Navigation – Plan du site
Dossier – coordonné par Emmanuelle Kadya Tall

L'ancestralité revisitée

Emmanuelle Kadya Tall
p. 11-24

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral en libre accès disponible sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Le culte des ancêtres comme rite instituant
Des ancêtres à tout vent
1. Le premier interroge les processus d’ancestralisation à l’œuvre dans la construction de l’État-nation
2. Les territoires de l’ancestralité
3. Ancestralité et Filiation

Aperçu du début du texte

Le culte des ancêtres a longtemps été un des objets d’étude favori de l’anthropologie classique, africaniste tout du moins. Puis la mode s’en est perdue, peut-être parce que les lignages, dans le cadre desquels le culte s’effectuait, ont cessé d’être perçus comme des réalités stables et perpétuelles. Dans cette désaffection s’est peut-être perdu quelque chose qui était présent chez nos prédécesseurs, à savoir que le culte des ancêtres, ou vaudrait-il mieux dire la notion d’ancestralité, comportait des aspects touchant à la constitution de la personne, à la transmission entre générations et aux rapports qu’une société entretient avec son passé. En revisitant l’ancestralité, il s’agit de montrer comment ce phénomène persiste, en dehors des agencements familiaux lignagers. La manière dont certains segments des sociétés contemporaines s’emparent du schème de l’ancestralité vient témoigner du fait que le recours aux ancêtres doit se comprendre bien plus comme un idiome que comme un modèl...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuelle Kadya Tall, « L'ancestralité revisitée », Civilisations, 63 | 2014, 11-24.

Référence électronique

Emmanuelle Kadya Tall, « L'ancestralité revisitée », Civilisations [En ligne], 63 | 2014, mis en ligne le 30 septembre 2015, consulté le 23 juillet 2016. URL : http://civilisations.revues.org/3637

Haut de page

Auteur

Emmanuelle Kadya Tall

est anthropologue à l’Institut de Recherche pour le Développement et membre de l’Institut des Mondes Africains, IMAF site Raspail (UMR IRD 243/ UMR CNRS 8171). Ses activités de recherche articulent un travail empirique sur le traitement du malheur et de l’infortune avec un travail théorique sur le Religieux, les Cultes de possession, leurs rapports à l’État et au monde globalisé. Parmi ses plus récentes publications, on notera Le candomblé de Bahia miroir baroque des mélancolies postcoloniales, préface de Pierre-Antoine Fabre, Paris, Cerf, coll. Sciences sociales et religion, 2012, « On Representation and Power : Portrait of a Vodun Leader in Present-Day Benin », Africa, 84 (2), pp. 246-268, 2014.
[Institut des Mondes Africains, IRD/EHESS/CNRS/EPHE Université Paris I/AMU, 96 boulevard Raspail, 75006, Paris, France – kadya@ehess.fr]

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page