Navigation – Plan du site
HOMMAGE

Theo Angelopoulos

un cinéaste grec, balkanique et universel
Marianne Mesnil et Yannis Thanassekos
p. 7-10

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2016.
Consulter cet article

Aperçu du début du texte

Ce 24 janvier 2012, disparaissait le grand cinéaste grec Theo Angelopoulos. Une très brève séquence du Journal télévisé de France 2 a relaté l’événement le soir même. Rappelant la Palme d’Or qui lui avait été décernée à Cannes en 1995, le journaliste qui a commenté la triste nouvelle a souligné, à juste titre, combien les circonstances de sa mort tragique étaient une image inversée de son œuvre et, en particulier, de son rapport au temps.

En effet, le cinéaste qui, au mépris de toute règle commerciale, sut créer dans ses films un temps de l’éternité (L’Eternité et un jour, 1998) rejoignit la sienne ce soir-là, fauché dans Athènes par un motard trop pressé.

à l’opposé de la contraction suffocante des lieux et des distances, et contre l’accélération assourdissante des vitesses, l’œuvre cinématographique d’Angelopoulos, depuis son premier grand film (La reconstitution, 1970) jusqu’à ses dernières réalisations (La Poussière du Temps, 2008), travaille inlassablement à réparer, à restaurer ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marianne Mesnil et Yannis Thanassekos, « Theo Angelopoulos », Civilisations, 60-2 | 2012, 7-10.

Référence électronique

Marianne Mesnil et Yannis Thanassekos, « Theo Angelopoulos », Civilisations [En ligne], 60-2 | 2012, mis en ligne le 27 juillet 2015, consulté le 29 juillet 2014. URL : http://civilisations.revues.org/2927 ; DOI : 10.4000/civilisations.2927

Haut de page

Auteurs

Marianne Mesnil

Articles du même auteur

Yannis Thanassekos

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page