Navigation – Plan du site
I. La question de l’État dans les processus d’ancestralisation

Les « os de la République » ou l’ancestralisation contestée au Congo-Brazzaville

Rémy Bazenguissa-Ganga
p. 27-44

Résumés

Ce texte part d’une situation historique précise au Congo-Brazzaville inaugurée par deux événements simultanés de traitement symbolique des os des ancêtres. D’une part, l’édification d’un mausolée où ont été transférés les restes du fondateur du pays, le colonisateur Pierre Savorgnan de Brazza. De l’autre, de l’autorisation par les gouvernants, sans les honorer officiellement, de l’exhumation par les Congolais des restes de leurs parents, enfouis à même la terre lors des affrontements armés des décennies 1990-2000. L’étude de ces cas sert de prétexte pour interroger à travers une série de figures de disparus, l’ordre républicain du Congo-Brazzaville de la période coloniale à nos jours.

Haut de page

Notes de la rédaction

* Ce texte poursuit l’analyse parue sur le titre « The bones of body politic : thoughts on the Savorgnan de Brazza Mausoleum », International Journal of Urban and Regional Research, 2011, 35 (2), pp. 445-452.

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

L’ancêtre colonial : le point de vue des colonisés et de leurs descendants
André Matswa ou le nom politique des os
Le traitement des os du fondateur de l’ordre colonial : le mausolée S. de Brazza
Retour sur la question de l’ancestralité

Aperçu du début du texte

Dans les années 2000, les Autorités du Congo-Brazzaville décident de célébrer, malgré de nombreuses controverses, le 126ème anniversaire de la fondation de la capitale à travers la figure du fondateur de l’ordre républicain colonial, Pierre Savorgnan de Brazza. Est exclu, lors des cérémonies, le roi sacré des Téké qui, pourtant, figure dans la scène primordiale de la colonisation celui qui, par un échange de sang et de terre, a rendu possible cette fondation.

Inscrire les pratiques d’ancestralisation dans cette contradiction fondamentale permet de saisir une partie de leurs spécificités dans les ordres coloniaux et postcoloniaux. C’est ainsi que nous en retrouvons les effets dans des configurations inédites comme, par exemple, celles des pratiques de traitement rituel des os des ancêtres où la mémoire coloniale entre en tension avec les phénomènes contemporains de guerre. En 2006, les gouvernants inaugurent un mémorial où ils transfèrent les restes de Pierre Savorgnan de Brazza et d...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rémy Bazenguissa-Ganga, « Les « os de la République » ou l’ancestralisation contestée au Congo-Brazzaville », Civilisations, 63 | 2014, 27-44.

Référence électronique

Rémy Bazenguissa-Ganga, « Les « os de la République » ou l’ancestralisation contestée au Congo-Brazzaville », Civilisations [En ligne], 63 | 2014, mis en ligne le 30 septembre 2018, consulté le 25 mars 2017. URL : http://civilisations.revues.org/3645 ; DOI : 10.4000/civilisations.3645

Haut de page

Auteur

Rémy Bazenguissa-Ganga

est directeur d’études à l’École des Hautes études en sciences sociales. Son travail de recherche porte sur la longévité du maintien au pouvoir des élites africaines et sur les guerres électorales. En 2012, il a co-dirigé Sociétés en guerres : ethnographies des mobilisations violentes (Paris, Éditions de la MSH).
[Institut des mondes africains (IMAF), Site Raspail, UMR CNRS 8171, IRD 243, EHESS/CNRS/IRD/Univ. Paris1/EPHE/Aix-Marseille Univ. (AMU), 96 boulevard Raspail, 75006 Paris, France – remy.bazenguissa-ganga@ehess.fr]

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page