Navigation – Plan du site
III. Ancestralité et filiation

Trouver l’aïeul de ses rêves

Construction et utilisation de l’ancestralité chez les Suruí du Rondônia (Amazonie brésilienne)
Cédric Yvinec
p. 181-200

Résumés

Cet article, consacré à un peuple amazonien, les Suruí du Rondônia, montre comment, dans une aire culturelle où l’ancestralité est une notion plutôt effacée, en l’absence de systèmes rituels stables, les individus peuvent mobiliser le souvenir des morts dans divers conflits, en tirant parti des théories eschatologiques, qui affirment qu’il est possible d’interagir avec les morts en rêve. Cette possibilité, qui concerne surtout la génération des petits-enfants d’un mort, par opposition à ses enfants, se comprend à partir des tensions entre père et fils, inhérentes à la conception suruí de la parenté. À partir de quelques exemples, on essaie ainsi de mettre en lumière les principes pragmatiques qui guident implicitement les individus dans la revendication de rencontres d’ancêtres qui leur auraient accordé leur protection : évocation laconique, adressée indirectement au destinataire, légitimité fondée sur un intermédiaire, le père, qui est tantôt l’objet, tantôt l’instrument de ces revendications. Chaque individu se construit ainsi une ancestralité, inégalement revendiquée et reconnue, mais toujours instable et reconstruite en fonction du contexte.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Les pratiques funéraires
Eschatologie et ancestralisation
Le statut des ancêtres oniriques
La discrétion des revendications
Le père, enjeu de la rencontre d’ancêtre
Le père, condition de l’usage de l’ancêtre
Conclusion

Aperçu du début du texte

L’Amazonie indigène est réputée pour être une aire culturelle où l’ancestralité serait absente. En dépit de théories eschatologiques souvent fort élaborées, et de traitements funéraires parfois complexes (Chaumeil 1997), les sociétés amazoniennes se caractérisent par la faible profondeur de leur mémoire généalogique, qui souvent ne dépasse guère deux générations, de sorte qu’il n’y existe pas de lignées transmettant des droits ou des biens. Les pratiques funéraires s’efforcent souvent d’oblitérer rapidement le souvenir des morts, assimilé à une forme de séduction ou de prédation des morts sur les vivants. Les morts, considérés en tant que collectif plutôt qu’en tant qu’individus, sont plus assimilés à des affins qu’à des ascendants (Erikson 2004). Les figures mythologiques ne jouent aucun rôle dans l’existence des vivants, dont elles ne sont souvent pas considérés comme des ascendants, sinon de manière très lâche et indistincte ; elles n’y légitiment pas particulièrement l’ordre éta...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cédric Yvinec, « Trouver l’aïeul de ses rêves », Civilisations, 63 | 2014, 181-200.

Référence électronique

Cédric Yvinec, « Trouver l’aïeul de ses rêves », Civilisations [En ligne], 63 | 2014, mis en ligne le 30 septembre 2018, consulté le 28 juin 2016. URL : http://civilisations.revues.org/3740 ; DOI : 10.4000/civilisations.3740

Haut de page

Auteur

Cédric Yvinec

mène depuis 2005 des recherches ethnographiques chez les Suruí du Rondônia, auxquels il a consacré sa thèse (EHESS, 2011). Il est actuellement postdoctorant au Laboratoire d’anthropologie sociale grâce à une bourse de la Fondation Thiers, après avoir fait un séjour au Max Planck Institute for Psycholinguistics (Nimègue, Pays-Bas) grâce à une bourse de la Fondation Fyssen.
[Laboratoire d’anthropologie sociale, 52 rue du Cardinal Lemoine, 75005, Paris, France – cedric.yvinec@college-de-france.fr]

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page