Navigation – Plan du site
Dedans, dehors et à travers les Balkans. Etudes de cas

L’ Homo Balkanicus en contexte migratoire

Un modèle d’identification à défendre ou à rejeter ?
Katerina Seraidari
p. 103-118

Résumés

Basé sur des enquêtes de terrain menées auprès de Grecs et de Turcs de première et de seconde génération qui vivent actuellement à Bruxelles, cet article examine pourquoi les Turcs s’identifient davantage de façon positive aux Balkans, tandis que les Grecs donneraient plutôt une réponse négative. Si pour ces derniers, l’identité balkanique est une option possible parmi d’autres (comme l’identité européenne ou la référence à une spécificité méditerranéenne), dans le cas des Turcs, la référence balkanique semble constituer un modèle d’auto-présentation particulièrement valorisant. Le but est donc de comprendre comment les membres de ces deux groupes nationaux définissent leur position dans les Balkans afin de revendiquer un statut de supériorité. Les manipulations stratégiques des repères identitaires qu’effectuent ces acteurs sociaux révèlent leur manière de se positionner dans une construction spatiale définissant le centre et la périphérie de l’Europe.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

Des produits et des hommes : processus de nomination et de domination
L’enjeu des catégorisations

Aperçu du début du texte

La Belgique a conclu une convention d’immigration avec la Grèce en 1957 et avec la Turquie en 1964. C’est en 1955 que les premiers ouvriers grecs, destinés à travailler dans les mines, commencent à arriver sur le territoire belge : 10.195 Grecs reçoivent un permis de travail entre 1955 et 1961 (Martens 1976 : 101). En tant que « premiers arrivés » dans les régions minières par rapport aux Turcs, les Grecs, qui maîtrisent déjà mieux la langue du pays et qui ont eu le temps de s’initier au métier de mineur et aux codes culturels autochtones, ont tissé dès le début avec les Turcs des liens de solidarité qui avaient pourtant un fort aspect hiérarchique. Ce sont les mineurs grecs, qui connaissent un certain nombre de mots turcs (soit parce qu’ils viennent de régions grecques où ils cohabitaient avec les Turcs, comme en Thrace occidentale, soit parce que leurs parents étaient originaires d’Asie Mineure) qui ont initialement servi de traducteurs pour les Turcs. Ainsi, soutenus par les norm...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Katerina Seraidari, « L’ Homo Balkanicus en contexte migratoire », Civilisations, 60-2 | 2012, 103-118.

Référence électronique

Katerina Seraidari, « L’ Homo Balkanicus en contexte migratoire », Civilisations [En ligne], 60-2 | 2012, mis en ligne le 27 juillet 2015, consulté le 20 octobre 2014. URL : http://civilisations.revues.org/3027 ; DOI : 10.4000/civilisations.3027

Haut de page

Auteur

Katerina Seraidari

est docteur en anthropologie sociale, membre associée du LISST-Centre d’Anthropologie Sociale à Toulouse. Elle a notamment publié Le culte des icônes en Grèce (Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 2005) et  Que sa grâce soit grande ! Pratiques dévotionnelles et conflits idéologiques dans les Cyclades (Athènes, Erinni, 2007), publié en grec.
[LISST - Centre D’anthropologie Sociale Utm, Maison de la Recherche, 31058 Toulouse, France – Katerina Seraidari <k.seraidari@gmail.com>]

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page