Navigation – Plan du site
I. La question de l’État dans les processus d’ancestralisation

God, the Warlord and the Way of the Ancestors

On the Intertwinement of Christianity and Ancestry in Hendrik Witbooi’s Politico-Religious Mission of the 1880s (Southwest Africa)
Christine Hardung
p. 81-98

Résumés

Dans les années 1840, les Khowese (Witbooi), l’un des groupes Oorlam, passent le fleuve Orange dans la région frontalière nord de la Colonie du Cap et migraient vers le sud de la Namibie actuelle. Quelques décennies plus tard, Hendrik Witbooi, futur warlord et figure charismatique, a une vision lui donnant pour mission divine de mener son peuple vers le nord. Witbooi revendique le droit de passage exclusif sur un chemin qu’il considère comme ayant été créé par ses ancêtres. Revendication territoriale, le chemin des ancêtres est aussi un objectif symbolique et la justification de l’expansion militaire sur le territoire Herero. Hendrik Witbooi rassemble ses partisans, les Witkam, et les mène dans plusieurs campagnes militaires vers le nord dans les années 1880.
Prenant l’exemple des Witkam, avec leur combinaison particulière entre détraditionnalisation et leadership charismatique d’une part et la référence aux ancêtres d’autre part, cet article aborde la relation entre violence et religion dans les razzias et conflits armés conduites par les Nama/ Oorlam au cours du 19ème siècle.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

In motion: ancestry and pre-Christian beliefs
The political context and the moral dilemma of the looting warrior
Living ancestry, living Christianity
Conclusion

Aperçu du début du texte

During the late 18th and early 19th century, the Oorlam, a people of a variety of backgrounds – deserters, escaped slaves and Khoekhoe deprived of their pasturelands by the Boer expansion into their territory – retreated to the northwestern border region of the Cape Colony. Their social existence was based on the fundamental experience of violence. They organized themselves into militarized, socio-political units, the so-called komandos, and in several waves, migrated to the southern part of present-day Namibia. In the 1840s, one of the Oorlam groups, the Khowese (Witbooi), crossed the Orange River. Spatially and socially de-territorialized and almost completely impoverished after a lengthy period of wandering in the frontier region on both sides of the river, they asked//Oaseb, the chief of ‘Great Namaqualand’ to provide them with a place to settle. They finally settled majoritarily in Gibeon in 1863.

A few decades later, Hendrik Witbooi, a descendant of the first migrant generatio...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abijoje, P.O., 2010. “Critical Prophecy and Political Leadership in Biblical, African and Islamic Worldviews”, Koers 75 (4), pp. 787-810.

Référence électronique

Christine Hardung, « God, the Warlord and the Way of the Ancestors », Civilisations [En ligne], 63 | 2014, mis en ligne le 30 septembre 2018, consulté le 23 avril 2017. URL : http://civilisations.revues.org/3685 ; DOI : 10.4000/civilisations.3685

Haut de page

Auteur

Christine Hardung

est ethnologue et membre du groupe de recherche DFG « Communautés de violence » à l’Université de Gießen/Kassel. Elle a effectué des recherches d’archives en Namibie et mène depuis 1991, des études de terrain dans la région Sahel-Sahara. Ses travaux en cours portent sur les mobilisations collectives de groupes d’origine servile et sur la question de la (non-) violence en Mauritanie.
[Université de Kassel, FB 05, Nora-Platiel-Str. 1, 34109 Kassel, RFA –
christine.hardung@uni-kassel.de]

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page