mis en ligne le 30 décembre 2018, consulté le 25 février 2017. URL : http://civilisations.revues.org/3810 ; DOI : 10.4000/civilisations.3810

Haut de page

Auteur

Lisa Richaud

est aspirante du Fonds national de la recherche scientifique et réalise une thèse de doctorat au Laboratoire d’Anthropologie des Mondes Contemporains de l’Université libre de Bruxelles. Sa recherche porte sur les formes contemporaines d’appropriation des parcs publics de Pékin par des générations d’individus aujourd’hui retraités, qui transposent (et transforment) dans ces espaces des pratiques de performance collective apprises durant la période maoïste.[Laboratoire d’anthropologie des mondes contemporains, Institut de Sociologie, CP 124, avenue Jeanne, 44, 1050 Bruxelles – lrichaud@ulb.ac.be]

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page