Navigation – Plan du site

Le trésor de chefferie de Bafut : un musée ?

Nathalie Nyst
p. 57-74

Texte intégral

Fig. 1 : Localisation de la chefferie de Bafut

Fig. 1 : Localisation de la chefferie de Bafut

(© Y. Paquay, 1996).

1Bafut, province du Nord-Ouest, Cameroun. Environ 100 000 habitants pour 420 km2 (fig. 1). Bafut, une chefferie (fondom), un mfor – chef sacré –, un kwifor – société régulatrice des gens du commun –, un pouvoir centralisé.

2L’objet de cet article n’est pas de déterminer si la collection dont il va être question, comme ses modes de gestion, constituent un « musée avant la lettre » ou pas – ils le sont clairement –, mais bien d’étudier le projet de création d’un musée de chefferie à Bafut. Il est toutefois intéressant de rappeler que de nombreuses sociétés s’activent depuis des siècles à préserver des témoignages de leur passé et que ce souci paraît être majoritairement associé à une centralisation du pouvoir politique. Ce sont en effet généralement des cours royales ou cheffales qui abritent et conservent des collections impressionnantes d’objets, produits localement ou originaires d’ailleurs. Ainsi, à Kumasi, capitale de la confédération asante (Ghana), le « Palais de pierres » (aban) du chef suprême (asantehene), contenait des centaines de trésors et d’objets fabriqués sur place et, surtout, provenant de l’étranger, qui témoignaient de la richesse, du pouvoir et de l’internationalité des chefs successifs (McLeod, 1981). J’ajoute que la question de la pertinence d’appliquer le concept de musée, occidental et « moderne », au terrain africain ne sera pas non plus abordée dans le présent article qui, sinon, n’aurait sans doute pas lieu d’être.

3Lorsque j’arrive à Bafut en décembre 1993 afin d’y effectuer trois mois de recherches doctorales, tout ce que je sais, c’est que le mfor souhaite créer un musée, qu’un projet doit être rédigé en ce sens et que je vais étudier une collection d’objets conservés au sein du palais cheffal.

Le projet du Musée du Palais de Bafut

  • 1 Le mfor précédent, Achirimbi II, aurait déjà caressé le projet de créer un musée de chefferie à Baf (...)

4En 1993, face aux problèmes de conservation rencontrés par les objets du trésor entreposés au sein de la résidence cheffale, le mfor Abumbi II et quelques notables de la chefferie, dont Raymond N. Asombang, par ailleurs archéologue et professeur à l’Université de Yaoundé I, décident d’agir pour sauvegarder le patrimoine culturel de Bafut1. En effet, les « choses du palais » sont pour ainsi dire entassées dans des lieux où la sécurité est plus que précaire et dans des conditions matérielles déplorables, victimes de la vermine, de l’humidité et/ou de la poussière et de la lumière (fig. 2).

5Par ailleurs, nombre de ces objets sont encore utilisés aujourd’hui, que ce soit plusieurs fois par mois, une fois par an ou, plus rarement, lors des funérailles d’un mfor et de l’intronisation de son successeur. Or, ces pièces ne sont pas entretenues par leurs utilisateurs et certains objets sont dès lors dans un état précaire.

6La prise de conscience des dangers encourus par ce patrimoine voit vraisemblablement le jour sous l’influence du Village Community Project – Bafut Pole (VCP), projet de développement communautaire financé par le FED (Fonds européen de Développement), implanté à Bafut dès 1982. En effet, le VCP s’active notamment à la promotion du tourisme via la visite du palais et de différents sites de la chefferie (VCP, 1993 : 5); dans cette optique, il a formé des guides parmi la population et parmi les reines, ainsi qu’un comité touristique chargé d’organiser le tout.

Fig. 2 : Vue partielle du trésor de Bafut.

Fig. 2 : Vue partielle du trésor de Bafut.

(© N. Nyst, 1996)

7En 1994, R. N. Asombang rédige un projet pour le musée : The Bafut Palace Museum Project. Pourquoi un « musée du palais » ? Tout simplement parce que les collections qui y seraient exposées sont étroitement associées à la vie de la cour et des institutions politiques centrales. Il paraît dès lors inconcevable d’éloigner ces objets de la concession palatiale, d’un point de vue tant pratique que psychologique, puisqu’ils sont aussi les emblèmes de la souveraineté de la chefferie.

8Quels sont les objectifs de ce projet ?

  1. Préserver une ressource culturelle d’une valeur inestimable, conservée dans des conditions déplorables; il est impératif d’enrayer au plus vite la dégradation des pièces, afin d’en empêcher la disparition complète.

  2. Faciliter l’accès aux collections, traditionnellement entreposées dans des lieux privés, à savoir la réserve personnelle du mfor et les maisons des sociétés secrètes. La solution proposée est de centraliser les objets en un lieu d’accès public (population locale et touristes).

  3. Développer le tourisme culturel. Si les touristes ont, contre le paiement d’un droit d’entrée, la possibilité de visiter certaines parties du palais et d’y assister à quelques danses, y ajouter la visite d’un musée « bafut » renforcerait l’attractivité touristique de la chefferie et constituerait indubitablement un atout économique pour celle-ci.

  4. Susciter des initiatives analogues dans les chefferies de la région (Bali, Kom, Nso’, etc.), la création d’autres musées de ce type entraînant la nécessité du développement d’une politique culturelle régionale et même nationale, aujourd’hui embryonnaire (Asombang, 1994 : 9-10).

  5. Lutter contre le vol et le trafic illicite des œuvres d’art. A l’instar d’autres trésors de la région (Kom, e.g.), celui de Bafut a déjà été la proie de pilleurs : deux masques couverts de cuivre et garnis de perles et de cauris ont disparu et n’ont toujours pas été retrouvés. Le principal problème est celui du gardiennage : par le passé, les trésors de chefferie étaient surveillés en permanence par plusieurs dizaines de serviteurs assignés à cette tâche; aujourd’hui, seuls quelques-uns assument sporadiquement cette surveillance (Nkwi, 1996 : 102-3). Le catalogage des objets et leur conservation en un lieu plus sûr devraient pallier ce genre de problèmes.

  • 2 Pour la rédaction de ce projet, R. N. Asombang s’est essentiellement inspiré des travaux effectués (...)

9La concrétisation du projet se compose de trois phases2 : l’établissement d’un inventaire complet des collections, la restauration et l’entretien de celles-ci et, enfin, l’assurance d’un accès aisé aux objets, sous la forme d’un musée.

Les collections : les « choses du palais » (njoo ntoh) (= phases 1 et 2)

10Que sont donc ces « choses du palais » ? La première fois que je pénètre dans la petite réserve annexée à la résidence du chef, j’y découvre une somme d’objets hétéroclites, entassés dans un local sombre et poussiéreux. A l’initative d’Asombang et en vue de leur inventaire, le mfor a fait rassembler là, à côté d’objets qui s’y trouvent déjà, les pièces disséminées dans les différents bâtiments du palais. Premier problème : comment être certaine que tout y est ? Il est impossible de répondre à la question, entre autres raisons parce que le trésor de Bafut est en grande partie un trésor « vivant » (Geary, 1984 : 18), ce qui signifie que nombre de pièces sont fréquemment « empruntées » pour diverses manifestations rituelles et festives. Quoi qu’il en soit, il faut débuter l’inventaire; en 1994, Asombang relève et numérote 451 objets, en y fixant des numéros à l’aide de petits cartons accrochés par un morceau de ficelle (fig. 3).

11Lorsque je m’attache à compléter et illustrer cette liste sur le terrain, je me trouve confrontée à trois problèmes, dont deux étroitement liés. Premièrement, lorsqu’un objet est « emprunté », on en détache l’étiquette; la prestation terminée, on remise l’objet sans vérifier que le carton que l’on y fixe lui corresponde bien, quand on n’oublie pas de le faire. Deuxièmement, plusieurs pièces sont dépourvues de numéro ou en portent un qui, lorsque je me réfère à l’inventaire d’Asombang, ne coïncide pas; qui plus est, ce premier document se révèle parfois trop succinct pour me permettre d’identifier l’objet propriétaire du numéro mal attribué. Troisièmement, certaines pièces répertoriées par Asombang ne se trouvent plus dans la réserve; par contre, d’autres objets y ont fait leur apparition. En fin de compte, j’obtiens une nouvelle liste de 470 objets.

Fig. 3 : Vue partielle du trésor de Bafut.

Fig. 3 : Vue partielle du trésor de Bafut.

(© N. Nyst, 1996)

  • 3 Les mfor Achirimbi Ier, Abumbi Ier, Achirimbi II et le chef actuel, Abumbi II.

12Il me faut ensuite enrichir l’inventaire d’une série de paramètres (dimensions, matériaux, description, signification, contexte d’utilisation, datation, etc.) et photographier chaque objet, afin de dresser un véritable catalogue des « choses du palais ». Si compléter la rubrique « datation » s’avère la plupart du temps une gageure, que dire des rubriques « signification » et « contexte d’utilisation » ! Hormis recourir aux quelques informations éparses de la littérature et aux contextes de manipulation des objets que je peux observer in situ, que puis-je faire d’autre que d’en appeler à la mémoire d’Ephraïm Che ou de Ngwa Nchotu William, les deux informateurs que m’a assignés le mfor ? Depuis son arrivée au palais, le premier, en tant que serviteur du mfor, est initié et formé aux traditions et aux coutumes bafut, dans les limites que lui imposent son jeune âge et sa fonction. Le second, chef du kwifor, est supposé être l’individu personnifiant la « Section des Sciences religieuses » de Bafut à lui seul. Pourtant, il lui arrive de se contredire, d’interpréter les objets différemment d’un moment à l’autre, par exemple. Ta Nchotu a-t-il la mémoire défaillante ou se joue-t-il de moi, jeune chercheuse blanche non initiée ? Je comprends bien vite que ces contradictions concernent essentiellement les objets les plus anciens et découlent donc de la tradition orale et de ses vicissitudes. Par contre, les objets associés aux quatre derniers chefs3 posent moins de problèmes, les procédés mnémoniques empruntés à l’Occident y jouant vraisemblablement un rôle. Quoi qu’il en soit, « Avec quelque chose qui tenait du gémissement, je sortis un carnet et commençai à tout noter » (Barley, 1997 : 166).

13Une fois un maximum de données collectées, de retour en Belgique, j’établis une « fiche de documentation » pour chacun des objets inventoriés, en me conformant aux normes élaborées par le CIDOC (Comité international de l’ICOM pour la Documentation) et six musées africains (Kenya, Madagascar, Mali, Namibie, Tunisie et Zaïre) (ICOM, 1996 : 6). Bien que vraisemblablement incomplet et certainement imparfait, un inventaire partiellement informatisé et illustré existe donc aujourd’hui. On peut dès lors considérer que la première phase de concrétisation du projet est en grande partie acquise.

  • 4 Mentionnons notamment le sculpteur Tangie Ngwasih Emmanuel, les vannières Nangah Helen Lum et Nanga (...)

14Par contre, la deuxième phase, la restauration des objets du trésor, est toujours inexistante. La solution proposée par Asombang dans le projet est de recourir aux services d’artisans spécialisés dans le tissage, le travail des perles, la sculpture sur bois, etc., pour réparer les pièces abîmées ou faire des répliques des objets les plus endommagés, sans que cela soit trop onéreux. Asombang a d’ailleurs commencé à dresser une liste des pièces à restaurer. Si de tels artisans, qui connaissent les procédés de manufacture traditionnels, existent encore à Bafut4, aucune démarche concrète liée à la préservation des collections du trésor n’a été entreprise.

  • 5 Leur provenance lointaine et leur rareté font de ces objets des « biens de prestige » généralement (...)
  • 6 Un tel acte s’accomplit concrètement par le fait que le conquérant s’empare des emblèmes les plus s (...)

15Les recherches menées sur place et la consultation de nombreuses références bibliographiques m’ont néanmoins permis de rassembler d’importantes données sur les objets de la collection et de déterminer certains éléments fondamentaux liés aux ou véhiculés par les « choses du palais ». Dans les Grassfields, un tel trésor se compose de « choses » (njoo à Bafut), richesses de toutes sortes, accumulées par le chef en fonction et ses prédécesseurs et conservées dans leur résidence, le palais. Ces objets sont de provenances diverses, pour la plupart extérieures à la chefferie. Ils peuvent avoir été achetés dans le réseau commercial régional – la poterie et les sacs en raphia du pays meta’ ou de la plaine de Ndop, la sculpture sur bois de la région d’Oku et de Kom, les objets en fer de Babungo et d’Oku, etc. (Geary, 1984 : 7-8; Warnier, 1985 : 54-70) – ou au loin5 – armes, étoffes, perles, cuivre, etc., provenant d’Europe ou d’autres régions d’Afrique, principalement le bassin de la Benue, l’Adamawa et la côte de Calabar –, ou encore auprès d’une chefferie, d’un lignage ou même d’un individu. Ces « choses » peuvent aussi être empruntées ou ravies à une unité sociopolitique assujettie et cooptée6 – telles les cloches doubles en fer – ou provenir du réseau d’échange de dons et de contre-dons entre chefs – les perles à chevron de Fungom, notamment –, voire d’alliances politiques ou matrimoniales. Il s’agit parfois aussi de pièces saisies aux colonisateurs ou offertes par ceux-ci – verroterie, cotonnades, armes et munitions, entre autres, mais aussi cantines métalliques, chaises pliantes ou chopes Toby, par exemple. Enfin, ces objets peuvent avoir été acquis en tant que paraphernalia d’une société, d’une association ou d’une danse, la diffusion de certains d’entre eux étant la conséquence directe de la diffusion des institutions auxquelles ils appartiennent et qu’ils symbolisent visuellement.

  • 7 Terme qui désigne les dispositifs emblématiques qui soutiennent ou abritent un chef, les insignes q (...)

16En plus d’être d’origines variées, les « choses du palais » véhiculent une série de concepts fondamentaux de l’idéologie du pouvoir sacré. En outre, un ensemble de njoo ntoh, qui relèvent directement de la catégorie des regalia7 et constituent autant d’emblèmes du pouvoir souverain, se démarquent des objets traditionnels par différentes particularités. Lors de toute manifestation publique, le mfor est le seul à arborer ces insignes, qui permettent à quiconque de l’identifier comme étant le chef suprême de Bafut et qui soulignent la souveraineté et l’unicité de son autorité, comme celles du territoire auquel elle s’applique. Les spécificités de ces objets se situent à deux niveaux, formel et fonctionnel :

  • Sur le plan de la forme, les regalia sont constitués de matériaux rares, précieux et durables (ivoire, cuivre, perles ou bois durs), symboles de richesse et de pérennité; leur iconographie compte notamment des motifs figuratifs, symboliques ou abstraits, tandis que leur ornementation se caractérise par des jeux de couleurs et de matières très recherchés.

  • Au niveau fonctionnel, les regalia jouent un triple rôle de monstration, qui sépare le chef à la fois de la terre, du ciel et de son entourage, projetant cet être sacré dans un espace intermédiaire qui lui est propre. Ces trois fonctions sont : l’élévation (sièges, lits d’apparat, dents d’éléphants, etc.), la protection (parasols, coiffes, etc.) et la magnificence (cannes, coutelas, lances, chasse-mouches, etc.).

  • 8 L’interprétation de ce système sémantique varie selon l’identité du lecteur (âge, degré d’initiatio (...)

17Les regalia fonctionnent aussi à d’autres niveaux, qui s’enchaînent les uns aux autres et renvoient successivement à des concepts de plus en plus profonds, lisibles et donc interprétables par de moins en moins d’individus. Leur degré de polysémie est dès lors fonction de l’identité de leur lecteur8.

  • Premièrement, ces objets expriment la sacralité du pouvoir, et ceci de deux manières : d’une part, en manifestant et en construisant visuellement la sacralité du chef, par l’isolement de son corps dans une bulle spatiale qui lui est particulière et, de l’autre, en incarnant simultanément cette sacralité, puisque certains de ces objets, telle la canne-lance du mfor, sont eux-mêmes véhicules et réceptacles du pouvoir.

    • 9 La substance ancestrale est constituée de l’essence vitale (ndim – sang, souffle, sperme, salive) d (...)
    • 10 Il faut préciser que l’objet associé à un chef particulier n’est pas nécessairement celui qui, à l’ (...)

    Deuxièmement, légués de génération en génération, les regalia garantissent la transmission matérielle du pouvoir d’un mfor à son successeur et, par là, la pérennité de la lignée. Le nouveau chef hérite des objets acquis et manipulés par ses ancêtres, pièces qui constituent autant de réceptacles de la substance9 et de l’autorité légitime ancestrales. Marqueurs de l’histoire et parfois supports de la narration, ces regalia éveillent aussi la mémoire et soulignent le prestige et la suprématie du chef en fonction et de ses prédécesseurs10.

  • Troisièmement, « les choses du palais sont deux » : elles participent d’un autre aspect du pouvoir et de la nature du mfor, la gémellité, simultanément fécondité et dualité. Le palais, lieu de résidence du chef, garant de la fertilité, de la fécondité et de la prospérité de l’ensemble du fondom, abrite des individus qui sont tous associés aux jumeaux, par excellence symboles de prolificité. Or, les cadeaux faits aux jumeaux doivent l’être par deux : le palais ne peut donc théoriquement contenir que des « paires de choses », qui sont bien souvent des couples, réunissant un élément masculin et un élément féminin, comme si la coexistence de deux objets de sexe opposé illustrait leur fécondité potentielle. Par ailleurs, parce qu’ils sont les preuves d’une prospérité sauvage, associée au monde de la brousse, les jumeaux sont aussi conçus comme des êtres malfaisants, doués de métamorphose, comme le mfor, supposé pouvoir se transformer en léopard. Les jumeaux possèdent donc une nature duale, à la fois bénéfique et maléfique, à l’image de celle du mfor. Ces deux aspects de la gémellité sont omniprésents dans la collection des « choses du palais ». A titre d’exemple, les paires de masques du groupe de danse mboon évoquent l’aspect de parité féconde, chaque paire étant formée d’un masque féminin et d’un masque masculin, anthropomorphes ou zoomorphes. Les cloches doubles, quant à elles, symboles par excellence du pouvoir souverain, illustrent la dualité de ce pouvoir, non seulement par leur forme, mais aussi par les deux tons qu’elles produisent lorsqu’elles sont frappées.

  • Quatrièmement, le concept de l’« étranger comme source de pouvoir et de danger ». Tout élément étranger à une chefferie constitue la source d’un pouvoir intrinsèquement dangereux mais qui, domestiqué et socialisé, peut devenir bénéfique. Les « choses du palais » peuvent dès lors être considérées comme preuves de la capacité de chaque chef à se procurer des objets puissants originaires de contrées lointaines, objets qui témoignent à la fois de la richesse matérielle du chef et de l’immensité de son pouvoir qui, s’il est apte à dominer les forces néfastes hébergées en eux, s’en nourrit simultanément. Tel est notamment le cas de tous les récipients européens conservés dans le trésor : la provenance occidentale de ces carafes, verres et autres chopes Toby suffit à illustrer la puissance des mfor, d’autant que certaines de ces pièces portraiturent des êtres humains, blancs de surcroît. A l’image du « père » de chaque unité sociale, un mfor se doit d’accroître sa collection de « choses du palais », comme il doit s’évertuer à agrandir le territoire communautaire. Les « choses du palais » concentrent donc toutes les sources de pouvoir qui se situent au-delà des frontières de la chefferie, tout en proclamant que le chef est puissant et riche, à l’image de sa chefferie et au bénéfice de ses sujets.

  • Enfin, cinquièmement, une part des regalia est frappée du sceau du secret et de l’invisibilité, qui œuvrent tous deux au renforcement du pouvoir contenu dans ces objets et détenu par le chef sacré (Argenti, 1996 : 231). Cependant, pour entretenir la sacralité et la souveraineté de ces pièces et de leur pouvoir, il est indispensable d’occasionnellement rappeler leur existence aux profanes : pour ce faire, les regalia du mfor se montrent lors des cinq jours de la danse annuelle (abin lela), les instruments de musique des sociétés régulatrices se font entendre pour rappeler auprès de leurs auditeurs l’existence d’entités invisibles, manifestations du pouvoir et du danger qu’ils matérialisent. En outre, les regalia, lorsqu’ils sont ostensiblement visibles, constituent les termes d’un langage visuel destiné à montrer et à influencer les principes idéologiques des institutions du pouvoir, le principe le plus récurrent étant la guerre – têtes-trophées, armes, etc. (Geary, 1988).

  • 11 Un mythe rapporte que c’est Ndughe ala’a qui aurait découvert l’actuel site d’implantation du palai (...)
  • 12 Forgeron communautaire qui doit œuvrer au bénéfice de l’ensemble de la chefferie.
  • 13 A l’instar de nombre de chefferies de la région, la dynastie au pouvoir à Bafut revendique, à trave (...)

18Pour être complète, il me faut encore préciser que les « choses du palais » constituent une partie des « choses du pays » (njoo ala’a), qui regroupent l’ensemble des éléments, matériels et immatériels, naturels et culturels, symbolisant la souveraineté et l’intégrité de l’unité politique concernée. Les « choses du pays » ont le pouvoir de fonder l’autorité légitime et sont, par ailleurs, propriété de la chefferie et non du mfor, qui n’en est que le détenteur ad interim, le temps de son règne. L’appellation de njoo ala’a désigne un éventail de composants de diverses natures, que j’ai répartis en quelques catégories majeures : des institutions – les sociétés régulatrices, qui incarnent ou servent la souveraineté du pouvoir et exercent leurs fonctions via une série de sacra, autres njoo ala’a, conservés dans leurs quartiers respectifs au sein du palais –; des titres et/ou des personnes, comme Ndughe ala’a, la « femme du pays »11, ou le mfor lui-même, en sa qualité de ta ala’a, « père du pays »12; le mythe d’origine13 et l’« hymne national » (mban); des droits et des privilèges, comme le droit de posséder et d’organiser une danse annuelle ou de disposer d’un territoire de chasse; des sacra et autres objets constitutifs du pouvoir et de son idéologie, « choses » souvent d’apparence anodine et que seules les forces qu’elles contiennent différencient d’objets de la vie quotidienne (coupe, pierre, plante, etc.); et, enfin, des lieux, comme le palais (la « maison du pays », nda ala’a) ou les sépultures cheffales.

19La mise en évidence de ces concepts fondamentaux éclaire nettement la nature et le statut de la collection abritée au sein du palais et soulève, on le lira plus loin, une série de questions liées à l’exposition des « choses du palais » dans un musée.

Le « musée » : la « maison de la lance » au sein du palais (= phase 3)

  • 14 Les murs sont faits de pierres, les sols du rez-de-chaussée de ciment, ceux de l’étage et du grenie (...)
  • 15 de Maret (1992 : 61) insiste sur l’importance de créer des musées dans ce type de bâtiment.

20Pour faciliter l’accès aux collections tout en maintenant un degré de sécurité suffisant, il faut déterminer un lieu de conservation adéquat. Le bâtiment suggéré est la maison de réception jouxtant le palais, appelée nda nukang, ce qui signifie littéralement « la maison de la lance », soit la « maison de ceux que l’on combat avec la lance », en bref « la maison des étrangers ». Il s’agit d’un bâtiment de style colonial, construit par le mfor Achirimbi II au début des années 1940 afin d’y héberger ses hôtes (fig. 4). La construction, à laquelle on accède par un escalier en béton, se compose de deux niveaux, surmontés d’un grenier et d’un petit édicule rond couronné d’un porte-drapeau14. Une rénovation et un aménagement des lieux sont indispensables : équipement de l’espace intérieur, sécurisation des ouvertures, peinture, installation de systèmes d’éclairage et d’alarme, etc. Des fonds ont déjà été collectés, qui ont permis la réfection du toit et du système électrique de base; en 1995, les murs ont aussi été grossièrement badigeonnés de chaux. La restauration de ce bâtiment s’inscrit également dans un autre volet du projet, celui de la sauvegarde du complexe palatial comme patrimoine architectural, à la fois monument et site15.

Fig. 4 : La « maison de la lance », palais de Bafut.

Fig. 4 : La « maison de la lance », palais de Bafut.

(© N. Nyst, 1996)

21Bâtie sur un remblai, la maison de réception domine en effet le site du palais. Agé de soixante ans environ, le palais actuel est érigé sur un site occupé depuis le début du 19e siècle et qui a connu plusieurs phases de reconstructions. Jadis composés de bambous de raphia et de chaume, ses édifices ont été à plusieurs reprises la proie des flammes. Il ne subsiste donc plus que quelques vestiges des constructions antérieures, parmi lesquels la base et l’escalier de l’achum (aujourd’hui sanctuaire de la chefferie) vieux de quelque 150 ans et composés d’un agencement de prismes basaltiques retenant un comblement de terre. L’ensemble du palais forme un complexe de constructions en brique réparties en cinq grands quartiers cernés d’un mur de pierres et couvre une superficie d’environ 14.280 m2. Ces constructions nécessitent un entretien régulier et coûteux, que le palais a de plus en plus de mal à assurer, malgré la contribution de la population et les droits d’entrée payés par les touristes.

22Le palais, la plus grande concession du fondom, est la résidence du mfor, un espace à part, qui matérialise les valeurs dominantes de la culture, de l’identité et de l’unité des Bafut. Implanté au cœur de la chefferie, cet ensemble architectural, le bois sacré et l’esplanade de danse qui le jouxtent, ainsi que la place du marché hebdomadaire située à quelques centaines de mètres, constituent la capitale de la chefferie, son centre sociopolitique, rituel et culturel. La résidence personnelle du mfor occupe plus ou moins le centre de la concession; c’est là qu’est actuellement conservée la collection.

23Un autre élément à prendre en considération est le fait que le complexe palatial se compose de quartiers et de parties dont l’accès va du public au privé (fig. 5). Le lieu le plus public est la cour centrale (dite « cour des femmes »), qui sépare les deux quartiers des reines et dans laquelle se trouve également l’accès principal au quartier du mfor.

Fig. 5 : Plan schématique du palais de Bafut.

Fig. 5 : Plan schématique du palais de Bafut.

Légende
I. Cour principale
II. Quartier des jeunes reines
III. Quartier des reines âgées
IV. Quartier de la société kwifor
V. Quartier du mfor
V.5. Achum
V.8. Résidence personnelle du mfor
VI. Bois sacré
VII. Place de danse
VIII. Allée séparant le palais de la maison de passage
IX. « Maison de la lance »
A. Entrée publique principale
B. Entrée publique
C. Entrée des hommes (kwifor, sous-chefs)
a. Accès principal au quartier du kwifor
b. Accès principal au quartier du mfor
c. Passage privé quartier du mfor/quartier des jeunes reines
d. Passages privés divers

(© N. Nyst, 1998).

24Viennent ensuite les parties « semi-publiques » que sont les deux quartiers des femmes, mais aussi certains éléments du quartier du mfor, occasionnellement accessibles, comme la cour de l’achum. Enfin, les lieux interdits, dont l’accès n’est permis qu’à certaines catégories de personnes, tels les quartiers des sociétés régulatrices ou la résidence du chef. La maison de passage et ses jardins sont ainsi interdits à toute personne étrangère au palais, hormis aux visiteurs qui y sont hébergés par le chef. Ce qui pose question si ce bâtiment devient musée…

25Même si plus vaste et plus élaboré, l’agencement du palais sert de modèle et reproduit une symbolique qui existe dans chaque concession et dans chaque quartier de la chefferie. L’un des concepts fondamentaux de cette symbolique est ala’a, terme qui signifie « pays » ou « village » et, par extension ici, « cœur » ou « foyer ». Ala’a fait référence à un point d’ancrage spatial qui « tient » ensemble un certain nombre d’individus, ce qui implique qu’il exerce une force centripète œuvrant au maintien de l’unité et de la prospérité communautaires. Outre ce sens de « tenir », le terme ala’a est également associé à la notion de « transformation », puisqu’il désigne aussi la forge ou le foyer culinaire. Nda ala’a, le palais, est la « maison du pays », le réceptacle de tout ce qui constitue la souveraineté et l’essence de la chefferie, la matérialisation de l’unité territoriale et symbolique du fondom. C’est encore l’atelier du mforgeron, qui y transforme des forces et des richesses dangereuses, provenant de l’extérieur de la chefferie, en produits socialisés, avant de les redistribuer dans la communauté sur laquelle il veille et de bénéficier, en retour, d’un capital symbolique prestigieux (Nyst, 1998). C’est dire si le palais et son principal occupant sont d’un voisinage bénin si l’on crée un musée à leur proximité directe, dans Nda nukang (la « maison des étrangers » !), totalement intégrée à la « maison du pays », point focal du fondom, le centre vs la périphérie, le haut vs le bas, l’intérieur vs l’extérieur, le « dirigeant » vs les « dirigés » (Nyst, 1998, 2001)…

26Quoi qu’il en soit, hormis les quelques aménagements mentionnés plus haut, en avril 1998, la maison de réception n’était pas encore transformée en musée, officiellement pour des problèmes financiers (Asombang, c. p., avril 1998). Mais le nerf de la guerre n’est pas, on s’en doute à ce stade de la lecture, le seul obstacle à se dresser sur le chemin d’un musée à Bafut.

Un musée de chefferie à Bafut : « chose du pays », « chose du palais » ou « chose du mfor » ?

27Si l’utilité du projet et de ses objectifs n’est pas mise en cause, il reste non seulement à dégager les motivations sous-jacentes de cette initiative, mais encore à aborder quelques problèmes latents – et non des moindres –, tel celui de l’exposition d’objets sacrés qui ne peuvent être vus des non initiés : ces objets peuvent-ils être montrés au sein d’un musée ? Mais, une fois encore, ceci fait l’objet d’un autre débat. Le problème qui me tient à cœur dans le présent article est, cela va de soi, celui de l’identité.

28En effet, de quelle identité parle-t-on ? Premièrement, le projet de musée est une initiative du mfor et de quelques notables, autrement dit d’une partie de l’élite politique actuelle de la chefferie. Deuxièmement, le musée est destiné à la préservation, à la restauration, à la conservation et, surtout, à l’exposition des « choses du palais » qui, bien qu’elles comptent parmi les « choses du pays » – et que certaines d’entre elles représentent le mode de vie passé des Bafut en général –, n’en sont pas moins étroitement associées à la dynastie au pouvoir, mais aussi considérées comme représentatives de la capacité des chefs successifs à assurer la prospérité et la modernité du fondom. Qui plus est, ces « choses du palais », on l’a lu, ne peuvent se voir du jour au lendemain arrachées à leur réserve – dans les deux sens de l’expression – pour être tout simplement muséifiées. Troisièmement, le bâtiment actuellement destiné à devenir le musée n’est autre que la maison de passage, celle « des étrangers », destinée à l’origine à accueillir des individus puissants et dangereux, située dans l’enceinte de la concession palatiale, construction dont l’accès est actuellement rigoureusement interdit à toute personne ne vivant pas au palais, sans autorisation préalable du mfor.

29Ce musée, tel qu’il est actuellement projeté, serait donc un musée de chefferie, élaboré, mis en place et implanté dans la sphère du pouvoir central et présentant des attributs fondamentaux de celui-ci. Comment l’ensemble de la population bafut va-t-elle se reconnaître dans ce musée ? Comment perçoit-elle cette initiative ? Il faut ici différencier deux opinions : d’une part, celle des résidents du centre du fondom, qui se montrent relativement satisfaits d’une telle initiative mais en même temps très peu concernés par

  • 16 En outre, les habitants du centre de la chefferie interrogés à ce sujet énumèrent les caractéristiq (...)

30celle-ci16. Le projet étant présidé par le mfor, il ne peut tout simplement pas être remis en question et doit être accepté tel quel, ce qui ne semble pas poser de problème. De l’autre, celle des habitants de certains quartiers plus périphériques ou sous-chefferies à tendance sécessionniste (Bawum et Mambu, par exemple), absolument pas concernés par le projet qui, s’il aboutit, ne pourrait qu’exacerber leur attitude de rejet vis-à-vis du pouvoir central.

31Le projet tel que conçu, c’est-à-dire sous-entendant que le musée constituerait un outil de renforcement de l’identité bafut par rapport aux chefferies voisines – en exposant les « choses du palais » au palais – apparaît donc comme relativement irréaliste aux yeux d’une observatrice/chercheuse extérieure. Sauf s’il est clairement dit qu’il s’agit de l’identité de la dynastie régnante… Car, dans ce cas-ci, le musée apparaît clairement comme un instrument mis en place par le chef de cette dernière pour se représenter et, sous prétexte de souligner la spécificité bafut au sein de la région, voire du pays, légitimer son ascendance et son autorité sur les autres composantes de la chefferie. S’il est évident qu’une telle institution servirait également à attirer des touristes et donc de l’argent, serait-ce en fin de compte au profit des seuls palatins ?

32Le musée constituerait dès lors un moyen d’attirer des étrangers, soit des personnes extérieures au fondom – à commencer par la chercheuse sollicitée pour l’étude de faisabilité du projet. En outre, comme j’ai pu le contaster de visu lors de mes séjours sur place, ces visiteurs originaires d’ailleurs sont pour la plupart des Occidentaux, des Blancs. Pourquoi le préciser ? Pour rappel, l’un des concepts associés aux « choses du palais » est celui de l’« étranger comme source de danger et de pouvoir ». Ce concept s’applique aussi aux individus. A Bafut, l’étranger (outsider) est conçu comme appartenant au domaine de la nature et s’oppose dès lors radicalement à l’autochtone (insider), associé à la culture. S’il est une créature de la brousse, empreinte de dangerosité, il a paradoxalement toujours été – et est encore – bien accueilli au sein du fondom. Des étrangers se sont ainsi vu nommer à des fonctions clés de l’organisation palatiale et de l’appareil politique. De même, les pouvoirs les plus répressifs de l’autorité centrale, vecteurs de pollution, sont toujours confiés à des outsiders; à titre d’exemple, les membres de la société minang, jadis chargée des exécutions capitales, étaient des étrangers. L’Etranger est donc un être puissant, associé à la brousse, hors d’atteinte de toute forme de pollution rituelle et qui, lorsqu’il est désigné par les détenteurs du pouvoir, manipule des méthodes répressives et coercitives au profit de ceux-ci et de la prospérité de l’unité politique. Un condensé de danger et de pouvoir.

  • 17 Ceci explique que le mfor accorde une importance énorme au fait d’avoir des Occidentaux dans son en (...)

33Aujourd’hui, les étrangers sont toujours les bienvenus à Bafut. Cette inclusion de l’autre au sein de l’unité politique fait partie intégrante d’un processus séculaire : l’étranger, menace potentielle, est simultanément la source d’approvisionnement du pouvoir. Si l’étranger constitue un danger destructeur, il est néanmoins vital à la survie de la chefferie et en est, par conséquent, indissociable. L’exemple de l’Occidental (white man) est particulièrement révélateur de ce phénomène. Malgré son teint pâle, qui pourrait évoquer la paix et l’harmonie habituellement symbolisées par le blanc, il est qualifié de mu bang, « enfant rouge », ou de ngu bang, « personne rouge ». Or, la couleur rouge est associée à la chaleur, à la force, au pouvoir. Ceci renvoie à la maîtrise technique dont fait montre l’Occidental par la production de maints objets « extraordinaires », tels les avions, les voitures ou les radios. L’Occidental dispose donc d’un pouvoir ambivalent, à la fois bénéfique et maléfique. Pour écarter tout danger, il doit dès lors être dompté, ce dont seul le mfor, de par sa nature sacrée, est capable. « Apprivoiser » un Occidental revient par conséquent à s’assurer que celui-ci ne nuira pas à la chefferie, tout en garantissant un afflux substantiel de pouvoir supplémentaire17.

34Pour être complète, il faut encore mentionner la dimension pécuniaire qui entre en compte. Les Blancs sont non seulement considérés comme puissants et dangereux, mais aussi riches, puisqu’ils possèdent des choses inaccessibles à la plupart des Bafut. Le mfor a donc tout intérêt à incorporer des Occidentaux dans le fondom, car ils sont vecteurs de richesses. Cependant, ce processus entraîne un danger potentiel : la tentation qui s’offre au chef d’accaparer ces ressources au détriment de la communauté dont il a la responsabilité et d’agir en « mauvais père de famille », en exerçant son pouvoir à attirer des étrangers dans son domaine à son profit personnel. Or, attirer des touristes dans l’enceinte du palais – dans la « maison de étrangers » – constitue l’un des objectifs du projet de musée… Le musée pourrait dès lors constituer un outil potentiellement « destructeur » de la communauté, puisque tel quel, il ne représenterait pas la totalité des Bafut et n’attirerait des étrangers qu’au seul bénéfice de la dynastie régnante. Qui plus est, la structure du musée prévue dans le document correspond au modèle occidental d’une telle institution et donc a un concept lui aussi étranger et empreint de pouvoir… Nous voici donc à nouveau confrontés à des paradoxes, dans lesquels l’identité bafut a, semble-t-il, aux yeux d’une non Bafut à tout le moins, bien du mal à se faire une place.

  • 18 Depuis 1989-1990 existe le projet de transformer l’ancien palais présidentiel d’Ahidjo en véritable (...)

35En fin de compte, il appert que le musée de chefferie de Bafut ne constituerait qu’une « chose du palais » supplémentaire, mais adaptée au contexte contemporain – voire une « chose du mfor », si il ne sert que les intérêts de ce dernier et de sa lignée. En effet, posséder un musée permettrait au mfor bafut de se considérer à ce point de vue comme l’égal du sultan bamum ou du chef bandjun. Je suis dès lors totalement convaincue que le musée est, en tout cas, un nouvel instrument de la compétition hiérarchique et de la lutte de prestige auxquelles se livrent, consciemment ou non, les fon des Grassfields – le musée constituant par ailleurs un moyen potentiel de se procurer des ressources supplémentaires. Une njoo ntoh en plus ? Certainement ! Mais pas seulement, car le projet de musée correspond aussi à une « chose du pays » supplémentaire, un élément qui, à l’échelle nationale camerounaise, renforce l’existence et donc l’identité du fondom dans sa globalité. En effet, par rapport à la faillite de l’Etat, ici en matière de création d’un musée national18, l’initiative du chef et des notables bafut n’est-elle pas un moyen de prouver leur capacité à préserver et valoriser leur patrimoine et donc à affirmer l’identité et la suprématie de la chefferie ?

  • 19 Voir Fisiy et Goheen, 1998.

36Au fil de son histoire, le fondom de Bafut est parvenu à gérer les modifications apportées par les intervenants extérieurs, régionaux comme internationaux, et s’y est adapté. Syncrétique, cette stratégie manipulatrice a réussi à incorporer les changements occasionnés en les accommodant à sa propre identité; inversement, ces transformations ont induit en retour des remaniements de cette identité. Initié par l’élite de la chefferie, elle-même au carrefour de la tradition et de la modernité19, l’actuel projet de musée propage par conséquent de façon emblématique cette pratique séculaire de gestion des « choses » culturelles et, partant, identitaires.

Haut de page

Bibliographie

Argenti, N., 1996. The material culture of power in Oku. Londres : University College of London, thèse de doctorat, n.p.

Argenti, N., 1998. « Air Youth : Mimesis, violence and the State in Cameroon », Journal of Royal  Anthropological Institute 4 (4), pp. 753-82.

Asombang, R. N., 1989. « Museums and African identity : The museum in Cameroon – a critique », West African Journal of Archaeology 20 (= Cultural resource management : An African dimension), pp. 188-98.

Asombang, R. N., 1994. The Bafut Palace Museum Project, African Archives and Museums Project Director’s Workshop, Yaoundé, n.p.

Barley, N., 1997. L’anthropologie n’est pas un sport dangereux. Paris : Payot & Rivages.

Dillon, 1973. Ideology, process and change in pre-colonial Meta’. Political organization (United Republic of Cameroon). Ann Arbor : UMI.

Fisiy, C., and M. Goheen, 1998. « Power and the quest for recognition : Neo-traditional titles among the new elite of Nso, Cameroon », Africa 68 (3), pp. 383-402.

Gaugue, A., 1997. Les Etats africains et leurs musées. La mise en scène de la nation. Paris : L’Harmattan.

Geary, Chr. M., 1984. « Les choses du palais ». Catalogue du Musée du Palais bamoum à Foumban (Cameroun) (= Studien zur Kulturkunde 60). Wiesbaden : Steiner.

Geary, Chr. M., 1988. « Art and political process in the kingdoms of Bali-Nyonga and Bamum (Cameroon Grassfields) », Canadian Journal of African Studies 22 (1), pp.. -41.

Icom, 1996. Manuel des normes. Documentation des collections africaines/Handbook of standards. Documenting African collections. Paris : ICOM.

Loumpet, G, and A. Loumpet-Galitzine, 1992. « Notre musée national sera celui des sciences de l’homme », Cameroun Tribune (Yaoundé) 8 janvier, p. 13.

de Maret, P., 1992. « Financement des activités muséales », Quels musées pour l’Afrique ? Patrimoine en devenir. Actes des rencontres. Bénin, Ghana, Togo, 18-23 novembre 1991, 61 (3). Paris : ICOM.

McLoed, M., 1981. The Asante. Londres : The Trustees of the British Museum.

Ndobo, M., 1999. « Les musées publics et privés au Cameroun », Cahiers d’Etudes africaines, 155 (6),  pp. 789-814.

Nkwi, P. N., 1996. « A conservation dilemna over African royal art in Cameroon », Plundering Africa’s past, eds. P. R. Schmidt and R. J. McIntosh, 99-109. Londres : Bloomington; Indianapolis : Indiana University Press.

Nooter, N. I., 1996. « Regalia », The dictionary of art, gén. éd. J. Turner, 1, pp. 351-5. New York : Grove.

Nyst, N., 1996. « Le trésor cheffal et le projet de musée du palais à Bafut (Cameroun) », Annales d’Histoire de l’Art et d’Archéologie de l’ULB, 18, pp. 141-59.

Nyst, N., 1998. Bafut : une chefferie et son trésor. Eléments pour l’étude de la gestion culturelle traditionnelle, Bruxelles, ULB, thèse de doctorat, n.p.

Nyst, N., 2001. « Le palais de Bafut (Nord-Ouest Cameroun) et ses dépendances : description et symbolique de la ‘maison du pays’« , Annales d’Histoire de l’Art et d’Archéologie de l’ULB, 24, pp. 99-117.

Pompeo, F., 1999. « L’ethnologue ‘gênant’ ou les vicissitudes du projet de création du Musée national du Cameroun », Cahiers d’Etudes africaines 155 (6), pp. 815-7.

Ritzenthaler, P., 1966. The fon of Bafut. Londres : Cassell.

Ritzenthaler, R. and P. Ritzenthaler, 1962. Cameroon village. An ethnography of the Bafut. Milwaukee (Wis.) : The North American Press.

Shanklin, E., 1990. « The odyssey of the Afo-a-Kom », African Arts 23 (4), pp. 62-9; 95-6.

Vcp (Village Community Project – Bafut Pole), 1993. Presentation of the Bafut Village Community Project, Bafut. n.p.

Warnier, J.-P., 1985. Echanges, développements et hiérarchies dans le Bamenda pré-colonial, (Cameroun).Wiesbaden : Steiner.

Haut de page

Notes

1 Le mfor précédent, Achirimbi II, aurait déjà caressé le projet de créer un musée de chefferie à Bafut, suite à un voyage qu’il effectua au Nigeria et au cours duquel il visita les musées de Lagos, d’Ife et de Benin (Ritzenthaler, 1966 : 3).

2 Pour la rédaction de ce projet, R. N. Asombang s’est essentiellement inspiré des travaux effectués il y une vingtaine d’années par l’Allemande Chr. M. Geary (1984), chercheuse de l’Institut Frobenius, et qui ont abouti à la réorganisation du Musée du Palais bamum à Foumban.

3 Les mfor Achirimbi Ier, Abumbi Ier, Achirimbi II et le chef actuel, Abumbi II.

4 Mentionnons notamment le sculpteur Tangie Ngwasih Emmanuel, les vannières Nangah Helen Lum et Nangah Theodora Nchang, ainsi que leur époux Nforbi Nangah, forgeron et sculpteur d’ivoire, et le potier John Che.

5 Leur provenance lointaine et leur rareté font de ces objets des « biens de prestige » généralement associés et monopolisés par les détenteurs de l’autorité politique, d’autant que leur origine étrangère implique qu’ils véhiculent du pouvoir (voir infra).

6 Un tel acte s’accomplit concrètement par le fait que le conquérant s’empare des emblèmes les plus symboliques du chef soumis (bracelets d’ivoire, trône, etc.) et des sacra des sociétés de celui-ci (cloche double, flûte à deux trous, pointe de lance, etc.); les premiers sont incorporés dans le trésor, les seconds sont ajoutés aux « choses » des sociétés régulatrices.

7 Terme qui désigne les dispositifs emblématiques qui soutiennent ou abritent un chef, les insignes qu’il porte, ainsi que les pièces de son habillement (Nooter, 1996 : 351).

8 L’interprétation de ce système sémantique varie selon l’identité du lecteur (âge, degré d’initiation, région, chefferie, village, clan, titre, etc.), ses connaissances, ses dons d’orateur et l’aspect qu’il souhaite mettre en évidence. Par conséquent, ce système n’est pas figé mais flexible, modifiable à souhait. La lecture des objets mnémoniques change suivant le contexte dans lequel elle a lieu puisqu’elle relève de la tradition orale, ce qui accentue cette multiplicité.

9 La substance ancestrale est constituée de l’essence vitale (ndim – sang, souffle, sperme, salive) des chefs successifs, dont la transmission garantit la continuité dynastique. Cette transmission peut s’opérer par contact direct, entre le futur monarque et son prédécesseur – qui, à Bafut, crache sur son successeur – ou la dépouille de celui-ci – qu’enjambe le dauphin –, ou indirect – entre le futur souverain et des sacra (Nyst, 1998).

10 Il faut préciser que l’objet associé à un chef particulier n’est pas nécessairement celui qui, à l’origine, lui appartint ou fut manipulé par lui : cette pièce peut en effet avoir été remplacée par un objet analogue, les pouvoirs de la première ayant été transférés dans le second. L’important n’est donc pas de savoir de quand date l’objet et qui l’a fabriqué, mais bien de s’assurer qu’il s’agit bien de tel ou tel objet (voir Shanklin, 1990 : 67).

11 Un mythe rapporte que c’est Ndughe ala’a qui aurait découvert l’actuel site d’implantation du palais; elle aurait ensuite été mise à mort par le Palais. Les événements malheureux qui frappèrent la chefferie dans les années 1960 furent attribués à ce meurtre rituel abominable. Pour rétablir l’équilibre au sein de la chefferie, il fallait trouver une remplaçante : une guérisseuse renommée fut alors intronisée et baptisée du nom de Ndughe ala’a. Cette « femme du pays » incarne donc la rédemption de la population bafut, symbolise l’élimination de la pollution et le retour à la quiétude de l’ensemble du fondom puisque, sans elle, le « pays » serait exsangue.

12 Forgeron communautaire qui doit œuvrer au bénéfice de l’ensemble de la chefferie.

13 A l’instar de nombre de chefferies de la région, la dynastie au pouvoir à Bafut revendique, à travers son mythe d’origine, une origine tikari ou ndobo, afin de légitimer son pouvoir par rapport à celui jadis détenu par un chef autochtone. Or, dans les Grassfields en général, la primauté historique est conçue comme le fondement de l’autorité; la dynastie régnante a donc sans doute élaboré ce mythe d’origine afin de prouver que son existence est bien plus ancienne que celle des populations autochtones. L’histoire constitue en effet une source de vérité et de légitimité, notion étroitement liée à la relation père/fils, puisque construite sur « a rather literal interpretation of the common sense notion that older people or their representatives had a more precise knowledge because they had lived before those currently living and were seeing things before they were born » (Dillon, 1973 : 89-90).

14 Les murs sont faits de pierres, les sols du rez-de-chaussée de ciment, ceux de l’étage et du grenier de planchers; enfin, les nombreuses ouvertures sont garnies de volets en bois. Au premier niveau, trois pièces occupent le centre de l’édifice; elles sont entourées d’une véranda qui court sur toute la circonférence du bâtiment, dont les angles sont occupés par des chambres à coucher et des salles d’eau. Le second niveau présente le même plan, hormis le fait que les trois pièces centrales sont en enfilade et non séparées par des murs comme au rez-de-chaussée. Enfin, mentionnons encore la présence d’une ancienne cuisine, construction séparée, implantée au milieu des jardins, parcourus de sentiers et plantés de diverses essences.

15 de Maret (1992 : 61) insiste sur l’importance de créer des musées dans ce type de bâtiment.

16 En outre, les habitants du centre de la chefferie interrogés à ce sujet énumèrent les caractéristiques suivantes comme leur étant propres et les différenciant des populations voisines : l’expérience et la puissance militaires de leur fondom – « première chefferie à s’être opposée aux Allemands et à en tuer » –, leur appartenance à une société guerrière (manjong), l’accueil réservé aux étrangers (« welcome strangers, open hearts »), le fait de manger de l’achu – taro et huile de palme –, de savoir chanter le Mban (« hymne national »), de pouvoir parler le Bafut pur, de porter le costume traditionnel et de posséder une corne à boire. En fin de compte, pour la plupart, des « choses » immatérielles.

17 Ceci explique que le mfor accorde une importance énorme au fait d’avoir des Occidentaux dans son entourage et ne se prive pas de les montrer. Ainsi, lors des deux danses annuelles auxquelles j’ai assisté en 1993 et en 1995, le mfor avait placé des Européens à ses côtés. Ceux-ci peuvent en quelque sorte être considérés comme des « choses de la chefferie » ou même des regalia, puisqu’ils sont des « objets » de pouvoir « domestiqués » par le mfor.

18 Depuis 1989-1990 existe le projet de transformer l’ancien palais présidentiel d’Ahidjo en véritable Musée national du Cameroun, projet animé par l’objectif de « créer une conscience unique d’appartenance et d’aboutir à une identité camerounaise » (G. Nyamndi, c. p. à Gaugue, Yaoundé, 1992; Gaugue, 1997). Mais, à ma connaissance et à l’heure où je termine cet article, nul Musée national n’a encore vu le jour à Yaoundé. Voir aussi Asombang 1989, Loumpet & Loumpet-Galitzine, 1992, Ndobo, 1999, Pompeo, 1999, e.a.

19 Voir Fisiy et Goheen, 1998.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Localisation de la chefferie de Bafut
Crédits (© Y. Paquay, 1996).
URL http://civilisations.revues.org/docannexe/image/243/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 2 : Vue partielle du trésor de Bafut.
Crédits (© N. Nyst, 1996)
URL http://civilisations.revues.org/docannexe/image/243/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 3 : Vue partielle du trésor de Bafut.
Crédits (© N. Nyst, 1996)
URL http://civilisations.revues.org/docannexe/image/243/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 4 : La « maison de la lance », palais de Bafut.
Crédits (© N. Nyst, 1996)
URL http://civilisations.revues.org/docannexe/image/243/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 5 : Plan schématique du palais de Bafut.
Légende LégendeI. Cour principaleII. Quartier des jeunes reinesIII. Quartier des reines âgéesIV. Quartier de la société kwiforV. Quartier du mforV.5. AchumV.8. Résidence personnelle du mforVI. Bois sacréVII. Place de danseVIII. Allée séparant le palais de la maison de passageIX. « Maison de la lance »A. Entrée publique principaleB. Entrée publiqueC. Entrée des hommes (kwifor, sous-chefs)a. Accès principal au quartier du kwiforb. Accès principal au quartier du mforc. Passage privé quartier du mfor/quartier des jeunes reinesd. Passages privés divers
URL http://civilisations.revues.org/docannexe/image/243/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 30k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Nyst, « Le trésor de chefferie de Bafut : un musée ? », Civilisations, 52-2 | 2005, 57-74.

Référence électronique

Nathalie Nyst, « Le trésor de chefferie de Bafut : un musée ? », Civilisations [En ligne], 52-2 | 2005, mis en ligne le 01 octobre 2009, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://civilisations.revues.org/243 ; DOI : 10.4000/civilisations.243

Haut de page

Auteur

Nathalie Nyst

Nathalie Nyst est docteure en philosophie et lettres (histoire de l’art et archéologie) de l’ULB, africaniste (Afrique centrale). Maître de conférence à la Faculté de philosophie et lettres de l’ULB et responsable académique du DES en gestion culturelle. Attachée au Service du patrimoine culturel (secteur Musées) du Ministère de la Communauté française de Belgique. Co-coordinatrice du Réseau des Musées de l’ULB.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page