Navigation – Plan du site
II. Territoires de l’Ancestralité ou Ancestralité dans les territoires

Chanter les ancêtres pour enraciner les vivants chez les Jóola de Casamance (Sénégal)

Jean Baptiste Valter Manga
p. 163-178

Résumés

Cet article porte sur la place des ancêtres dans l’organisation sociale d’un sous-groupe des Jóola de Basse Casamance au Sud Ouest du Sénégal. S’il est difficile de parler d’un « culte » dont ils seraient l’objet, les ancêtres restent des références essentielles à partir desquelles s’identifient les individus et s’articulent les rapports sociaux. Le processus d’ancestralisation, organisé par les agnats du défunt, se fait notamment par la mise en chant des qualités de celui-ci. De leur composition aux divers contextes d’exécution ces chants, appelés en jóola kuhuluŋ, constituent un patrimoine lignager et villageois dont la mobilisation fait jouer aussi bien les rapports de parenté, le droit au sol etc. Plus qu’un honneur à leur mémoire, l’évocation des ancêtres sert en même temps à réaffirmer l’ancrage de leur descendance dans la communauté villageoise. Après une période de crise dans la composition et la transmission due à l’influence des religions universalistes (Christianisme et Islam) et à la forte migration, le répertoire de chants ancestraux recouvre un intérêt manifeste dans ces milieux (celui des convertis et des émigrés) qui l’avaient pendant un temps négligé. Ce regain d’intérêt qui fait fi des appartenances religieuses montre que les ancêtres redeviennent – pour ceux qui ont pris de la distance géographiquement ou par rapport aux croyances – un moyen de renouer avec les origines.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Oussouye : un royaume de Casamance
Terminologie
Le chant kuhuluŋ
Archivage et usages du chant kuhuluŋ
Kuhuluŋ, un chant « tissé » à partir d’éléments choisis
Le chant kuhuluŋ comme moyen de légitimation
Le chant kuhuluŋ et le défi de la transmission
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

La place qu’occupent les ancêtres dans l’organisation politico-religieuse des sociétés africaines a été diversement abordée par les anthropologues. Du culte des ancêtres vu comme la marque définitive de la religion primitive (Spencer, Tylor, Frazer) dont l’étude pouvait conduire à une meilleure compréhension de l’évolution de la religion en particulier et du social en général, on est passé, notamment avec Fortes (Fortes 1959), à une vision plus fonctionnaliste mettant l’accent sur les rapports de pouvoir. À partir des recherches conduites chez les Tallensi du Ghana, Fortes relève que ceux-ci ont un culte des ancêtres non parce qu’ils craignent les morts, ou qu’ils croient en l’immortalité de l’âme, mais parce que leur structure sociale l’exige (Fortes 1959 : 66).

Le débat prend une nouvelle dimension avec la publication en 1971 par Igor Kopytoff d’un article intitulé « Ancestors as elders in Africa ». Pour Kopytoff, la question de l’autorité de la personne, qu’elle soit d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Baptiste Valter Manga, « Chanter les ancêtres pour enraciner les vivants chez les Jóola de Casamance (Sénégal)  », Civilisations, 63 | 2014, 163-178.

Référence électronique

Jean Baptiste Valter Manga, « Chanter les ancêtres pour enraciner les vivants chez les Jóola de Casamance (Sénégal)  », Civilisations [En ligne], 63 | 2014, mis en ligne le 30 septembre 2018, consulté le 02 octobre 2016. URL : http://civilisations.revues.org/3730 ; DOI : 10.4000/civilisations.3730

Haut de page

Auteur

Jean Baptiste Valter Manga

est doctorant à l’IMAF/EHESS Paris.
[IMAF, 96 Boulevard Raspail 75006,Paris, France – valtermanga@yahoo.fr]

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page