Navigation – Plan du site
II. Territoires de l’Ancestralité ou Ancestralité dans les territoires

Revisiter l’ancestralité aux Antilles

Usages anciens et nouveaux de nomination des ancêtres à la Martinique
Christine Chivallon
p. 101-122

Résumés

La question de l’ancestralité aux Antilles et à la Martinique en particulier est à considérer en rapport avec le système oppressif de l’esclavage ayant formé un obstacle à la formation de lignées reconnues. Les processus de nomination commandés de manière arbitraire par les autorités coloniales lors de l’abolition de l’esclavage ont renforcé la vision d’une société entièrement dépossédée d’elle-même. Certains, comme Édouard Glissant, ont vu dans ces procédures administratives la quintessence de l’atteinte profonde portée à la reconnaissance de soi. Dans cet article, je voudrais montrer qu’en dépit des dispositifs coloniaux de nomination, le patronyme a été le lieu d’un investissement intense s’offrant comme l’outil par excellence de désignation durable de lignées arrachées à l’univers des plantations. Je m’appuierai sur une recherche conduite auprès de descendants des protagonistes d’une insurrection anticoloniale datant de 1870 pour montrer l’attachement profond au patronyme et aux liens sociaux qu’il a permis de souder autour des ressources de l’ancestralité localisée. Je m’intéresserai également aux nouvelles expressions de l’ancestralité redevables de la scène publique mémorielle actuelle pour montrer comment la création de la catégorie « descendants d’esclaves » diffère de cette mémoire généalogique transmise, sans pour autant être le produit d’une invention détachée de l’expérience historique.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Aborder l’ancestralité aux Antilles : vide, faiblesse, indifférenciation généalogique
Un moment d’oppression coloniale et ses répercussions sur le rapport institué au « Nom » patronymique
L’ancestralité martiniquaise revisitée à travers l’usage du « Nom » patronymique
L’ancestralité reconstruite à travers les figures inconnues exhumées

Aperçu du début du texte

La question de l’ancestralité aux Antilles françaises, et à la Martinique en particulier, a longtemps été présentée comme le lieu où venait se densifier la perte d’un lien fondateur reliant le monde des défunts et celui des vivants. Sans ce lien de reconnaissance d’une filiation entre les générations successives, c’est tout un édifice social qui se montrait incapable de surmonter l’oppression de la violence esclavagiste. Cette approche de l’ancestralité explique que l’irruption récente de la catégorie de « descendants d’esclaves » sur la scène publique mémorielle en France, ait pu être considérée comme la fabrication d’une catégorie instrumentale et circonstanciée.

Dans ce texte, je voudrais aborder les divers aspects de cette question de l’ancestralité en centrant cependant mon propos sur l’une des dimensions « classiques » qu’elle peut avoir en anthropologie. Il s’agira en effet d’envisager l’ancêtre à partir de la position qu’il acquiert selon « une relation généalogique réelle à...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christine Chivallon, « Revisiter l’ancestralité aux Antilles », Civilisations, 63 | 2014, 101-122.

Référence électronique

Christine Chivallon, « Revisiter l’ancestralité aux Antilles », Civilisations [En ligne], 63 | 2014, mis en ligne le 30 septembre 2018, consulté le 25 mars 2017. URL : http://civilisations.revues.org/3698 ; DOI : 10.4000/civilisations.3698

Haut de page

Auteur

Christine Chivallon

est anthropologue et géographe, directrice de recherche au CNRS. Ses recherches portent sur les questions de cultures, mémoires et matérialité et s’intéressent au pouvoir des médiations matérielles dans les représentations sociales. Elles sont principalement consacrées aux univers caribéens et aux sociétés à fondement esclavagiste des Amériques. Parmi ses publications : Espace et identité à la Martinique. Paysannerie des mornes et reconquête collective (1840-1960), (Paris, CNRS-Éditions, 1998), La diaspora noire des Amériques. Expériences et théories à partir de la Caraïbe, (Paris, CNRS-Éditions, 2004), L’esclavage. Du souvenir à la mémoire (Paris, Karthala, 2012).
[LAM (Les Afriques dans le Monde, (Ex-CEAN), Sciences po Bordeaux, 11 allée Ausone, 33607 Pessac Cedex, France – c.chivallon@sciencespobordeaux.fr]

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page