Navigation – Plan du site

Archétypes et types dans les religions du Japon

L'exemple de Fudo nyoo
Robert Duquenne
p. 41-49

Résumé

Acala or Fudo typifies the firm resolve of the adept bent on attaining the Awakening. The symbolism contained in his iconographical representations — so very explicit in the texts to which we have just referred — is one of the richest in the esoteric tradition of Buddhism.
It is probably due to the importance of the mountain in popular Japanese religion that Fudo is revered in Japan. He thus has a shared heritage with the guiding spirits of shamanlike individuals. Thanks to his charisma and his role as a substitute, he can even be looked upon as the personification of the highland ascetic (yamabushi) who quite often appears in the role of a medium.
With the restoration of the Miji and the subsequent rise of militarism, the Marita-Fudo sanctuaries across the country developed into places of prayer for military success and the safe return of sons away at war. They are now places of prayer for world peace and safety on the roads.

Haut de page

Texte intégral

1L'histoire des religions invite volontiers à la recherche d'archétypes, surtout dans le cas des religions nouvellement développées au Japon après la fin de la seconde Guerre Mondiale, à la faveur de la liberté des cultes garantie par la Constitution nouvelle. On ne manque pas de remarquer que ces religions nouvelles sont souvent fondées par des femmes, et de rapprocher ces fondatrices charismatiques des miko, les "prophétesses" de la tradition religieuse autochtone, qui sont une caractéristique de la forme japonaise du "chamanisme" universel. L'introduction du Bouddhisme fait apparaître assez tôt, au moins au début du VIIe siècle, le culte du Bodhisattva Avalokitésara transformé en Kannon, la mère compatissante (v.R.A. Stein, Avalokitésvara) Konan-yin : exemple de transformation d'un dieu en déesse, (Cahiers d'Extrême-Asie II, Kyoto 1986, p. 17-77). Plus tard, cependant, au début du IXe siècle, l'introduction au Japon du Bouddhisme ésotérique fait apparaître les cultes de nombreux personnages aux caractéristiques et aux fonctions précises, et dont les transformations permettent à chaque époque aux dévots de se reconnaître en eux. A notre époque encore, ces cultes sont aussi vivaces que les religions nouvelles, et aussi révélateurs du "phénomène" religieux au Japon.

2Tokiwa Daijo, un grand spécialiste japonais du Bouddhisme chinois, écrivait que Kannon personnifiait toutes les vertus féminines de l'âme chinoise et Fudo, tout l'esprit viril du Japon (Nihon Bukkyo-shi no Kenkyu, Tikyo 1943, p. 142-153). Même si les temps ne pouvaient guère inspirer une réflexion critique, ces propos gardent un intérêt certain pour le sentiment qu'ils révèlent et qui sont encore partagés par bon nombre de Japonais.

3Fudo myoo est un personnage vénéré dans la tradition du Bouddhisme ésotérique du Shingon, transmise d'Inde en Chine vers le début du VIIIe siècle et introduite au Japon par Kukai, en 806. Son nom, traduisant le sanskrit Acala vidyaraja, signifie littéralement le Roi de Science (nommé) Immobile. Il personnifie en effet le caractère immuable du nirvana (la cessation absolue des vicissitudes de la transmigration et de l'inquiétude inhérente à l'existence), le stade à partir duquel le saint bouddhique ne peut plus régresser. Traduisant le sanskrit aksobhya, fudo se réfère encore à l'impassibilité du Buddha devant les tentations du démon Maza (dont le nom désigne à la fois le fait de tuer et l'obstacle que constituent les passions, notamment l'amour, l'attachement en général comme cause première des vicissitudes de l'existence). Son titre de Roi de Science (myoo, vidgaraja) ou de Détenteur de Science (jimyo, vidyadhaza) l'associe à ces génies de la mythologie hindoue qui, malgré l'humilité de leurs origines et de leur rang, détiennent la connaissance par excellence : celle des incantations magiques qui leur permet de subjuguer jusqu'aux dieux les plus puissants.

4Dans le "panthéon" du Bouddhisme ésotérique (panthéon est un terme impropre dans la mesure ou l'individualité des dieux, comme celle de tous les êtres, est fictive et illusoire), les Rois de Science sont les manifestations courroucées des Buddha pour subjuguer les êtres rétifs, particulièrement les dieux Brahma et Siva qui, dans leur orgueil, se croient les souverains de l'univers, les créateurs du monde, que la doctrine bouddhique considère comme essentiellement incréé et impermanent. Ils personnifient la victoire du Bouddhisme sur l'Hindouisme ou plutôt, la victoire de l'adepte pratiquant sur l'attachement illusoire que ces dieux personnifient à leur tour. Malgré leur mine inquiétante, ce ne sont pas des êtres maléfiques, mais au contraire des protecteurs plus puissants que les êtres maléfiques qui s'opposent au progrès de l'adepte.

5Fudo alias Acala est plus particulièrement le messager du Buddha auprès du pratiquant, qu'il a pour mission de seconder en tout et pour lequel il supprime tous les obstacles (le Buddha en question est le Buddha glorifié en un "corps d'essence" et qualifié d'Illuminateur universel : Mahavairocana en sanskrit, Dainichi nyorai en japonais ; c'est la figure centrale du "panthéon" de la tradition ésotérique et tous les autres personnages sont en quelque sorte ses hypostoses, mais il est immanent à l'univers et non pas, comme le Dieu judéo-chrétien, un créateur transcendant). Bien qu'il soit doué de l'essence propre aux Buddha et, à ce titre, un bodhisatha, Fudo a fait, comme les bodhisattva, le voeu de sauver tous les êtres avant de réaliser lui-même son accession au stade de Buddha ; il a fait voeu d'assumer la condition d'esclave et de se contenter des restes de nourriture que lui laisse le pratiquant (dans les règles de la discipline communautaire, les restes de nourriture font pourtant l'objet d'un interdit). Il présente l'aspect d'un jeune homme vigoureux, les cheveux coiffés comme ceux des esclaves en une tresse qui retombe sur l'épaule gauche, le front plissé de vagues, l'oeil mauvais, les dents menaçantes pointant entre les lèvres serrées. Chacun de ces détails revêt un sens ésotérique particulier, mais ils contribuent ensemble à souligner le renoncement délibéré aux caractéristiques de la perfection des Buddha et même des Bodhisattva. Ils contribuent surtout à terrifier les êtres réfractaires à l'enseignement de la Loi.

6Il siège sur un rocher (sita, qu'un jeu de mot associe probablement à sita : règle de discipline), rocher qui est l'image du Mont Sumeru, l'axe de l'univers dans la cosmologie indienne : c'est la montagne par excellence, dont le caractère essentiel est l'immobilité (acala désigne en sanskrit les montagnes, éléphants-dragons célestes auxquels la malédiction d'un ascète troublé par leurs ébats a coupé les ailes) ; c'est aussi, dans le Bouddhisme, le symbole de l'impossibilité dans le nirvana, la cessation absolue. Ce rocher prend parfois la forme du bûcher dressé pour le rite de la purificaiton et de la réalisation mystique par le feu (sanskrit : homa, japonais : goma).

7Dans l'ardeur extrême de sa concentration, il produit des flammes de son propre corps. C'est le feu de la connaissance qui consume les tourments de l'attachement passionné, un feu aussi puissant que la conflagration mettant fin, au terme d'une ère cosmique, à l'univers constitué par l'acte collectif de tous les êtres. Ses flammes sont à l'image de l'oiseau solaire Garuda, qui dévore les serpents venimeux du monde des ténèbres et des eaux. Cette opposition du feu et de l'eau est associée également aux rites du goma et de l'aspersion (konjo, obhiseka) qui consacre l'adepte initié, et à la "pratique dans la cascade" (taki no gyé), où le pratiquant, assailli par la force d'une cascade parfois violente, suscite en lui-même une ferveur qui lui traverse le corps tout entier. Cette opposition et la ferveur qui s'en dégage sont encore symbolisées par le dragon Kurikasa enserrant et avalant une épée enflammée : c'est la métamorphose de Fudo lui-même pour engloutir les sectateurs des quatre-vingt quinze voies extérieures au Bouddhisme, selon un texte probablement apocyphe japonais (Taisho shinshu Daizokyo, édition Taisho du canon bouddhique, vol. XXI. n° 1206, p. 37c) ; c'est aussi, par une singulière coïncidence iconographique, l'image de la kundalini, de l'énergie de l'ascète qui se déploie en anneaux, remontant le long de la colonne vertébrale jusqu'au sommet de la tête.

8L'épée et le dragon, par leur forme, correspondent encore aux attributs essentiels de Fudo : l'épée de la sapience, qui tranche les passions ainsi que les racines de l'acte qui relient l'être aux renaissances sans fin, et le lien symbolisant les expédients de la compassion universelle. Ces deux attributs semblent correspondre à deux aspects de la conception indienne du pouvoir souverain : le pouvoir royal personnifié par Indra et le pouvoir captivant du magicien, personnifié par Varune (v. M. Eliade, le dieu Liewo et le symbolisme des noeuds, Revue d'Histoire des Religions CXXXIV, 1948, repris dans : Images et Symboles, Paris 1953). Deux aspects que personnifient à leur manière les deux acolytes de Fudo Seitaka (sanskrit Cetaka, le serviteur), gros garçon rougeaud à l'air furibond, armé d'un bâton ou d'un foudre et Kongana (Kimkasa, le factotum), à l'air douceâtre et au teint pâle, joignant pieusement les mains ou tenant un lotus.

9Tels sont en gros les caractéristiques d'Acala ou Fudo myoo d'après le Mahavairozana-suka, texte dont l'original en sanskrit semble perdu mais dont on connaît une version chinoise faite par Subhakarasimha en 725 (éd. Taisho vol. XVIII n° 848, p. 7b) et un commentaire du même auteur en collaboration avec son disciple chinois Yi xing (éd. Taisho vol. XXXIX n° 1796, p. 633b), ainsi qu'une traduction et un commentaire en tibétain par Buddhaguhya (seconde moitié du VIIIe siècle). Le commentaire chinois est repris dans la traduction, par Amoghavaga (705-774), d'un texte rituel consacré à Acala (éd. Taisho, vol. XXI n° 1201, p. 15). C'est encore dans le commentaire du Mahavairacanasuka qu'est relatée d'après un Trisamayaraja-sitra perdu en sanskrit, la soumission de Siva Mahésara, le souverain des dieux qui refusait de se conformer à la Loi du Buddha : le Buddha dépêcha contre lui Acala, qui n'est qu'un humble yaksa mais en même temps un "roi de science" et lorsque Mahés vara finit par se retrancher derrière un rempart de fange, Acala engloutit ce rempart et soumit le dieu désormais impuissant (éd. Taisho vol. XXXIX, p. 678-680, textuellement cité dans Taisho XXI n° 1201, p. 13-15).

10Acala ou Fudo personnifie la ferme résolution du pratiquant, déterminé à atteindre l'Eveil ; le symbolisme de ses représentations iconographiques, très explicite dans les textes auxquels on vient de renvoyer, est aussi l'un des plus riches de la tradition ésotérique du Bouddhisme. On comprend donc, par l'influence de cette tradition ésotérique sur la religion japonaise en général, qu'il s'agisse du Bouddhisme ou du Shinto, la place très importante de Fudo dans la religion populaire).

11Il passe pour le protecteur des missionnaires japonais qui rapportèrent de Chine la tradition ésotérique : Nami-Kiri Fudo, vénéré dans le Shikotu et au Koyasan, aurait tranché les vagues d'une mer houleuse au retour de Kukai en 806 (en passant, on reconnaît ici le symbolisme de la mer houleuse de l'impermanence) ; le Fudo jaune (Ki-fudo), dont l'image cachée est vénérée au Miidera près d'Otsu, aurait de même protégé Enchin, échoué sur les îles Rynkyu et aux prises avec des indigènes anthropophages (Konjaku-monogatari-shu, XI, 12). La statuette du Namikirifudo et la peinture du Ki-fudo semblent être les prototypes d'images où le personnage n'est plus représenté assis en méditation, mais debout, prêt à intervenir. La statuette du Namikiri-fudo, que Kikai lui-même aurait sculptée dans un bois que lui avait transmis son maître chinois Huiguo, accompagna les troupes envoyées contre le rebelle Taira no Masokado (934-940) et c'est, dit-on, l'épée de cette statue qui fut vénérée au sanctuaire d'Atsuta, à Nagoya, comme l'un des trois emblêmes du pouvoir impérial ; elle fut encore dépêchée dans le nord du Kyushu, pour contenir la seconde invasion mongole en 1281.

12Avant Enchin, Ennin aurait échappé aux spadassins de l'empereur Wu zong en se transformant miraculeusement en une vieille statue de Fudo (Konjaku-monogatari, XI, 11, Uji shui monogatari 170). Une aventure semblable serait arrivée à Kakuban (1095-1143), poursuivi par les moines du Koysan : dans la chapelle de Fudo où Kakuban s'était réfugié, ses poursuivants découvrirent deux statues et, lorsqu'ils percèrent la jambe de l'une d'elles au moyen d'un poinçon (Kiri), c'est la statue de Fudo qui se mit à saigner à la place de Kakuban qui en avait pris la forme (Taiheiki 18). Ici, c'est la réalisation de l'union mystique qui est illustrée plus particulièrement dans un ensemble de diverses légendes où l'on voit Fudo apporter son secours personnel à ses dévots dans l'épreuve. On le voit ainsi transporter Soo, un disciple d'Ennin, des cascades de la Katsuragawa au pied du Mont Hira jusqu'au ciel de Tusita, le séjour des dieux "satisfaits" et de Maitreya, le futur Buddha (Ujishui monogatari 193). Mongaku, qui pratiquait l'ascèse en plein hiver dans la cascade de Nachi, fut sauvé à plusieurs reprises par les acolytes Kongara et Seitaka (Heike monogatari 5). Yoshihide, peintre célèbre à qui l'on avait commandé une image de Fudo, parvint enfin à rendre leur force aux flammes qui entourent son personnage lorsqu'il vit brûler sa propre maison (Uji shui monogatari 38). A Doyo Teiha, que sa timidité empêchait de prêcher, Fudo fit avaler son épée pour le faire mourir puis renaître avec le don de l'éloquence (Fudosou rishoki 1). C'est en sa qualité de substitut (migawari) du dévot qu'il descend aux enfers pour faire entendre raison à Emma (sanskrit Yama), le juge des morts, comme le montrent deux rouleaux illustrés : le Fudo riyaku engi du Musée National de Tokyo et le Naki-Fudo engi du Musée National de Kyoto.

13C'est probablement à cause de l'importance des montagnes dans la religion populaire japonaise que Fudo est vénéré au Japon plus qu'il ne le fut jamais en Chine et au Tibet (où l'on voit par contre se développer le culte de Manjusri, semblable par bien des aspects). Il s'apparente ainsi aux divinités tutélaires de personnages à caractère chamanique, notamment à des ascètes montagnards semi-légendaires et divinisés sous la forme de génies tengu. Par son charisme et par son rôle de substitut, il peut même être considéré comme une personnification de l'ascète montagnard (yamabushi), qui exerce assez souvent des fonctions de medium : c'est d'ailleurs à lui que l'ascète tend le plus souvent à s'identifier. Sous la forme du tengu Izuna gongen, il préside aux rites de conjuration du renard.

14Le monastère fondé à Narita lors de la révolte de Masakado devient, grâce à la faveur des shogun Tokugawa et de la proximité d'Edo, grâce aussi à la dévotion de l'acteur de Kabuki Ichikawa Danjuro (1660-1704) et de ses successeurs, le lieu d'un culte très populaire et extrêmement prospère. C'est également à l'époque d'Edo que se développèrent, en périphérie de la cité elle-même, le culte des cinq Fudo : aux yeux noirs (meguro), blancs (mejiro), rouges (meaka), jaunes (neki) et verts (meao), qui a laissé à deux quartiers de Tokyo les noms de Meguro et Mejiro. Avec la restauration de Meiji, puis la montée du militarisme, les sanctuaires du Narita-Fudo dans le pays tout entier se développèrent comme des lieux de prière pour la victoire par les armes et le retour sain et sauf du fils sous les drapeaux. Ce sont désormais des lieux de prière pour la paix dans le monde et pour la sécurité routière.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Robert Duquenne, « Archétypes et types dans les religions du Japon », Civilisations, 39 | 1991, 41-49.

Référence électronique

Robert Duquenne, « Archétypes et types dans les religions du Japon », Civilisations [En ligne], 39 | 1991, mis en ligne le 06 juillet 2009, consulté le 27 mars 2017. URL : http://civilisations.revues.org/1646 ; DOI : 10.4000/civilisations.1646

Haut de page

Auteur

Robert Duquenne

Chercheur — Ecole Française d'Extrême-Orient – France

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page