Navigation – Plan du site
En-visager les Balkans

Le rêve oriental ou la place d’un manque

Marianne Mesnil
p. 23-38

Résumés

Avec l’apparition du livre de Said, Orientalism, la notion d’orientalisme a suscité un large débat. Pour Said, l’Occident n’a jamais eu qu’un seul but : celui de la colonisation de l’Orient. Et « l’orientalisme » en est une expression. Pourtant, s’il est vrai que les explorations, missions diplomatiques et autres, ont toujours été sous-tendues par des intérêts économiques et politiques, le phénomène du Voyage en Orient ne peut pas pour autant être complètement réduit à cette seule dimension. Dans cet article, nous nous proposons de revisiter cette notion d’orientalisme à partir de deux textes qui évoquent, chacun à leur manière, une ville de l’Orient « proche » de l’Europe, Constantinople-Istanbul et Bucarest. En examinant les discours de deux « voyageurs » occidentaux, Pierre Loti (revisité par Barthes) pour Constantinople et Ulysse de Marsillac pour Bucarest, nous tâcherons de montrer comment le phénomène orientaliste ne se limite pas à cette « entreprise coloniale » dont parle Said, mais indique aussi la place d’un « manque », dont le XIXe siècle occidental fait surgir l’ampleur. En suivant une piste de réflexion ouverte par le grand sociologue N. Elias, on peut apercevoir que ce manque, creusé, en quelque sorte, par la civilisation des moeurs et que tente de combler le rêve d’Orient, occupe une place dessinée par un long processus d’autocontrainte qui a marqué la société occidentale au cours de plusieurs siècles d’histoire.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Plan

L’Orient, les Balkans et l’Occident
Qu’entend-on par “orientalisme” ?
Les deux orientalismes
L’orientalisme levantin ( Byzance-Constantinople-Istanbul)
L’orientalisme colonial (Napoléon en égypte et la Bataille d’Alger)
Edward Said et les deux orientalismes
Deux villes aux portes de l’Orient
Istanbul et Bucarest
Istanbul, une ville rêvée
Aziyadé lu par Barthes 
La place d’un manque
Bucarest ou « le corps retrouvé », Ulysse de Marsillac
La débauche orientale comme réponse à la contrainte de l’Occident
Une lecture « eliasienne » de l’Orientalisme
Eros et Thanatos
De Bram Stocker au vampirisme des Balkans
L’Orient comme hétérotopie?
Rêve Oriental et réalité balkanique

Aperçu du début du texte

L’Orient, les Balkans et l’Occident

Dans cet article, nous nous proposons de revisiter la notion d’orientalisme, dans une perspective qui nous a été suggérée par notre propre expérience de terrain en Roumanie. En effet, la place de ce pays au sein des Balkans, définis comme région géographique, unité historique, voire « aire culturelle », a toujours fait l’objet de controverses pour les Roumains eux-mêmes. Et cette controverse a repris de la vigueur lors de la chute du régime Ceauşescu, au moment où a surgi un enjeu politico-économique de taille pour le pays, celui de son inclusion dans l’Union européenne. C’est que la Roumanie, comme les Balkans, a toujours été perçue par l’Europe occidentale comme « Porte de l’Orient », véhicule de tous les stéréotypes qui accompagnent la notion d’orientalisme. Notre terrain, par sa marginalité géographique et historique par rapport aux Balkans, nous a donc confrontée de facto à cette problématique de l’orientalisme.

C’est à partir de deux textes qu...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marianne Mesnil, « Le rêve oriental ou la place d’un manque », Civilisations, 60-2 | 2012, 23-38.

Référence électronique

Marianne Mesnil, « Le rêve oriental ou la place d’un manque », Civilisations [En ligne], 60-2 | 2012, mis en ligne le 27 juillet 2015, consulté le 01 octobre 2014. URL : http://civilisations.revues.org/2995 ; DOI : 10.4000/civilisations.2995

Haut de page

Auteur

Marianne Mesnil

est anthropologue, professeur honoraire de l’Université Libre de Bruxelles. Spécialisée dans le domaine de l’ethnologie roumaine et des Balkans, elle poursuit une recherche sur les « Mythologies balkaniques », en collaboration avec Assia Popova (Lacito, CNRS Paris). Elle s’intéresse également aux dynamiques culturelles et aux relations entre Est et Ouest de l’Europe de « l’après ‘89 ». Elle est l’auteur de plusieurs livres et articles portant sur des questions d’anthropologie des Balkans (dont plusieurs traduits en roumain et en bulgare). Actuellement sous presse Les Eaux-delà du Danube, éditions Petra, Paris (en collaboration avec Assia Popova). [Rue Longue Vie, 53, 1050 Bruxelles, Belgique, Institut de Sociologie de l’ULB, avenue Jeanne, 44, 1050 Bruxelles, Belgique – marianne.mesnil@skynet.be].

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page