Navigation – Plan du site
Varia

La participation des communautés locales à la marchandisation de la Nature

L’exemple du braconnage des éléphants dans le Rufiji (Tanzanie)
Jean-Luc Paul, Olivier Hamerlynck et Stéphanie Duvail
p. 255-271

Résumés

Depuis quelques années, les éléphants d’Afrique sont à nouveau menacés d’extinction par un braconnage intense et prolongé. L’article s’appuie sur le récit d’un braconnier du Rufiji (Tanzanie) pour examiner les déterminants de la participation villageoise au braconnage des éléphants et les articuler aux résultats de l’examen critique des politiques ultralibérales de conservation de la nature.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

La tragique recrudescence du braconnage des éléphants d’Afrique
Un point de vue ethnographique
La précarité comme condition sine qua none à la participation des villageois au braconnage
La participation des villageois est-elle le maillon faible de la filière du braconnage ?
Pillage, conservation et communautés locales
Conclusion

Aperçu du début du texte

La tragique recrudescence du braconnage des éléphants d’Afrique

Durant la décennie 1979-1989, la population africaine d’éléphants se réduit tragiquement. Plus de 700 000 éléphants sont abattus, soit près de 54 % d’entre eux (Wasser et al.. 2009). L’interdiction totale du commerce de l’ivoire par la CITES en 1989, les campagnes de sensibilisation des consommateurs, notamment occidentaux et japonais, et le financement d’une répression accrue du braconnage permet d’inverser la tendance et d’assister à une croissance générale de la population éléphantine durant les années 1990 et au début des années 2000. Le répit est cependant de courte durée. En 1997 puis à nouveau en 2000, quelques pays arrachent le droit de vendre leur stock d’ivoire ce qui marqua le départ d’une recrudescence du braconnage. Depuis 2006, le taux annuel de réduction de la population éléphantine excède celui des années 1980 et, pour les spécialistes, il outrepasse sensiblement le seuil de survie de l’espèce. Les outils...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Luc Paul, Olivier Hamerlynck et Stéphanie Duvail, « La participation des communautés locales à la marchandisation de la Nature », Civilisations, 63 | 2014, 255-271.

Référence électronique

Jean-Luc Paul, Olivier Hamerlynck et Stéphanie Duvail, « La participation des communautés locales à la marchandisation de la Nature », Civilisations [En ligne], 63 | 2014, mis en ligne le 30 septembre 2018, consulté le 27 juillet 2016. URL : http://civilisations.revues.org/3781 ; DOI : 10.4000/civilisations.3781

Haut de page

Auteurs

Jean-Luc Paul

est anthropologue, maître de conférences à l’Université des Antilles et de la Guyane (Guadeloupe). Membre de l’Unité mixte de recherche 8171 « Institut des mondes africains » <http://imaf.cnrs.fr/>, il  conduit en collaboration avec Stéphanie Duvail et Olivier Hamerlynck des recherches sur les stratégies d’utilisation des ressources naturelles des communautés locales des vallées inondables de l’Afrique Orientale.
[Université des Antilles, UFR SEN, Département pluridisciplinaire, Fouillole, BP 250, 97157 Pointe-à-Pitre, Guadeloupe – jlpaul@univ-ag.fr]

Articles du même auteur

Olivier Hamerlynck

est écologue, consultant international. Membre de KENWEB, le Kenya Wetlands Biodiversity Research Team, <http://www.kenweb.or.ke/>, il conduit en collaboration avec Stéphanie Duvail et Jean‑Luc Paul des recherches sur les stratégies d’utilisation des ressources naturelles des communautés locales des vallées inondables de l’Afrique Orientale.
[National Museums of Kenya, POBox 40658, 00100 Nairobi, Kenya –
olivier.hamerlynck@gmail.com]

Articles du même auteur

Stéphanie Duvail

est géographe, chargée de recherche à l’IRD (France). Membre de l’Unité Mixte de Recherche 208 « Patrimoines Locaux et Gouvernance » de l’Institut de Recherche pour le Développement et du Museum National d’Histoire Naturelle <http://www.paloc.ird.fr/>, elle s’intéresse à la gestion de l’eau en Afrique Subsaharienne et conduit en collaboration avec Olivier Hamerlynck et Jean‑Luc Paul des recherches sur les stratégies d’utilisation des ressources naturelles des communautés locales des vallées inondables de l’Afrique Orientale.
[IRD – UMR 208 « Patrimoines Locaux et Gouvernance », Museum national d’histoire naturelle, 57 rue Cuvier, CP 26, 75231 Paris cedex 05, France – stephanie.duvail@ird.fr]

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page