Navigation – Plan du site
I. La question de l’État dans les processus d’ancestralisation

De la célébration des ancêtres dans une maison de candomblé de Bahia

Emmanuelle Kadya Tall
p. 63-79

Résumés

Le candomblé de Bahia est un culte de possession organisé en nations figurant ainsi des généalogies plurielles qui trouvent leur ancrage en terre brésilienne grâce à l’action conjuguée des dieux africains et des entités autochtones amérindiennes. La description d’un rituel interne dédié aux ancêtres chez un chef de culte bien enraciné dans son époque vient montrer combien ce culte de possession souvent considéré comme un héritage africain, est avant tout une création brésilienne répondant de manière rituelle au mythe de la fraternité raciale né durant la période abolitionniste (1850-1888), mythe auquel Gilberto Freyre donnera ses lettres de noblesse.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Le concept de nation dans le contexte de la traite atlantique
Les nations du candomblé de Bahia
Célébrer les morts et les ancêtres de la communauté de Toluaye

Aperçu du début du texte

Dans le candomblé de Bahia, le culte des morts et des ancêtres est distinct du culte des divinités africaines, et rares sont les maisons dédiées spécifiquement au culte des ancêtres. Celles qui en ont la spécialité les honorent au travers des masques de ces fameux Revenants célébrés sur l’ancienne Côte des Esclaves par certains lignages yorubaphones. Il s’agit du culte des Egungun qui semble avoir traversé l’Atlantique avec la fin de l’esclavage pour accompagner les processus de construction identitaire des descendants d’esclaves africains au moment où le Brésil se constituait en État-nation. Sans pouvoir donner une date précise à l’apparition du culte à Babá Egum, il ne fait aucun doute que son installation sur l’île d’Itaparica, face à la ville de Salvador est due aux échanges intenses entre l’ancienne Côte des Esclaves et Bahia à partir de la fin des années 1830, avec le retour des Retornados en Afrique suite à la plus fameuse révolte d’esclaves à Bahia, la révolte des Malês surv...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Kadya Tall, « De la célébration des ancêtres dans une maison de candomblé de Bahia », Civilisations, 63 | 2014, 63-79.

Référence électronique

Emmanuelle Kadya Tall, « De la célébration des ancêtres dans une maison de candomblé de Bahia », Civilisations [En ligne], 63 | 2014, mis en ligne le 30 septembre 2018, consulté le 30 mai 2016. URL : http://civilisations.revues.org/3682 ; DOI : 10.4000/civilisations.3682

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Kadya Tall

est anthropologue à l’Institut de Recherche pour le Développement et membre de l’Institut des Mondes Africains, IMAF site Raspail (UMR IRD 243/ UMR CNRS 8171). Ses activités de recherche articulent un travail empirique sur le traitement du malheur et de l’infortune avec un travail théorique sur le Religieux, les Cultes de possession, leurs rapports à l’État et au monde globalisé. Parmi ses plus récentes publications, on notera Le candomblé de Bahia miroir baroque des mélancolies postcoloniales, préface de Pierre-Antoine Fabre, Paris, Cerf, coll. Sciences sociales et religion, 2012, « On Representation and Power : Portrait of a Vodun Leader in Present-Day Benin », Africa, 84 (2), pp. 246-268, 2014.
[Institut des Mondes Africains, IRD/EHESS/CNRS/EPHE Université Paris I/AMU, 96 boulevard Raspail, 75006, Paris, France – kadya@ehess.fr]

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page