Navigation – Plan du site
III. Ancestralité et filiation

L’ADN au service d’une nouvelle quête des ancêtres ?

Jean-Luc Bonniol et Pierre Darlu
p. 201-219

Résumés

A la question lancinante des origines, où la quête des ancêtres tient une place cardinale, répond, de manière grandissante, la nouvelle génétique moléculaire, grâce à un nouveau vecteur de communication, Internet, sur lequel des compagnies commerciales proposent des tests génétiques individualisés. Les enjeux économiques et commerciaux de ces pratiques marchandes sont immenses, et les enjeux éthiques qu’elles soulèvent ne sont pas moins importants, touchant notamment à une possible réactivation des catégories préalables concernant la diversité humaine, notamment les catégories raciales. Une critique de ces tests, menée d’un point de vue interne à la génétique, permet toutefois de relativiser la portée généalogique de leurs résultats et de contester une telle réactivation.
Les informations fournies par les tests resteraient en outre bien froides si elles étaient réduites à des données moléculaires brutes, sans la dose indispensable d’esthétique narrative nécessaire à leur réception par les media et le public. Un exemple de recours à ces tests afin de combler un « trou de mémoire » porte sur les « Afro-descendants », qui appartiennent à des populations intensément brassées durant les cinq derniers siècles, et dont les interrogations sur leurs origines sont exacerbées par le fait qu’ils sont largement privés, du fait de l’histoire de la traite et de l’esclavage, d’information généalogique. De manière générale, les résultats, qui doivent être interprétées en tant que simple probabilité, ont tendance à se transformer en certitude pour le public non averti.

Haut de page

Notes de l’auteur

* en hommage à Albert Jacquard, au delà des mots.

** Cette recherche a bénéficié d’une subvention de LabexMed, Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme, Aix-Marseille Université.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Une nouvelle demande sociale articulée à une avancée des savoirs et des techniques
Une voie royale pour accéder aux ancêtres ?
Les tests : de la communication des firmes à la réception par les sujets
Vide généalogique et tests génétiques : le cas des « Afro-descendants »

Aperçu du début du texte

En 2008 l’écrivain américain Richard Powers était (grâce à la libéralité de son éditeur !) la neuvième personne au monde à voir son génome entièrement séquencé, expérience dont il a tiré un roman, Générosité, publié en français en 2011. Il avait déjà imaginé, dans un bref texte d’anticipation humoristique, une nouvelle manière d’entrer en contact pour les êtres humains : la « géno-concaténation » (Powers 2006) :

Géno-concaténater (v.) Etablir la relation exacte entre deux individus quelconques, au moyen d’une analyse génétique instantanée. Vers 2030, grâce aux progrès accomplis dans le décodage du génome humain et à la multiplication des bases de données génétiques du genre humain, fut inventé le géno-concaténateur, premier instrument d’analyse au monde susceptible d’être instantanément mis en service. Deux individus quelconques acceptant de fournir un échantillon d’ADN purent ainsi apprendre à quel degré exact ils étaient apparentés…

Richard Powers poursuivait son propos en évoquant ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Luc Bonniol et Pierre Darlu, « L’ADN au service d’une nouvelle quête des ancêtres ? », Civilisations, 63 | 2014, 201-219.

Référence électronique

Jean-Luc Bonniol et Pierre Darlu, « L’ADN au service d’une nouvelle quête des ancêtres ? », Civilisations [En ligne], 63 | 2014, mis en ligne le 30 septembre 2018, consulté le 29 juillet 2016. URL : http://civilisations.revues.org/3747 ; DOI : 10.4000/civilisations.3747

Haut de page

Auteurs

Jean-Luc Bonniol

professeur émérite d’anthropologie, Aix-Marseille Université, est membre du Centre Norbert Elias (UMR 8562) et a effectué la présente recherche dans le cadre du LabexMed (Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme à Aix-en-Provence). Ses travaux portent sur l’anthropologie des mondes créoles et des sociétés post-esclavagistes, l’identité et la mémoire, le métissage et l’anthropologie du corps. Il a notamment publié « Un miracle créole ? » (L’Homme, 207-208, 2013), Façonner le passé. Représentations et cultures de l’histoire, avec Maryline Crivello (Publications de l’Université de Provence, 2004), Paradoxes du métissage (Éditions du CTHS, 2001), La couleur comme maléfice. Une illustration créole de la généalogie des « Blancs » et des « Noirs » (Albin Michel, 1992). Il est membre du comité de rédaction de la revue L’Homme.
[Centre Norbert Elias, LabexMed, Maison méditerranéenne des sciences de l’Homme, 5 rue du Château de l’Horloge, 13094 Aix-en-Provence, France – jldbonniol@gmail.com]

Pierre Darlu

est directeur de recherche émérite (CNRS) dans l’UMR 7206 Éco‑anthropologie et ethnobiologie, au Musée de l’Homme (MNHN-CNRS-Université Denis Diderot). Ses recherches, menées principalement dans une unité INSERM de génétique épidémiologique et de génétique des populations, portent sur l’évolution spatio-temporelle des populations humaines à partir de données génétiques, patronymiques et linguistiques, à l’aide d’approches pluridisciplinaires impliquant linguistes, historiens et démographes. Il a notamment publié Reconstruction phylogénétique, concepts et méthodes (Coll. P. Tassy, Masson, 1993), Le patronyme. Histoire, anthropologie, société (coll. Brunet G. et Zei G. (eds), CNRS-Éditions, 2001). Plus récemment il a co-publié, avec Catherine Bourgain, un livre sur le rôle joué par l’ADN dans notre société ADN superstar ou Superflic ? Les citoyens face à une molécule envahissante (Science ouverte, Seuil, 2013).
[UMR7206 Éco-anthropologie et Ethnobiologie, MNHN-CNRS-Université Denis Diderot, Musée de l’Homme, 17 place du Trocadéro, 75016 Paris, France – darlu@mnhn.fr]

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page