Navigation – Plan du site
I. La question de l’État dans les processus d’ancestralisation

Sirène, rois et démocratie

Ancestralisation et conscience nationale dans un rituel inédit (2001, Sud de Madagascar)
Thomas Mouzard
p. 45-61

Résumés

En 2001, alors que Madagascar traverse une nouvelle crise démocratique, un petit cercueil traverse le Sud du pays d’est en ouest. Des centaines de communautés villageoises sont reliées par cette trajectoire qui emprunte des sillons historiques du territoire national. Au cours de ce relais funéraire de trois mois, l’identité du razamasy, « ancêtre-sacré » en circulation va changer à plusieurs reprises : d’abord lémurien il terminera sirène. On assiste ainsi à la production d’une ancestralité, qui doit assurer de sa pertinence. La problématique retenue ici est celle de la légitimation, fondée sur des logiques anciennes et toujours prégnantes du pouvoir, qui semble réactivée par une conjoncture électorale. Cet article met finalement l’accent sur la manifestation d’une conscience nationale à travers ce phénomène d’ancestralisation.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

La procession d’une sirène assassinée
L’ origine du rituel : les funérailles du aye-aye en pays tanosy (1ère phase)
Transformations du rituel : variation sur le thème de l’ancestralité (phase de transition)
D’ étranges funérailles
Une trajectoire historiquement orientée
Écriture étatique, écrits populaires
Les urnes et le cercueil
Modalisations monarchiques et démocratiques
Conclusion

Aperçu du début du texte

Entre le 21 octobre 2001 et le 21 janvier 2002, un cercueil a traversé le Sud de Madagascar d’est en ouest, depuis les environs de Tôlanaro (Fort-Dauphin) jusqu’à Toliara (Tuléar) (cf. carte). Des centaines de villages se sont fait passer un « Ancêtre-Sacré » (Razamasy), en un relais au cours duquel l’illustre défunt changea plusieurs fois d’identité. Parmi d’autres cas, cet article présente cet exemple de créativité rituelle populaire comme lieu d’expérimentation d’une identité nationale partagée : un relais funéraire, dont l’observation permet d’assister à la création collective et trans-ethnique d’un ancêtre. Où l’ancestralité, critère de différenciation dans une société extrêmement hiérarchisée, est revisitée pour tenter de reconstruire un collectif à plus grande échelle. Ce rituel inédit – idée pour le moins paradoxale – va produire progressivement sa propre pertinence. Le processus de légitimation alors mis en évidence dévoile du même coup l’affirmation d’une identité national...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Thomas Mouzard, « Sirène, rois et démocratie », Civilisations, 63 | 2014, 45-61.

Référence électronique

Thomas Mouzard, « Sirène, rois et démocratie », Civilisations [En ligne], 63 | 2014, mis en ligne le 30 septembre 2018, consulté le 28 mai 2016. URL : http://civilisations.revues.org/3668 ; DOI : 10.4000/civilisations.3668

Haut de page

Auteur

Thomas Mouzard

est docteur en anthropologie sociale de l’EHESS et chercheur associé à l’Institut des Mondes Africains.
[Institut des Mondes Africains, 105 bd Raspail, 75006 Paris, France - thzard@gmail.com]

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page