Navigation – Plan du site
II. Territoires de l’Ancestralité ou Ancestralité dans les territoires

Quand les Indiens dangereux deviennent des Indiens en danger

Ancestralité et différence culturelle chez les Kakataibo d’Amazonie péruvienne
Magda Helena Dziubinska
p. 143-160

Résumés

Depuis plus de dix ans les Kakataibo, soutenus par deux ONG, plaident devant le gouvernement péruvien, pour la création de deux réserves territoriales en faveur des Indiens vivant en isolement. Ces derniers ont été identifiés comme étant des Kamano, des Indiens qui occupent une place singulière dans la cosmologie kakataibo. L’ambivalence de leur statut ontologique est dû au fait qu’ils ne se laissent pas voir, ce qui rend d’autant plus difficile la validation du projet territorial par le gouvernement. Cet article passe en revue l’évolution de la manière dont les Kakataibo perçoivent les Kamano, en confrontant deux images diamétralement opposées, chacune liée à une génération différente. Nous verrons aussi que la mise en place du projet territorial a permis aux Kakataibo de construire un réseau relationnel avec des agents étrangers qui ont joué un rôle important dans l’élaboration, non seulement du nouveau discours sur les Kamano, mais aussi de la visibilité ethnique du groupe. Il s’agira ici de saisir, à travers une approche pragmatique, les enjeux identitaires et culturels sous-jacents au projet des réserves.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Les Kamano : des « ancêtres vivants »
Les Indiens qui ne se laissent pas voir
Le nouveau discours sur les Kamano
La fabrique de l’indianité
Conclusion

Aperçu du début du texte

Bien que le sujet des Kamano, décrits comme « des indiens nus vivant au fond de la forêt », n’occupe pas une place importante dans les conversations quotidiennes des Kakataibo, un ensemble de récits, standardisés dans leur forme et leur contenu, leur est consacré. Ces récits qu’on transmet et qu’on partage sans restriction avec les autres, sont des histoires rapportées de rencontres avec les Kamano qui ont eu lieu dans le passé. Certains d’entre eux évoquent les combats menés par les aïeux des Kakataibo contre ces êtres dépeints alors comme sauvages et dangereux. Néanmoins, plus récemment, à côté de cette représentation ancienne des Kamano en a surgi une nouvelle, moins négative, et cela malgré l’absence de nouveaux récits de rencontre. Dans ce nouveau discours, énoncé en présence de l’ethnologue surtout par les jeunes, généralement mieux intégrés à la société nationale et à l’univers urbain, les Kamano n’apparaissent plus comme des Indiens « dangereux », mais plutôt comme des Indie...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Magda Helena Dziubinska, « Quand les Indiens dangereux deviennent des Indiens en danger », Civilisations, 63 | 2014, 143-160.

Référence électronique

Magda Helena Dziubinska, « Quand les Indiens dangereux deviennent des Indiens en danger », Civilisations [En ligne], 63 | 2014, mis en ligne le 30 septembre 2018, consulté le 05 décembre 2016. URL : http://civilisations.revues.org/3722 ; DOI : 10.4000/civilisations.3722

Haut de page

Auteur

Magda Helena Dziubinska

est doctorante en ethnologie à l’Université Paris Ouest Nanterre la Défense, attachée au Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative à Nanterre (UMR 7186). Sa thèse porte sur les rapports entre les Kakataibo et les Shipibo d’Amazonie péruvienne. Elle s’intéresse particulièrement aux nouvelles stratégies relationnelles mises en place par les Kakataibo pour interagir avec leurs anciens ennemis, qui permettent de reproduire l’asymétrie tout en étant plus cohérentes avec la situation actuelle des Indiens, comme par exemple le jeu de football. Les transformations des anciens rituels, l’invention de nouvelles fêtes et la sorcellerie interethnique en Amazonie sont au coeur de ses recherches.
[Laboratoire d’Ethnologie et de Sociologie Comparative (Centre EREA), Maison Archéologie et Ethnologie René-Ginouvès, 21 allée de l’Université, 92023 Nanterre cedex, France – dziubinska@gmail.com]

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page