Navigation – Plan du site
Varia

« Arpenter la patrie retrouvée »

Tourisme mémoriel et tourisme identitaire post-communistes en Transcarpathie
Anne-Marie Losonczy
p. 223-236

Résumés

Au cours des dernières décennies, la Seconde Guerre mondiale et la Shoah ont acquis dans la politique mémorielle et scolaire des pays de l’Europe de l’Ouest le statut d’un patrimoine mémoriel commun européen et même euro-américain. Au contraire, en Europe centrale et orientale, le tourisme mémoriel postcommuniste vers les lieux de vie d’avant les déplacements forcés ou les déportations communistes participe bien plus d’un processus de recomposition des frontières identitaires et ethniques entre groupes et sociétés brutalement éparpillés ou téléscopés ensemble par la répression communiste.
Ce texte analyse deux formes récentes de tourisme mémoriel à destination de la région frontalière de Transcarpathie en Ukraine occidentale, superposant la mémoire de plusieurs expériences de la violence et du déracinement au cours du 20ème siècle. Ces pratiques dessinent des figures diversement symbolisées du « pays perdu et retrouvé » et articulent différents modes et échelles de commémoration, et de recomposition des frontières culturelles entre le ‘soi’, identitaire du touriste en quête de racines, par la découverte déconcertante du ‘soi-autre’ représenté par l’hôte, compatriote ethnique citoyen mais porteur d’un passé différent et citoyen d’un autre état.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Transcarpathie : la valse des frontières et des identités
La « terre natale » comme héritage interethnique : les voyageurs de la mémoire du « pays perdu »
La patrie et le « limes » : touristes de l’identité et accueil interethnique
Conclusion : frontières et circulation

Aperçu du début du texte

Il est communément admis que le tourisme mémoriel, appelé souvent Dark Tourism (Lennon et Foley 2000), entendu comme retour ou visite sur les lieux d’un désastre collectif ayant bouleversé la biographie familiale et individuelle, émerge en Europe et se globalise ensuite à l’issue des deux grandes guerres et surtout de la reconnaissance de la Shoah. Toutefois, pendant les trois premières décennies de l’après-guerre 1939-1945, d’anciens camps d’extermination, des cimetières militaires, des prisons et champs de bataille ne reçoivent que des visites sporadiques, individuelles et intimes de quelques survivants, alors que les mémoires nationales de la guerre s’organisent autour des figures de la résistance antifasciste, oblitérant celles de l’extermination des Juifs et d’autres minorités. C’est à partir des années 1970 que la progressive montée des revendications mémorielles des survivants de la Shoah et de leurs descendants rencontre et renforce un changement culturel qui émerge et se di...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Marie Losonczy, « « Arpenter la patrie retrouvée » », Civilisations, 63 | 2014, 223-236.

Référence électronique

Anne-Marie Losonczy, « « Arpenter la patrie retrouvée » », Civilisations [En ligne], 63 | 2014, mis en ligne le 30 septembre 2018, consulté le 29 mai 2016. URL : http://civilisations.revues.org/3758 ; DOI : 10.4000/civilisations.3758

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Losonczy

est anthropologue, directeur d’études à l’école Pratique des Hautes études (Sorbonne) à Paris et professeur à l’Université libre de Bruxelles, membre du laboratoire Mondes Américains-CERMA (CNRS-EHESS) et du LAMC (ULB), membre associé du CERCEC (EHESS). Elle a enseigné à l’Université de Barcelone, à l’Université Paris-X-Nanterre et dirigé l’Institut d’Ethnologie de l’Université de Neuchâtel (Suisse). Elle a été visiting professor aux universités Nacional de Bogotà (Colombie), de Budapest (programme « Marie Curie » de l’EU) et récemment à Florianopolis et à l’IFICS (Rio de Janeiro, Brésil). Auteur de trois livres en français et en espagnol et d’une soixantaine d’articles, ses terrains ethnographiques se situent en Colombie, à Cuba et en Hongrie. Sur ce dernier terrain, elle conduit des recherches sur la construction et la reconstruction du langage rituel de l’appartenance nationale dans le contexte postcommuniste (hymnes nationaux, emblèmes et rituels patriotiques, recomposition et muséification de la mémoire du communisme), récemment étendues vers les populations hongroises minoritaires en Transylvanie et Ukraine.
[EPHE-CERMA, 190 avenue de France, 75013 Paris, France – alosonczy1956@gmail.com]

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page