Navigation – Plan du site
L'Afrique équatoriale

Économie et impact de l'agriculture itinérante Badjoué [sud-Cameroun]

Pauwel de Wachter
p. 62-93

Texte intégral

Je remercie le professeur E. Tollens, J.P. Vautherin, M. Dethier et spécialement D.V. Joiris pour leurs commentaires. Enfin, je remercie le MINEF, ECOFAC ainsi que J.M. Froment, P. Seme, le professeur W. Delvingt et le professeur J. Lejoly pour leur soutien et confiance.

Introduction

  • 1  Soit le Cameroun, le Gabon, le Congo, la Centrafrique et la Guinée Équatoriale. Les mêmes conditio (...)

1Cet article concerne des essarteurs d'Afrique Centrale qui vivent dans un environnement caractérisé par des ressources abondantes et dans lequel la production vivrière est liée étroitement à l'investissement en travail humain. Ces conditions d'abondance sont encore présentes dans de grandes parties forestières d'Afrique Centrale1.

2Nous étudions de façon quantitative les différents types de champs qui correspondent à la mise en culture de différents types de jachères. Des données quantifiées fiables nous permettent de quantifier l'impact actuel et futur de l'essartage sur la forêt. Il s'avère que l'essartage Badjoué n'est actuellement pas une menace pour les forêts primaires du Dja.

3Le paysage créé par l'essartage Badjoué est une mosaïque de forêts primaires et secondaires capable de soutenir une pression de chasse plus élevée que la forêt primaire.

4Ce travail s'inscrit dans le cadre d'une recherche réalisée pour le projet ECOFAC-Cameroun. Ce programme, financé par l'Union Européenne, organise la gestion de la Réserve de Faune du Dja selon une politique de gestion participative.

À propos de l'agriculture itinérante

5L'agriculture itinérante traditionnelle dans une zone à faible densité de population est aujourd'hui considérée comme un système agraire durable du point de vue écologique [National Research Council, 1993 ; Sanchez, 1976 ; Whitmore, 1992 ; Beets, 1990 ; Kang e.a. 1984].

6Néanmoins dans beaucoup de textes et de statistiques, l'agriculture itinérante est accusée, de façon parfois peu nuancée, comme très destructive pour les forêts tropicales. Je cite : « Aujourd'hui, cependant, l'agriculture sur brûlis est dénoncée comme un facteur décisif de la destruction croissante des sols agricoles, de l'érosion, de la désertification et de l'appauvrissement généralisé des pays et des régions où elle se pratique » [Gutelman, 1989].

7Nous pouvons apporter les nuances suivantes :

81. l'essartage correspond aux besoins primaires (produire la subsistance végétale de base et, si possible, gagner un petit revenu monétaire) de la population concernée et ainsi diffère des autres causes de déforestation. Les autres causes sont les plantations industrielles, l'exploitation forestière et son effet secondaire de création des voies d'accès à la forêt, les activités minières, les projets d'infrastructure (routes, barrages). Ces activités répondent aux besoins des secteurs « modernes » de l'économie ;

92. en l'absence de croissance démographique, l'essartage traditionnel est peu consommateur des forêts primaires. Mettre en culture une forêt primaire plutôt qu'une forêt secondaire adulte n'offre guère d'avantages agricoles mais demande plus de travail d'abattage ;

103. en ce qui concerne la croissance démographique, il s'agit de savoir si l'agriculture itinérante peut être remplacée par des systèmes agraires moins consommateurs de terre. Pour des raisons d'économie du travail et d'opération dans un environnement riche en ressources, ceci n'est pas une évidence.

  • 2  Des études de l'IITA sur l'agriculture en zone humide au Cameroun (région de Mbalmayo) ont montré (...)

11Le facteur de production limitant, dans le système de production dont l'essartage fait partie, est le travail humain. Le facteur de production terre n'est pas limitant (comme dans des régions fort peuplées). Et, comme l'outillage agricole est rudimentaire, le facteur capital n'est pas très important. Des innovations qui économisent la terre épargnent un facteur de production qui est perçu par les essarteurs comme abondant. Ces derniers ne seront intéressés par ces innovations (ex. le compostage, la culture en couloirs2) que si elles favorisent une diminution du travail nécessaire pour produire leur subsistance [Binswanger, 1986]. C'est là que le problème se pose. Il semble que la plupart de ces innovations augmentent le travail et sont plutôt adaptées aux régions subissant une pression démographique qui provoque une pénurie en terres. Aujourd'hui, cette situation est une exception en Afrique Centrale forestière.

1 : Tapis de Chromolaena odorata à Essienbot.

1 : Tapis de Chromolaena odorata à Essienbot.

L'ébour latjete (jachère préforestière) est dominé par le Chromlaena odorata (Badjoué : Zapi). À l'avant-plan, un champ dont les arachides viennent d'être récoltées. Le manioc reste. Certains arbres n'ont pas été abattus ; à gauche on voit le Pycnanthus angolensis et à droite le Disthemonanthus benthamianus.

  • 3  Huybens et Tollens (1987) ont pendant une année suivi des essarteurs Turumbu dans la région de Yan (...)

12De plus, les essarteurs vivent dans un environnement riche en ressources (terre, gibier, poisson, insectes, fruits, matériaux végétaux, etc.) qui offre des alternatives non agricoles. Dans ces conditions d'abondance, afin d'avoir du temps pour la chasse, la pêche, la cueillette, les activités ménagères et les activités sociales,3 il s'avère normal qu'il se développe une agriculture qui maximalise la rentabilité du facteur de production limitant (le travail). De nombreux projets ont envisagé de changer l'agriculture itinérante mais, vu que c'est un système agricole qui utilise le travail de façon très efficace, ces projets ont plus échoué que d'autres dans le domaine du développement agricole tropical [Beets, 1990] ;

134. il semble que, pour des raisons socioculturelles, la forte croissance démographique continuera encore longtemps en Afrique [Caldwell & Caldwell, 1990] et les pressions démographiques se feront sentir de façon accélérée.

14La croissance démographique suit une courbe exponentielle. Une situation d'abondance de terres peut très vite être renversée. Avec un doublement de la population en 25 ans, il faudra 100 ans pour évoluer de 1 hbt/km2 à 8 hts/km2, mais seulement 25 ans pour évoluer de 8 lits/km2 à 16 hts/km2. Du point de vue environnement et système de production, le dernier changement étalé sur une période de 25 ans est beaucoup plus important que le premier qui s'est étalé sur 100 ans. À la croissance non linéaire de la population s'ajoutent des effets non linéaires sur l'agriculture. Une durée de jachère trop courte se manifeste par une fertilité insuffisante du sol et des travaux de sarclage accrus. La conséquence en sera que la production par ha diminuera. Pour produire la même subsistance, il faudra plus de terres et la longueur de la période de jachère se raccourcira encore.

  • 4  L'association des ferralsols, acrisols, alisols et plinthosols (taxonomie FAO des sols) représente (...)

15Vu les perspectives démographiques africaines, la recherche agricole sur des systèmes agraires qui permettraient de remplacer l'agriculture itinérante par une technologie avec peu d'intrants externes et adaptée à des plus fortes densités de population et des sols fragiles et/ou peu fertiles4, prouvera de plus en plus son utilité. Mais aussi l'agriculture itinérante offre des possibilités d'intensification (en termes de production par ha). Par exemple, une meilleure gestion du complexe coadaptif entre les prédateurs sauvages et les essarts, sera une intensification qui maintient l'expérience, les connaissances et la structure inhérente au système agraire existant. Mais peu de recherches sur des innovations agricoles prennent comme point de départ les riches connaissances et expériences des essarteurs [Richards, 1985] ;

165. parfois on présente l'agriculture itinérante comme un stade primitif d'agriculture. Richards [1985] remarque que l'évolution vers un système plus intensif (en termes de production par ha) n'est pas nécessairement du progrès, mais plutôt causé par la pression démographique (« running harder to stay in the same place »). En continuité avec le discours des paragraphes précédents, nous remarquons que la croissance de la pression démographique défavorise les alternatives non agricoles (chasse, pêche, cueillette). La quantité de ressource extractive par personne diminue quand la population s'accroît. Les ressources cynégétiques et de cueillette auront tendance à diminuer et à être surexploitées. La rentabilité du travail investi dans les secteurs extractifs diminuera et la rentabilité relative du travail investi dans l'agriculture augmentera par rapport aux alternatives extractives. Mais en termes absolus, la rentabilité du travail agricole aura probablement diminué par rapport à un passé caractérisé par un environnement riche en ressources. Les essarteurs présenteront alors un stade assez proche de « l'original affluent society » des chasseurs et cueilleurs ;

2 : Défrichage du kwalkomo à Nbwampeuh (Ekom).

2 : Défrichage du kwalkomo à Nbwampeuh (Ekom).

Au premier plan, un gros parasolier (Musanga cecropioides)à racines échasses qui doit encore être abattu. Derrière, des bananeraies de mars-avril 1993. La zone de Nbwampeuh produit beaucoup de plantain.

  • 5  D'autres aspects (projets routiers, colonisation subventionnée, développement des régions « sous-p (...)

176. la croissance démographique peut causer la migration vers les forêts tropicales5 où les immigrants s'adonnent à une agriculture pionnière. Il faut distinguer l'essartage traditionnel du système pionnier, l'agriculture sur brûlis non traditionnelle telle qu'elle s'est développée sur les fronts de colonisation en Amérique du Sud [Moran, 1981], l'Est de la forêt d'Ituri au Zaïre [Witte, 1992]. L'agriculture itinérante pionnière suit souvent des chemins d'accès à la forêt : les projets de route (ex. les routes transamazoniennes) et l'accès créé par l'exploitation forestière. Les agriculteurs pionniers n'ont pas encore eu le temps de développer un système de production intégré à l'environnement alors que l'essartage traditionnel est intégré à un système de production varié (essartage, chasse, pêche, cueillette, cultures pérennes). Le système de production traditionnel résulte d'une longue interaction mutuelle ou d'une coévolution entre sociosystème (valeurs, organisation sociale, connaissances, technologie) et écosystème [Norgaard 1981,1987]. Les systèmes de production pionniers qui importent des valeurs et des technologies d'ailleurs n'ont pas connu ce long processus d'interaction. Sur le front pionnier, on remarque d'ailleurs qu'après un certain temps les pionniers assimilent certaines connaissances des populations ayant une longue tradition dans la région. Ainsi, le long des routes transamazoniennes un processus de « caboclization » de la part des colonistes a été noté [Moran, 1981].

18Pour conserver l'écosystème forestier contre l'immigration spontanée ou organisée et la surexploitation des ressources, il s'avère nécessaire de donner un statut de protection à une partie de la forêt et de freiner les causes de l'immigration. Un des défis urgents pour le futur est de trouver des modèles de gestion d'aires protégées qui prennent en compte les aspirations des essarteurs traditionnels résidents. C'est dans cet esprit que le projet ACOFAC organise, selon une politique de gestion participative, la gestion de la Réserve de Faune du Dja.

La zone Badjoué de la réserve de faune du Dja

19La Réserve de Faune du Dja (5260 km2) est située à 230 km au sud-est de Yaoundé. Elle est située dans la boucle du Dja. Cette rivière fait partie du bassin du fleuve Zaïre. La région a un climat équatorial toujours chaud avec un régime pluviométrique bimodal. Il pleut environ 1640 mm/année, reparti en deux saisons de pluie (15 mars – 15 juin et 15 août – 15 novembre). La végétation dominante de la Réserve est la forêt dense humide sempervirente. Le relief y est peu marqué et le site se trouve entre 600 m et 700 m d'altitude. L'aire protégée est entourée par des forêts qui sont vouées en premier lieu à des activités d'exploitation forestière pour le bois.

  • 6  Les zones agricoles situées relativement loin (ex. 5 km) des villages sont centrées sur la culture (...)
  • 7  D'après ces photos aériennes, 7 % de la superficie totale sera couverte avec des raphiales (21 % d (...)
  • 8  Des photos aériennes de 1989 couvrent la zone le long de la piste Somalomo-Ekom. Une carte foresti (...)
  • 9  Les Badjoué n'utilisent pas les forêts sur sols hydromorphes parce que les cultures principales de (...)

20La zone Nord de la Réserve est habitée par une population résidente permanente d'environ 1300 personnes de l'ethnie Badjoué [ECOFAC, 1993a]. Les zones au Sud de la partie Badjoué sont inhabitées (quoique visitées par des Baka peu nombreux). Cette population Badjoué de la Réserve vit dans 17 villages le long d'une piste ouest-est qui mesure 46 km à vol d'oiseau (trajet Somalomo-Ndengue carrossable jusqu'à Ekom). La densité linéaire de population le long de cette piste équivaut à 28 hts/km. La grande partie des activités agricoles (essartage, plantations de cacao et de café) est située au maximum à 5 km de la piste et des villages6. Ainsi, la superficie des terres suffisamment proches pour l'agriculture correspond à 460 km2. Il en suit une densité de population de 2.8 hts/km2. Nous avons estimé la superficie des forêts sur sols hydromorphes à 33 %7 de la zone suffisamment proche pour l'agriculture (sur base d'un échantillon de 95 km2 le long de 13 km de cette piste couvert par des photos aériennes (1/20.000)8). Ensuite, nous obtenons une superficie de 308 km2 de terres suffisamment « proches » et ayant des sols avec bon drainage9. La densité de population par rapport à cette dernière superficie correspond à 4,2 hts/km2. Cette dernière densité est actuellement déterminante en ce qui concerne les terres utilisables pour l'agriculture et pour l'emplacement actuel des villages. La population de la réserve est engagée dans un système de production varié qui comporte l'essartage, les cultures pérennes de cacao et de café, la chasse et la pêche (de subsistance et commerciale) et la cueillette. Les céphalophes sont le principal gibier chassé, et parmi la grande variété des produits soumis à la cueillette, citons les graines du moabi (Baillonella toxisperma) pour la fabrication d'huile et les amandes d'Irvingia gabonensis pour enrichir les sauces.

21Le terroir forestier des villages s'étend bien au-delà du rayon de 5 km. Dans le village échantillon d'Ekom les lignes de pièges s'étendent jusqu'à 20 km du village [Dethier, 1995, Joiris et Tchikangwa, 1995]. Des chasseurs d'autres villages à l'Est de la Réserve pénètrent même jusqu'au moins 40 km en forêt pour établir des lignes de piège. Ces lignes de piège fournissent le commerce de viande boucanée.

Le cœur de la Réserve est inhabité mais dans la périphérie vivent des populations Badjoué (Nord), Bulu (Ouest), et Nzime (Est).

22Par ailleurs, des plantations continuent parfois d'être exploitées à l'emplacement d'un ancien village.

23Le projet ECOFAC qui organise la gestion de la RFD a choisi Ekom pour une étude de cas incluant des recherches anthropologiques [Joins et Tchikangwa, 1995], de chasse [Dethier, 1995] et agricoles [de Wachter, 1995]. Le village d'Ekom se trouve à l'extrême est de la partie carrossable de la piste et a une population résidente de 154 habitants, ce qui est environ un huitième de la population de la zone Nord de la Réserve de Faune du Dja. Ekom et les villages avoisinants Koungoulou, Bodjouo et Noo regroupent environ un quart de la population de la zone Badjoué de la Réserve. Ainsi, c'est un des endroits les plus peuplés de la Réserve.

24Nous décrirons de façon synthétique les types de champs et la taxonomie des jachères Badjoué. Puis, nous essayerons d'expliquer les modalités d'utilisation des jachères. La répartition du défrichement annuel en types de jachères nous permet d'estimer le cycle moyen culture-jachère de l'agriculture Badjoué. Nous obtenons ainsi le besoin minimal en terres pour l'agriculture itinérante actuelle. Nous pouvons également anticiper sur les besoins futurs en terre.

Les types de champs vivriers

25(cf. en annexe le tableau résumant les données quantitatives)

26Nous pouvons distinguer deux classes de champs chez les Badjoué : les champs d'arachides et associés qu'on établit sur jachère de courte durée (4 ans de durée de jachère au moment de la mise en culture) et moyenne durée (11 ans en moyenne) et les champs sans arachides, où le bananier plantain et/ou le concombre dominent. Ces derniers champs sont établis sur une forêt secondaire adulte (20 ans et plus de durée de jachère). Les champs de type arachide occupent 75 % des surfaces défrichées dans l'année et les champs sans arachides occupent les autres 25 % de la superficie totale mise en culture par an. Les champs de type arachide sont donc les plus importants en termes de superficie.

27Champs de type « arachide ».
La matrice culturelle (cultures associées) qui domine le champ est constituée d'arachides, de manioc et de maïs, et, sur jachère forestière, de plantain et de concombre (Cucumeropsis mannii ; seulement premier cycle). C'est un champ obligatoire pour le ménage Badjoué parce que les arachides sont un ingrédient journalier dans la cuisine (la première source de lipides et protéines végétaux). La parcelle moyenne a une superficie moyenne de 0,21 ha. Le champ d'arachides du premier cycle (38 % des surfaces annuelles, 1 parcelle par femme cultivatrice par an) est ensemencé et planté en mars-avril (après la grande saison sèche). Le champ d'arachides du deuxième cycle (37 % des surfaces annuelles, 0.92 parcelles par femme cultivatrice par an) est mis en culture en août-septembre (après la petite saison sèche).

28La superficie couverte par les arachides est en moyenne de 79 % (n = 11, s = 5 %). Quand on additionne les touffes de manioc et les pieds de plantain, on obtient une densité moyenne de 1852 unités/ha pour le champ d'arachides sur jachère préforestière et 2698 unités/ha pour les champs sur jachère préforestière. Le champ du premier cycle sur jachère forestière contient en plus du concombre. L'association culturale de champ d'arachides sur jachère forestière est plus intense que sur jachère préforestière.

29Champ de type « sans arachides » où dominent le plantain et/ou le concombre.
Ce type comprend les champs pémé nkwan. pémé bikwan et mafia dimé. Tous ces champs sont établis sur des jachères de longue durée (forêt secondaire adulte ou forêt primaire). Ils occupent 25 % des superficies défrichées dans l'année. Ils sont moins fréquents que les champs d'arachides (0.55 parcelles/femme cultivatrice par rapport à 1.92 parcelles de champs de type « arachides »). La densité moyenne du plantain est de 1665 pieds/ha (n = 6, s = 309).

30Dans le champ de concombre (parcelle moyenne 0.24 ha) on met le concombre (Cucumeropsis mannii) en général en association avec le plantain. Dans ce cas, on peut le considérer aussi comme un champ de plantain. La première année les Badjoués le nomment pémé nkwan (champ de concombre) et l'année après il sera nommé pémé bikwan (champ de plantain). On sème le concombre pendant la petite saison de pluie (avril – mai). Les graines du concombre, une Cucurbitacée, en sont le produit utile. Ce concombre n'est pas un élément essentiel dans la cuisine Badjoué, quoique le goût soit très apprécié. Le concombre a un rôle de culture d'ouverture après abattage des vieilles jachères et de la forêt primaire. La végétation abattue se décompose sous le feuillage abondant du concombre (plante grimpante). Ainsi, des nutrients reviennent lentement au sol et seront utilisés soit pour la culture associée de plantain, soit l'année suivante, après défrichage et brûlis, pour un champ composé d'arachides-manioc-maïs et plantain. Des surplus de graines de concombre se vendent facilement.

31Quand il est trop tard pour semer le concombre on ne met que du plantain et le champ se nomme, dès la première année, le pémé bikwan (champ de plantain). Ce champ a une superficie moyenne de 0.36 ha. Les champs de concombre et de plantain ne subissent qu'un brûlage léger parce que la végétation est abattue pendant la période humide de l'année (avril – août).

32Pendant la grande saison sèche (déc. – fév.), on peut abattre la forêt secondaire adulte pour faire un champ contenant le plantain, le manioc, le maïs, le macabo (Xanthosoma sagittifolium) et des ignames. Pendant la grande saison sèche, la végétation abattue sèche et brûle très bien. D'où le nom de ce champ : mofia dimé (la cendre qui ne s'éteint pas). Ce champ débute après la première pluie de février avec la plantation de plantain et des ignames. L'établissement de ce champ est en concurrence avec la pêche dans le Dja (étiage des eaux pendant la grande saison sèche), la récolte du café et le besoin d'un repos après la récolte du cacao et avant l'établissement du premier champ d'arachides. Le mofia dimé est un petit champ (parcelle moyenne de 0.18 ha) peu fréquent (0.12 parcelles par femme cultivatrice ; 22 % des champs de type « sans arachides »).

Densité des cultures principales des champs de type arachide en fonction de la jachère d'origine

Jachère d’origine

Arachides
(pieds/ha)

Manioc
(touffes/ha)

Plantain
(pieds/ha)

Maïs
(touffes/ha) (**)

Concombre (***)

Jach. préforestière

172.000
(n = 4)

1538
(n = 15) (s = 236)

314
(n = 15) (s = 325)

1534
(n = 10) (s = 554)

86
(n = 4)

Forêt secondaire jeune et adulte

158.000
(n = 6)

1357
(n = 14) (s = 274)

1356
(n = 17) (s = 339)

1537
(n = 9) (s = 557)

798
(n = 7)

(*) Une touffe est le résultat de deux ou trois boutures avec des longueurs entre 35 et 70 cm.
(**) Une touffe consiste en plusieurs plantes qui produisent en moyenne 2.8 épis récoltables.
(***) Le concombre se cultive seulement pendant le premier cycle cultural.

Taxonomie Badjoué des jachères

33Les Badjoué pratiquent une agriculture itinérante sur brûlis. Une parcelle laissée en jachère devient ébour selon la langue Badjoué. Néanmoins, quand cet ébour n'est pas remis en culture et qu'il atteint le stade de forêt secondaire adulte on l'appelle kwalkomo (la forêt qui évolue vers l'ekomo). L'ekomo signifie la forêt qu'on n'a jamais défrichée, ou qu'on n'a jamais travaillée de mémoire d'homme.

: Plantation de rejets de plantain.

3 : Plantation de rejets de plantain.

L'homme défriche le kwalkomo tandis que son épouse plante les rejets de plantain. Les arbres seront abattus et brûlés. Ce brûlage épargnera cependant le plantain déjà enfoui.

34Les ébours sont classifiés, selon leur physionomie végétale en deux types : l'ébour latjetje (l'ébour qui est encore bébé) et l'ébour lalelele (l’ébour qui est déjà dur).

  • 10  On y trouve les herbacées Chromolaena odorata, Afromomum sp., Mikoma augata, Lantana aunara. Musa (...)

35L'ébour latjetje correspond à la jachère préforestière. Elle est souvent dominée par l'adventice Chromolaena odorata, surtout si la jachère précédente sur la parcelle était de courte durée. Quand la jachère précédente était de longue durée, la végétation de la jachère préforestière est plus variée »10. Nous avons estimé, à travers des discussions avec les paysans Badjoué, que la durée moyenne des jachères préforestières mises en culture est de 4 ans. La jachère préforestière représente 37 % de la superficie mise en culture par an. Les champs d'arachides sont responsables pour 99 % de la mise en culture des jachères préforestières, les champs sans arachides pour seulement 1 %. Les derniers champs (avec toujours plantain et/ou concombre) exigent des vieilles jachères, afin que les travaux d'entretien du plantain (culture de longue durée !) restent raisonnables et que la fertilité soit suffisante. En effet, la jachère préforestière à Chromolaena n'est pas aimée par les Badjoué parce qu'on ne peut pas les utiliser pour le plantain (féculent préféré des Badjoué) et le Chromolaena ralentit l'établissement de la jeune forêt secondaire.

36L'ébour lalelelele correspond à la jeune forêt secondaire, qui est dominé par Musanga cecropioides (le parasolier). Musanga renouvelle son feuillage à un rythme rapide et contribue activement à la reconstitution de l'humus du sol.

37Une estimation basée sur la durée de jachère de dix champs d'arachides établis sur la parasole-raie donnait une durée moyenne de jachère de 11 ans. C'est une jachère avec beaucoup d'avantages : le bois tendre du parasolier est facile à abattre, le parasolier abattu pourrit vite et la parcelle est facile à nettoyer (un nettoyage après brûlis de la parcelle précède les semailles d'arachides). La jeune forêt secondaire représente 27 % de la superficie mise en culture par année. Les champs d'arachides constituent 90 % de la superficie établie sur forêt secondaire jeune et les champs de type plantain/concombre, 10 %.

38Le kwalkomo correspond à la forêt secondaire adulte. Dans ce type de forêt le parasolier disparaît progressivement ou a déjà disparu. Des arbres typiques qui succèdent au parasolier sont : Fagara macrophylla, Uapaca sp., Pentaclethra macrophylla, Petersianlhus macrocarpus, Alstonia boonei. Albizia sp., Terminalia superba. Ricinodendron beudelotti, Cleislopho-lispatens, etc. Le kwalkomo représentent 31 % du défrichement annuel (43 % champs d'arachides. 57 % champs de type plantain/concombre).

4 : Champ du type « arachides » établi sur ébour lalelele.

4 : Champ du type « arachides » établi sur ébour lalelele.

Après la récolte des arachides, le plantain entre en compétition avec le manioc. À l'avant-plan, du macabo et de la canne à sucre.

  • 11  La distinction entre kwalkomo et parasoleraie n'est pas toujours claire pour les cultivateurs parc (...)
  • 12  Il s'agit du moustac (Cercopithecus caphus) et du cercocèbe agile (Cercocebus galeritus).

39Le kwalkomo n'est pas apprécié pour la culture des arachides. Le nettoyage après brûlis demande beaucoup de travail et la productivité des arachides y est relativement réduite selon la population (nous avons mesuré une baisse de la productivité par ha des arachides de 20 % dans la jeune forêt secondaire par rapport à la jachère préforestière). Néanmoins, des champs d'arachides sont établis dans le vrai11 kwalkomo. En général, ils sont alors associés à une bananeraie, dans une zone de forêts secondaires adultes. Dans une partie de la friche, on ne met que du plantain (et éventuellement du concombre) et dans une partie avoisinante, on met aussi les arachides parce qu'on n'a pas de jachère plus jeune à côté. Et comme on mettra du plantain à haute densité dans ce champ d'arachides (1500 pieds/ha), le champ sera aussi une bananeraie l'année d'après (plantain mélangé avec manioc et macabo). Cette situation était le cas dans la zone vivrière de Nbwampeuh en 1993. Il n'y avait que des kwalkomo dans la zone de Nbwampeuh. L'intérêt de faire le champ d'arachides dans la même zone que le champ de bananes est d'agrandir la zone cultivée. Ainsi, le rapport périmètre/superficie de la partie cultivée diminuera. La déprédation par des singes12 venus des forêts avoisinantes peut être atténuée de cette façon. Les singes détruisent le plantain et les paysans évitent de créer trop de petites plantations isolées dans une zone forestière.

40Le kwalkomo est de loin la jachère préférée pour les champs de type bananes/concombres. Le kwalkomo constitue 70 % de la superficie d'origine des champs qui ne sont pas de la catégorie « arachides ». En effet, on peut aussi créer un champ de bananes dans la jeune forêt secondaire (parasoleraie), mais alors on mettra presque toujours des arachides (et du manioc) en association : 90 % de la superficie défrichée sur la parasoleraie sont des champs de type arachides. Pour le cultivateur Badjoué il est préférable de mettre en culture le kwalkomo par rapport à l'ekomo (la forêt primaire) parce que le travail d'abattage est plus léger. Le travail de défrichage et d'abattage d'une forêt secondaire de 25 années a été estimé à 130 jours par ha [Leplaideur, 1985]. L'auteur ne connaît pas l'âge moyen des kwalkomo mis en culture. D'après nos observations sur le terrain, beaucoup de kwalkomo en culture sont des vieilles parasoleraies.

41La vraie parasoleraie serait typique pour une jachère de 10 à 15 ans et après environ 20 ans, le stade de la forêt secondaire adulte commence [Bebwa, 1993 ; Orstom & Unesco, 1983]. Nous estimons que le kwalkomo est mis en culture après une durée moyenne de 25 ans.

  • 13  Pour le Sarawak (Malaisie), Cramb (1993) estime que le défrichement de la forêt primaire représent (...)

42La forêt « primaire » (ekomo) constituait 5 %13 de la superficie défrichée en 1993-1994 à Ekom. Ce faible taux s'explique par le travail d'abattage des gros et durs arbres de l'ekomo. « Défricher est un jeu d'enfant mais abattre l'ekomo c'est la mort » (proverbe Badjoué). Les vieux se plaignent que la jeunesse n'a plus la force et la volonté d'abattre les arbres de l'ekomo. Les jeunes sont d'accord avec ce constat. Aussi l'ekomo offre peu ou pas d'avantages agricoles par rapport à la forêt secondaire adulte. Les agriculteurs l'apprécient pour le plantain et le macabo parce que les travaux d'entretien y sont minimaux. Souvent, on étend le défrichage dans l'ekomo pour protéger les bananes du champ avoisinant contre les prédateurs sauvages. Les prédateurs (spécialement les singes) doivent d'abord traverser le nouveau champ (avec de jeunes bananiers) avant d'avoir accès au champ de l'année précédente (avec des bananiers en production). Le premier défricheur de l'ekomo obtient le droit de l'usufruit.

5 : Un endroit riche en cendres.

5 : Un endroit riche en cendres.

Les débris provenant du nettoyage du champ sont entassés et brûlés. Cet endroit sera utilisé pour le semi de plantes exigentes, tels que tabac, amarante et tomate cerise. A côté du brûlis on trouve le manioc, les arachides et les maïs qui constituent la matrice dominante du champ.

Utilisation spécifique des jachères et l'économie du travail

43La fonction de l'essartage dans le système de production diversifié des Badjoué est de produire la subsistance alimentaire végétale de base. Les besoins financiers du ménage Badjoué sont plutôt couverts par les revenus de la culture du cacao et du café, de la chasse avec vente de viande boucanée, et de la pêche dans le Dja. Néanmoins, les cultivatrices vendent d'éventuels surplus d'arachides et de concombre. La cuisine Badjoué utilise comme nourriture végétale de base les arachides, le manioc, le plantain, et le maïs.

  • 14  Les féculents : le macabo (Xanthosoma sagittifolium), taro (Colocasia esculenta), la patate douce (...)

44Ces quatre cultures auxquelles s'ajoute le concombre dominent les champs des Badjoué. Les autres cultures vivrières14 sont secondaires, aussi bien du point de vue agricole que nutritionnel.

Les facteurs de production : la terre, les outils [capital] et le travail

La terre

45La terre est abondante et par conséquent n'est pas un facteur de production limitant dans le pays Badjoué. La présence de forêt primaire à moins d'un kilomètre du village est un indicateur de cette abondance. Il n'y a, actuellement, pas d'autre utilisation concurrentielle pour cette terre.

  • 15  La valeur sur pied est une fonction de l'utilité et de la rareté. Ainsi Baillonella toxisperma et (...)

46Il est vrai que le terroir autour des villages est utilisé comme terroir de chasse (avec une densité de pièges de 15 pièges par km2 [Dethier, 1995]). Mais, il n'y a rien qui prouve que l'utilisation temporaire de la terre pour les cultures diminue le rendement de chasse. Des études récentes [Wilkie & Finn, 1990 ; Thomas, 1991 ; Lahm, 1993] indiquent que la mosaïque de forêts secondaires et de forêts primaires est capable de soutenir une plus forte pression de chasse que la forêt primaire continue. La terre forestière est aussi utilisée pour ta cueillette. Mais les arbres ayant une valeur sur pied seront maintenus.15 Aussi la terre n'a aucune valeur monétaire, on ne peut ni l'acheter ni la vendre.

Le capital : les intrants à acheter

47Les intrants à acheter avec de l'argent sont des outils comme les houes, les machettes, les haches, les limes, une pioche, etc. Un manque d'outils ou des outils de mauvaise qualité rendent le travail plus pénible. Sans hache, on ne peut pas mettre en culture les vieilles jachères. Une situation avec un manque de haches permanent provoque un raccourcissement des jachères et a un effet négatif sur le maintien de la fertilité des parcelles dans le cycle agricole. En effet, des bonnes haches, machettes et limes sont des technologies qui diminuent le travail agricole (pour une unité fixe de production agricole) et pour lesquelles il y a automatiquement une forte demande, si leur prix est abordable. Mais dès qu'on est en possession de cet outillage agricole rudimentaire, le travail investi dans l'agriculture devient le facteur de production déterminant.

6 : Sarclage des arachides.

6 : Sarclage des arachides.

Les femmes travaillent ensemble dans le champ de l'une d'entre elles. Ce champ est établi sur de l'ébour latjetje.

Le travail

48Une logique (il peut y avoir d'autres logiques !) de l'essartage est la maximalisation de la rentabilité du travail accordé aux activités agricoles vivrières sous condition de satisfaire au moins les besoins de subsistance. Ceci correspond à une maximalisation du temps disponible pour les cultures de rente, la chasse et la pêche, la cueillette, les activités sociales et les loisirs.

49Les innovations technologiques à apporter à l'essartage doivent réduire le travail par unité produite. Ainsi, des technologies comme le compostage, qui augmentent la production par ha (la rentabilité du facteur de production terre) mais qui ne réduisent pas le travail par calorie produite, ne seront pas adoptées par les paysans. Le compostage est un exemple de technologie qui économise la terre. Les technologies qui augmentent la production par ha ne sont intéressantes pour l'essarteur dans une situation d'abondance de terres que dans la mesure où ces innovations réduisent le travail.

50Des innovations comme des variétés sélectionnées qui augmentent parfois la production sans augmenter le travail pourraient être adoptées si elles répondent à une demande de la part des essarteurs. Voir à ce sujet Binswanger [1986].

51L'agriculture itinérante offre une très bonne rentabilité de travail [Beets, 1990]. Et parce que les autres facteurs de production sont soit gratuits (terre) soit peu dominants (intrants à acheter), il est très difficile d'en modifier le système. Ce dernier n'aura pas tendance à évoluer vers une agriculture plus permanente sauf si la terre agricole se raréfie, donc quand l'intrant terre commence à jouer un rôle. À ce moment, les paysans peuvent être intéressés par une innovation qui économise la terre (ex. la culture en couloirs).

52Un dernier aspect à envisager est la division du travail entre les sexes. Chez les Badjoué, l'homme défriche et abat, la femme s'occupe de tout ce qui vient après (nettoyage du champ, semailles, entretien, récolte, transformation). Minimaliser les travaux agricoles signifie minimaliser la somme des travaux de l'homme et de la femme. Ceci affecte différemment le travail de l'homme ou de la femme. Far exemple, en défrichant une vieille jachère (par rapport à une jeune jachère) pour un champ de plantain, on diminue les travaux de désherbage. Donc le travail de l'homme augmente parce qu'il doit abattre des arbres à grand diamètre alors que le travail féminin de sarclage diminuera. Si l'homme n'est pas disponible pour l'abattage des gros arbres, les Badjoué choisissent une jeune jachère avec des troncs minces et légers, mais ceci conduit à des travaux de désherbage accrus pour la femme.

7 : Champ de concombres.

7 : Champ de concombres.

Le Cucumeropsis mannii est très vigoureux, il grimpe sur la végétation abattue. On le récoltera en janvier.

53Ces travaux féminins de désherbage augmentent rapidement avec la durée de culture de la parcelle. La raison d'abandonner une parcelle serait aussi bien l'augmentation des travaux de désherbage que la diminution de la fertilité [Sanchez, 1976]. Selon les études de Jurion et Henry [1967] au Zaïre : « Sauf en ce qui concerne les sols originellement très pauvres, l'abandon des champs était rarement justifié par le fléchissement de la fertilité, mais coïncidait en ordre principal avec l'envahissement des sols par les plantes adventices et les rejets de la souille ; les sarclages trop fréquents devenaient plus dispendieux en main-d'œuvre que le défrichement de nouveaux sols ». D'après les observations de Fresco [1986] dans le Kwango-Kwilu au Zaïre, il serait possible que les femmes utilisent l'argument d'une diminution de la fertilité pour convaincre leurs époux de défricher de nouveaux champs. En réalité, l'augmentation du travail de désherbage pour des cultures successives en serait la cause.

54La migration des jeunes hommes vers les villes, ou le manque de motivation (à cause d'une nouvelle perception de la vie par rapport au passé) de ceux-ci pour le dur travail d'abattage des arbres (pour préparer le champ) peut conduire à un raccourcissement du cycle agricole. Une augmentation des champs établis sur jeunes jachères résulte d'un manque de disponibilité des hommes. Ce phénomène se produit dans la région Badjoué. Les vieux disent qu'avant on consommait rarement le manioc et que le plantain était la source principale d'hydrates de carbone. Actuellement, le manioc est devenu au moins aussi important. Le manioc produit encore bien sur des sols dont la fertilité n'est pas suffisamment régénérée et supporte la concurrence (contrairement au plantain) avec les mauvaises herbes. Rappelons que 37 % du défrichement annuel concerne des jachères préforestières. La migration des hommes vers les villes (travail, école) peut donc conduire, comme dans une agriculture avec manque de terres, à un raccourcissement des cycles et mener à une dégradation des sols. Mais, contrairement à une situation avec pénurie des terres, on remarque la présence de vieilles forêts dans les environs des villages.

55Il n'est pas toujours vrai qu'une faible densité de population dans une région indique une abondance de terre. À proximité des villages, la terre est plus sollicitée pour l'agriculture que celle (abondante) loin du village. La terre (abondante) loin du village présente beaucoup d'inconvénients. L'éloignement amène des travaux accrus pour la femme (le transport des récoltes) et des risques accrus de déprédation par la faune sauvage. Par conséquent, avant qu'il ne s'agisse d'un manque de terre général, un manque de terre autour du village ou des habitations peut se développer (inframarginal land scarcity [Binswanger, 1986]). Ceci peut mener à une dégradation des qualités chimiques et physiques des sols. Surtout qu'actuellement, avec l'installation permanente d'infrastructure (routes, écoles, hôpital, commerçants,...), les villages n'ont plus la même tendance à se déplacer comme ils le faisaient auparavant.

Choix de la jachère à cultiver en fonction de l'économie du travail

56Dans la boucle du Dja, nous observons la coexistence de zones de jachères (de courte ou de longue durée) et de la forêt primaire. Cette coexistence s'explique par la maximalisation de la productivité du travail.

8 : Concombres presque mûrs.

8 : Concombres presque mûrs.

La plante a perdu son feuillage, certains fruits sont endommagés par les rongeurs.

  1. Dans une situation d'abondance de terre, le paysan a à sa disposition des jachères de durées variables (y compris des jachères de longue durée) et de la forêt primaire. Le ménage utilise ces terres pour produire des vivres qui doivent au moins couvrir les besoins de subsistance et ceci en minimisant le travail. Le travail consiste en défrichement et abattage, semis et plantation, et entretien. La somme de ces travaux est à minimiser sous condition de produire la subsistance. Ainsi, défricher une vieille jachère demande plus de travail d'abattage mais moins de travaux d'entretien des cultures de longue durée comme le plantain (qui peut avoir plusieurs productions successives) ; défricher une longue jachère demande plus de travail de semis pour les arachides (plus de travail de nettoyage, une partie du champ n'est pas accessible pour planter les arachides (gros troncs abattus avec leur canopée)).

    • 16  Dans certains champs sur jachère préforestière, on arrête la récolte du manioc avant que celui-ci (...)

    Le ménage Badjoué doit absolument produire des arachides, du manioc, du maïs et du plantain. Pour produire l'arachide, le manioc et le maïs, les essarteurs choisissent une jachère de courte durée (jachère préforestière) qui demande peu de travail de défrichage et de nettoyage. Les mauvaises herbes se développent avec vigueur16, mais le sarclage se fait surtout au début (sarclage des arachides). La récolte des arachides est aussi l'occasion de sarcler le manioc au moment le plus propice. Après, le manioc couvre vite le sol et, huit à dix mois après sa plantation, il supporte la compétition des mauvaises herbes. Le plantain est rarement mis dans cette parcelle, parce qu'à l'instar du manioc il supporte mal cette concurrence et qu'en conséquence, son entretien n'est pas rentable.

57Pour le plantain (et le concombre), il faut cultiver une jachère de longue durée. Cela demande un travail d'abattage considérable mais l'entretien nécessaire est minimal. On peut supposer qu'après une certaine (longue) durée de jachère, le travail d'entretien du plantain atteint son minimum. C'est-à-dire que mettre en culture la forêt primaire par rapport à une jachère de durée suffisamment longue n'offre pas l'avantage de la diminution des travaux d'entretien [Dvoràk, 1992].

9 : Récolte des arachides.

9 : Récolte des arachides.

Les arachides sèchent sur des étagères et des souches d'arbres à l'abri des rongeurs.

58Quand on n'est pas certain de créer une parcelle de plantain sur vieille jachère, ou pour minimiser les risques de prédation par les singes, ou si on désire avoir beaucoup de plantain, on peut combiner le plantain avec les arachides et le manioc dans un champ établi sur la parasoleraie. Les Badjoué remarquent que le plantain cultivé sur jachère parasoleraie demande relativement beaucoup d'entretien et donc que ce type de jachère n'est pas envisagé quand on veut avoir plusieurs productions successives de plantain (les travaux d'entretien augmentent avec le temps).

59Conclusion : la jachère préforestière est préférée pour 1'association arachide-manioc, sous condition qu'un certain niveau de fertilité soit atteint (alterner dans le temps jachères de longue durée avec jachères de courte durée sur la même parcelle). La parasoleraie est préférée pour l'association arachides-manioc-plantain. Les travaux de nettoyage sont encore réalisables et la fertilité du sol suffisante pour le plantain. La forêt secondaire adulte est préférée pour le plantain et le concombre. Dans ce cas, deux productions de plantain se succèdent.

60Remarque : le motif pour la conservation des gros arbres sur la parcelle est d'éviter le travail d'abattage. Les petits arbres sont plutôt conservés parce qu'ils donnent un peu d'humidité au champ (la rosée le matin) sans trop ombrager, Pour les diamètres supérieurs à 70 cm, 57 % des pieds sont conservés par rapport à la forêt primaire (58 % de la surface terrière). Pour les diamètres entre 10 cm et 70 cm seulement 4.5 % des pieds seront conservés (7.8 % de la surface terrière). Ces chiffres résultent d'une superficie inventoriée de 13 ha, qui a été au moins deux fois cultivée [de Wachter, 1995].

Les cycles culturaux17

La durée moyenne de la période de culture d'une parcelle

Champ établi sur jachère préforestière

  • 18  La plantation du manioc (dans les champs de type « arachides ») a surtout lieu entre le 15 mars et (...)

61Comme le plantain est absent, c'est la fin des récoltes de manioc qui définit cette durée. Nous avons demandé à 22 cultivatrices de quel champ était récolté le manioc consommé. En nous basant sur le calendrier cultural18, nous connaissons la période étalée entre la plantation du manioc et la récolte : 59 % de ces femmes ont récolté du manioc de 14 mois, 36 % du manioc de 19 mois et 5 % du manioc de 26 mois. Ceci signifie que 59 % avaient déjà fini leur champ de manioc avant une période de 19 mois après plantation. Nous supposons que l'abandon de ce champ est réparti de façon égale entre le 15ième et le 18ième mois. 36 % des femmes avaient déjà abandonné la parcelle d'un âge de 26 mois après plantation. Nous supposons que les abandons sont répartis de façon égale entre le 19ième et le 25ième mois. Les 5 % des femmes qui récoltaient encore du manioc de 26 mois sont supposés arrêter leurs récoltes dans cette parcelle au cours de ce 26ième mois. La moyenne qui en résulte est un épuisement du manioc de la parcelle après 19 mois. Les récoltes par parcelle s'étalent sur 6 mois (1.92 champs de type « arachides » par femme et par an). Ainsi, la moyenne de fin de récolte (et de mise en jachère) d'une microsurface aléatoire de la parcelle équivaut à 16 mois (19 mois-6/2 mois.)

Les champs établis sur forêt secondaire et parasoleraies

62Le plantain est presque toujours présent (sauf dans le rare cas d'une monoculture de concombre). La première production du plantain est étalée, selon les variétés, l'entretien et la vigueur du rejet, entre 1 an et 2 ans après plantation. Le gros de la deuxième récolte s'étale entre deux ans et trois ans après plantation. Mais la densité des pieds de la deuxième production est de moitié par rapport à la première production. La densité de plantain varie entre 1321 pieds/ha dans les champs d'arachides sur parasoleraie et 1665 pieds/ha dans les champs de plantain sur forêt secondaire adulte alors qu'un échantillon de 5 champs en deuxième production de plantain avait une densité moyenne de 870 pieds/ha. L'interprétation est que la moitié du champ n'a qu'une récolte (moyenne de fin de récolte d'une microsurface aléatoire = 18 mois). L'autre moitié produit une deuxième récolte avec une moyenne de fin de récolte après 2.5 ans. Ainsi, la moyenne de fin de récolte d'une microsurface aléatoire de la parcelle entière équivaut à 24 mois.

Le cycle moyen culture-jachère

63L'utilité de cette donnée est qu'elle permet de calculer le besoin minimal en terre pour l'essartage Badjoué actuel. De plus, une durée moyenne de jachère suffisante indique dans quelle mesure la production agricole est durable. Une durée de jachère de dix ans peut être suffisante pour soutenir une bonne production [Sanchez, 1976]. Après 8 à 10 ans, l'accumulation des nutrients dans le sol et la biomasse se ralentissent considérablement (cas relevé à Yangambi au Zaïre).

64Nous utilisons les données de répartition du défrichement annuel entre types de végétations, les durées d'occupation mentionnées dans le paragraphe précédent, et une durée de jachère de 4 ans pour la jachère préforestière mise en culture, de 11 ans pour la parasoleraie et de 25 ans pour le kwalkomo.

65Nous considérons la forêt « primaire » comme faisant partie d'un «cycle» avec des forêts secondaires qui vieillissent jusqu'au stade climax. Dans un premier temps, nous considérons 100 ans comme moyenne d'âge des forêts « primaires » (ekomo) mises en culture et nous obtenons :

Cycle moyen (forêt primaire incluse)

= 37% * (16/12 + 4)

(jach. préforestière)

+ 27% * (2 + 11)

(parasoleraie)

+ 31% * (2 + 25)

(forêt sec. adulte)

+ 5% * (100)

(forêt « primaire »)

= 19 ans

66Si la moyenne d'âge des forêts « primaires » s'élève à 200 ans, le cycle culture-jachère équivaut à 24 ans.

  • 19  Le Chromolaena odorata empêche une réinstallation rapide de la forêt sur les parcelles dont la jac (...)
  • 20  Ceci signifie, dans une situation d'équilibre, que l'âge moyen de la végétation des jachères équiv (...)

67Après les cultures, la forêt se reconstitue rapidement19. Des études au Zaïre ont montré qu'après 8 ans une grande partie de la fertilité est reconstituée. Chez les Badjoué, la jachère moyenne atteint une durée de (19-2 = ) 17 ans20 (forêt primaire incluse dans le cycle), ce qui est suffisant pour une production soutenue assurant le maintien de la productivité du sol après des cycles successifs de culture-jachère.

Sels minéraux stockés dans la végétation d'une jachère à différents stades (Yangambi, Zaïre)

Durée de la jachère

Azote
(kg/ha)

Phosphore
(kg/ha)

Potasse
(kg/ha)

Calcium et Magnésium
(kg/ha)

2 ans

190

22

169

160

5 ans

570

32

420

421

8 ans

580

35

670

668

18 ans

700

108

820

822

Source : Dupriez & de Leener (1993)

68Si le cultivateur permet plusieurs jachères courtes successives sur la même parcelle, la production ne pourrait pas être soutenue et il faudra laisser la parcelle récupérer pendant longtemps. Le danger de plusieurs cycles successifs de courte durée est que la forêt se reconstituera difficilement. En raison de l'abondance des terres, nous pouvons supposer que le cultivateur Badjoué abandonne la parcelle à une jachère de longue durée avant que la qualité du sol ne soit irréversiblement dégradée. La diminution de la productivité du sol et les travaux accrus de désherbage sont vraisemblablement les causes de cet abandon.

69Dans un contexte de faible densité humaine tel qu'il existait par le passé, des discontinuités dans l'utilisation de la forêt étaient dues aux déplacements des villages. Ces déplacements favorisent l'abandon de zones de jachères et la création de nouvelles zones. Mais maintenant, les villages sont de plus en plus sédentaires et l'agriculture Badjoué s'exerce de façon cyclique.

  • 21  93 % des champs vivriers d'Ekom (1993-1994) se situent à moins de deux km du village. Les autres c (...)

70Autrefois, quand un village se déplaçait, le point de gravité21 de l'agriculture vivrière se déplaçait aussi. Le dernier déplacement du village d'Ekom date de 1949 (3 km au sud du site actuel). Néanmoins, plus de recherches sont nécessaires afin d'établir un modèle pour la dynamique spatiale de l'essartage. Ce modèle devrait spécifiquement tenir compte de l'influence des déplacements des villages, de l'éloignement du village, de la culture cacaoyère et de la création de nouvelles zones agricoles en forêt primaire.

71L'intensité de l'utilisation des terres ou le caractère extensif de l'agriculture vivrière est exprimée par le facteur d'Allan L = (C+F)/C, C étant la durée de la période de culture et F la durée de la jachère [Orstom & Unesco, 1983]. On l'utilise pour classifier les systèmes agraires à jachères. Une faiblesse de cet indice est qu'il est parfois difficile de définir le début de jachère (ou la période de culture) et l'indice est très sensible à des variations de ce paramètre. Pour l'agriculture Badjoué C = 37 % * 16 mois + 63 % * 24 mois = 21 mois et C + F = cycle moyen culture-jachère. Ainsi, avec un cycle de 19 ans, L = 11 chez les Badjoué. Des systèmes avec L > 10 ont été classifiés comme la vraie culture itinérante, alors que des systèmes avec L = 5-10 ont été classifiés agriculture avec rotation des terres [Okigbo, 1986]. Notre conclusion est que l'essartage Badjoué a encore un caractère réellement extensif.

Les besoins en terre de l'essartage Badjoué22

L'agriculture vivrière

  • 23  Vu que la composition des ménages est très variable, nous préférons les calculs par femme cultivat (...)

7225 % des résidents d'Ekom sont des femmes cultivatrices (39 femmes sur 41 femmes actives (> 15 ans))23. Les jeunes femmes actives non mariées n'étaient pas résidentes au village, ce qui explique la faible différence entre le nombre des femmes cultivatrices et le nombre des femmes actives. La femme est la plus petite unité économique qui possède ses propres champs et outils. À Ekom, le défrichement annuel atteint 0.55 ha par femme cultivatrice. Le besoin en terre (cycle de 19 ans) qui en résulte est de 10.5 ha par femme cultivatrice. Les femmes cultivatrices représentent 25 % de la population du village et, par conséquent, l'essartage Badjoué nécessite 10.5 ha pour 4 personnes résidentes. Un tel système d'exploitation peut s'exercer de façon soutenue dans un contexte démographique allant jusqu'à 38 habitants/km2 de terre agricole.

  • 24  À comparer avec Champaud (1973) qui obtient 0.42 ha par femme active chez les Bassa (Sud-Cameroun) (...)

Défrichement naturel

Besoin en terre
(cycle moyen de 19 ans)
(**)

par femme cultivatrice

0.55 ha24

10.5 ha

par homme actif

0.46 ha

8.7 ha

valeur absolue à Ekom

21.1 ha

401 ha

Zone Badjoué de la RFD (*)

valeur absolue

169 ha

3211 ha

% des terres proches et bien drainées

0.55%

10.4%

(*) Facteur d'extrapolation de 8 par rapport à Ekom.
(**) Ici on considère que la forêt « primaire » est partie intégrante de la rotation et est une jachère avec un âge moyen de 100 ans. Cette situation reflète la réalité du défrichement actuel.

Développement du vivrier de rente [plantain-macabo]

  • 25  Il faut tenir compte d'une nouvelle répartition entre types de végétation mis en culture : jachère (...)

73Des changements agricoles peuvent avoir des conséquences importantes. Prenons le cas d'un développement du vivrier de rente. Le bananier plantain en association avec le macabo offre normalement des perspectives commerciales (mais il n'y a pas d'acheteurs à cause de l'enclavement de la région). Actuellement, le défrichement annuel pour des champs de type plantain (et/ou concombre) est seulement de 0.12 ha/homme actif pour un champ de plantain moyen mesurant 0.36 ha. Ces parcelles ont en général été abattues par un seul homme. Dès lors, il n'est pas irréaliste de supposer que le défrichement triple de 0.12 à 0.36 ha/homme actif et que la répartition entre types de jachères pour le type de champ plantain/concombre ne change pas (19 % forêt « primaire », 70 % forêt secondaire adulte, 10 % forêt secondaire jeune, 1 % jachère préforestière). L'introduction du vivrier de rente provoque un double effet sur les besoins en terre : le défrichement total annuel augmente de 51 % (31.9 ha/année à Ekom) et le nouveau cycle moyen25 devient 26 ans (au lieu de 19 ans). 21.5 % des terres bien drainées et proches des villages seront soumis au cycle d'essartage (augmentation de 106 %).

Plantations pérennes

  • 26  À Ekom chaque planteur possède en moyenne 1,4 ha de cacao à valoriser (1 ha/homme actif). L'évolut (...)
  • 27  Des plantations qui sont en état suffisamment bon pour être travaillées. En 1994, la boucle sortai (...)
  • 28  Le cacao était aussi planté comme marqueur de terre (Leplaideur & al., 1981). Les tiges restent su (...)

74À part les essarts il existe des plantations pérennes de cacao et de café dans la zone d'étude. Nous avons estimé (sur base des superficies cacaoyères à Ekom26) qu'il y a 360 ha de cacaoyers à valoriser27à long ternie ainsi que 51 ha de caféiers, soit un total de 410 ha de cultures de rentes à valoriser (1.3 % des terres ayant un potentiel agricole). Ces cultures de rente sont cultivées soit derrière les cases (café) soit dans des zones cacaoyères entourées de jachères. À part ces 410 ha, il y a encore (beaucoup28) de plantations totalement abandonnées qui ne pourraient plus être remises en valeur (trop vieilles et trop envahies).

Défrichements occasionnels par des non-résidents

75Nous avons considéré le défrichement par les résidents. Un résident était défini comme une personne qui avait élu résidence au village plus de la moitié de la période 1993-1994. Néanmoins, les non-résidents ont aussi créé des champs à Ekom. Une dizaine de champs ont été réalisés par des non-résidents au cours de cette période. Ceci revient à 5 % du nombre de parcelles établies par les résidents.

10 : Barrière autour du cacao.

10 : Barrière autour du cacao.

Pour limiter les dégâts occasionnés par les chimpanzés et les sitatungas. ce planteur construit une barrière haute de 1,80 m. Il placera des pièges dans les ouvertures.

Augmentation de la population de 3,5 % par année

  • 29  La Banque Mondiale prévoit une croissance de 3.5 % pour la décennie 1990-2000 (World Bank, World D (...)

76L'agriculture actuelle, y compris le défrichement par les non-résidents et les plantations pérennes, nécessite 12.3 % des terres « agricoles ». Avec une croissance de population de 3.5 %29, il faudrait vraisemblablement 61 ans avant que toutes les terres bien drainées et proches du village soient soumises au cycle de l'essartage. À ce moment-là, la densité de population sera de 33 habitants par km2 de terre agricole.

Remarque : retour au village de non-résidents

  • 30  Un couple est rentré de Yaoundé et 5 élèves de 15 ans ou plus ne sont plus rentrés à l'école en vi (...)

77L'impact de l'agriculture vivrière sur la forêt augmentera avec la croissance naturelle de la population mais aussi avec un retour de non-résidents. Nous avons estimé que le nombre des non-résidents est environ égal à celui des résidents. Le Cameroun est en crise et la vie en ville est devenue difficile. Le retour au village est un phénomène réel qui se superpose à la croissance naturelle. À Ekom, la population s'est accrue de 5 % au cours de l'année 1994 à cause d'un retour de non-résidents30. Mais il est difficile de prévoir la future immigration et émigration. Ceci dépendra de l'évolution des conditions économiques dans la Réserve et dans les villes du Cameroun.

L'importance cynégétique des forêts secondaires

78Lahm [1993], dans le nord-est du Gabon, utilise un index de préférence de l'habitat qui révèle que les céphalophes préfèrent autant la forêt secondaire que la forêt primaire. Dans la forêt d'Ituri [Wilkie & Finn, 1990], seulement 3 sur 19 mammifères ont des densités, de manière significative, plus élevées en forêt primaire. Vu que ces forêts secondaires subissent une pression de chasse plus intense que la forêt primaire, Wilkie & Finn en concluent que la productivité secondaire dans les forêts secondaires est probablement plus élevée. Thomas [1991], de nouveau dans l'Ituri, trouve les plus hautes densités de cercopithèques dans des zones avec représentation égale de forêts secondaires et forêts primaires. Thomas fournit l'explication de ce que la production fruitière de la forêt primaire, marquée par une forte saisonnalité, serait une source de nourriture de qualité pendant la période critique de gestation terminale et de début de lactation des cercopithèques. La production fruitière en forêt secondaire est plus continue au cours de l'année et serait une source de nourriture de moindre qualité pour le maintien du métabolisme.

79Lahm [1993] note l'importance de la vieille forêt secondaire pour les mammifères. Chez les Badjoué, la mise en culture de la forêt primaire permet que des forêts vieillissent jusqu'au stade de vieille forêt secondaire ou de forêt primaire, et crée donc un habitat intéressant. Ceci indique qu'une interdiction d'utilisation des forêts « primaires » par l'essartage pourrait aussi avoir des effets négatifs sur la biomasse animale et sur la pression de chasse qu'elle est capable de soutenir, parce qu'une telle interdiction provoquerait une élimination progressive des vieilles forêts secondaires.

80Nous en concluons que la mosaïque forêts secondaires-forêts primaires peut probablement supporter une biomasse de mammifères maximale.

11 : Athérure pris au piège.

11 : Athérure pris au piège.

Ce rongeur (Alberurus africanus), de la famille des porcs-épics (Hystricidae), est un déprédateur du manioc et du cacao. Sa chair comestible est très appréciée.

Scénario

81Considérons la zone de 5 km à partir de la piste. Cette zone contient 7 % de raphiales et 26 % de forêts sur sols hydromorphes. En tenant compte du défrichement par les non-résidents, des plantations pérennes et d'une croissance de population de 3.5 %, il faudra 52 années avant que 50 % de cette zone soient soumis à l'agriculture. Le paysage des environs de la piste aura 50 % de terres exploitées pour l'agriculture, 17 % de forêts « primaires » de terre ferme, 27 % de forêts « primaires » sur sols hydromorphes et 7 % de raphiales. Cependant, quand le vivrier de rente se développe selon le scénario décrit avant, 33 ans suffiront pour atteindre ce seuil de 50 %.

Production et déprédation : future possibilité d'intensification

82La rentabilité par ha de l'agriculture vivrière de la boucle du Dja est satisfaisante quand on ignore des facteurs comme la déprédation, les maladies et le manque de surveillance, d'entretien dont souffrent certaines (parties de) parcelles. Ce dernier facteur est souvent dû à une absence prolongée de la femme cultivatrice ou à une crainte de déprédation future. Les chiffres suivants donnent la production potentielle par ha des champs Badjoué. C'est une production mesurée dans des champs qui ont été entretenus. Nous comparons ces chiffres avec ceux du Ministère de l'Agriculture [MINAGRI, 1990] pour la culture en système traditionnel (pas d'engrais, variétés locales, cultures mélangées avec dominance de la dite culture, entretien régulier) au Cameroun forestier.

83Dans la boucle du Dja, les arachides produisent en moyenne 778 kg de gousses sèches/ha (n = 11 champs, s = 26 %, 79 % de la superficie de la parcelle étant couverts par des arachides) [MINAGRI : 840 kg/ha]. Ces chiffres sont basés sur des récoltes d'arachides de deux fois 25 m2 dans la parcelle. Ces carrés de 25m2 ne subissaient aucune déprédation et la production réelle est moindre à cause des prédateurs.

  • 31  Le contenu en matière sèche (51 %-26 %, Westphal (1985)) des racines fraîches varie selon la pério (...)

84La productivité du manioc atteint 18.5 tonnes de racines fraîches par ha (n = 17 champs, 630 touffes pesées, durée moyenne dans le sol de 15 mois)31[M1NAGRI : 15 tonnes].

85Néanmoins, il est intéressant de comparer la production de la sélection 1 à la sélection 3. Pour une même période d'analyse des récoltes, le manioc qui est resté 18 mois dans le sol produit moins que le manioc qui a duré 13.5 mois. Le manioc qui a séjourné 18 mois dans le sol était atteint de pourriture. Cette pourriture est due à la culture dans des sols forestiers [Silvestre, 1989] ; 53 % des touffes de la sélection 3 étaient atteintes de pourriture avec une perte de poids de 43 % par rapport à une touffe du même champ sans pourriture. Une hypothèse est que cette pourriture est catalysée par les blessures faites aux tubercules par des déprédateurs. Selon les agriculteurs, ceux-ci (spécialement les rongeurs) envahissent surtout des champs non entretenus, ce qui est le cas dans des champs de manioc d'un an et plus après plantation. Parmi les 7 champs de la sélection 1, il n'y avait qu'un champ avec la pourriture. Dans ce champ, 11 % des touffes étaient atteintes avec une perte moyenne de 30 % par touffe malade.

Productivité de manioc

Nombre de champs inventoriés

Durée moyenne dans le sol (mois)

Touffe moyenne (kg)

Densité moyenne (touffes/ha)

Prod./ha (kg)

Prod./ha.an (kg)

# touffes pesées

Résultat général (moyenne de tous les champs inventoriés)

17

15.0

12.3

1 488

18 500

15 200

630

Analyse pour une sélection des champs inventoriés

Sélection 1

7

13.5

16.7

1 494

25 000

22 200

250

Sélection 2

7

15.0

8.3

1 438

12 200

9 600

227

Sélection 3

3

18.2

11.5

1 592

18 200

12 000

153

Sélection 1 : 7 champs de septembre 1993. les récoltes ont été mesurées en sept-oct 1994.
Sélection 2 : 7 champs dont 5 champs de mars 1993 et 2 de septembre 1992. les récoltes ont été mesurées en mars - avril - mai 1994.
Sélection 3 : 3 champs de mars 1993. les récoltes ont été mesurées en sept - oct. 1994.

86La productivité de manioc indiquée par nos chiffres est plutôt un indicateur. Elle ne reflète pas la réelle productivité moyenne de manioc de tousles champs Badjoué. Un bon nombre de ces champs ne produisent que peu de manioc parce que ce dernier est ravagé par des cercocèbes agiles (Cercocebus galeritus), des rongeurs et parfois des potamochères (Potamochoerus porcus). Ainsi, les champs de la zone de Nbwampeuh n'ont presque pas produit de manioc à cause de la déprédation des cercocèbes agiles. Beaucoup d'autres champs d'Ekom ont également perdu 50 % et plus de leur production de manioc à cause d'eux Il s'agit de champs qui sont périphériques à la forêt (primaire ou secondaire).

87La productivité en plantain dans les champs établis sur forêt secondaire adulte atteint 11.8 tonnes de régimes par ha (n = 7 champs, 149 régimes pesés) [MINAGRI : 13.5 tonnes/ha].

88Trois champs avec haute densité de plantain ne subissaient quasi aucune déprédation pendant la période d'enquête et produisaient 17.5 tonnes/ha. Trois autres champs subissaient une forte déprédation et ont perdu 66 % de leur production potentielle. Les déprédateurs étaient surtout le moustac (Cercopithecus cephus), le cercocèbe agile (Cercocebus galeritus) et les écureuils (scivridae). La perte causée par les déprédateurs a été estimée en notant, pour chaque régime, le nombre des doigts détruits (ramené au nombre total des doigts) et en comptant le nombre de régimes totalement ravagés. Remarquons que certains champs, mal surveillés contre les prédateurs, ne produisent aucun régime pendant des mois.

Plantain : analyse de la première production

Nombre de champs inventoriés

Poids moyen du régime (kg)

Poids moyen des régimes en absence de déprédation (kg)

% du régime perdu à cause de la déprédation

Densité moyenne (pieds/ha)

Production/ha (kg)

Nombre de régimes dans la sélection

7

7.0

9.9

31 %

1 612

11 800 kg/ha

149

Sélection 1 : 3 champs sans déprédation

3

9.9

10.1

1 %

1 750

17 500 kg/ha

69

Sélection 2 : 3 champs avec forte déprédation

3

3.1

9.2

66 %

1 450

4 500 kg/ha

48

Plantain : analyse de la deuxième production

Nombre de champs inventoriés

Poids moyen du régime (kg)

Densité moyenne (pieds/ha)

Production/ha (kg)

Nombre des régimes dans la sélection

5

9.1

870 (!)

7 800 kg/ha

123

89La deuxième production de plantain atteint 7.8 tonnes/ha. Cette diminution par rapport à la première production est due à la réduction de la densité. Le poids moyen par régime correspond au poids moyen en première production. La diminution de la densité peut être causée par la récolte de rejets pour la plantation de nouveaux champs et par le manque d'entretien.

90Nous pouvons conclure que la production potentielle en arachides, en manioc et en plantain par ha est satisfaisante. Si cette production par ha se réalisait dans toutes les parcelles, le village aurait un important surplus de plantain et de manioc. Des observations similaires ont été réalisées par Dounias [1993] qui décrit l'agriculture forestière des Mvae du Sud-Cameroun comme une « agriculture qui produit à perte ». La déprédation de la faune sauvage est la principale cause de perte en production vivrière. Durant toute la phase de culture de la parcelle, les déprédateurs représentent une menace constante.

91Les groupes de Cercocebus galeritus (bandes de 20 singes ou plus) peuvent, en quelques heures, ravager une superficie de 400 m2 (20 % d'une parcelle). Ils déterrent les arachides, le manioc (jeune et vieux) et ils prennent les épis de maïs et le plantain. Ils attaquent des champs en bordure de forêt. Deux champs sans surveillance pendant deux jours étaient détruits à 100 %. Ils représentaient un grand problème dans la zone de Nbwampeuh et, à cause d'eux, les paysans ont arrêté de travailler dans cette zone. La seule prévention efficace semble être la présence humaine dans les champs et la chasse au fusil. Il est difficile d'attraper les singes au piège.

92Le Cercophitecus cephus (moustac) est un déprédateur régulier du plantain et du cacao. À part la chasse au fusil, on peut l'attraper aussi au piège-pont. Certains champs isolés peuvent perdre 100 % de leur production de plantain à cause des moustacs et des écureuils.

Les principaux prédateurs

Les principaux prédateurs

Autres : Les éléphants mangent le cacao et les bananes mais ils n'étaient pas un problème au cours de l'étude. le céphalophe à bande dorsale noir (Cephalophus dorsalis) est accusé de manger les cherelles de cacao, le néotrague de Bates (Neotragus batesi) broute les feuilles d'arachides et les cherelles de cacao. La mangouste à pattes noires (Crossarchus obscurus) est accusée de manger les arachides dans les champs.

93Le chimpanzé (Pan troglodytes) fait parfois des excursions dans les champs vivriers pour manger la canne à sucre. Mais il est parfois considéré comme un des principaux ravageurs de cacao. En visitant les cacaoyères, nous avons observé ça et là des cabosses presques mûres mangées par les chimpanzés. La déprédation du cacao par les chimpanzés a un caractère régulier et presque journalier. À part la présence humaine dans les cacaoyères, les grandes barrières (en feuilles de palmier avec une hauteur de 1,80 m) sont efficaces contre les chimpanzés.

94Le gorille cause des dégâts occasionnels aux bananiers (il mange l'intérieur du pseudotronc) et au cacao. Nous n'avons observé que des dégâts causés par des gorilles solitaires et, en comparaison avec les déprédateurs cités plus haut, ce sont des dégâts peu importants.

  • 32  Notons que le piège-barrière attrape surtout des rongeurs et des reptiles alors que les pièges cla (...)

95Les rongeurs sont un problème sérieux pour presque toutes les cultures. Les jachères forment un habitat pour les rongeurs (surtout les aulacodes, les athérures et les rats d'emin). Les paysans réagissent en faisant une clôture autour du champ d'arachides ou en défrichant autour de ce champ (les rongeurs craignent la propreté). Le piège-barrière pankè32, d'une hauteur de 45 cm et faite en feuilles de palmier, est une protection efficace (athérures, aulacodes, rats) mais nécessite beaucoup de travail.

96Le sitatunga (Tragelaphus spukei) broute les feuilles du jeune plantain, d'arachides, du macabo et du manioc ainsi que les cherelles de cacao. Certains champs, situés près des marécages et à moins de 500 m du village, étaient broutés régulièrement par des sitatungas. Une faible intensité de chasse contre eux semble être la cause de la présence régulière des sitatungas près des villages. Un homme a monté une barrière de raphia (hauteur 1,40 m) à 200 m du village pour protéger ses cultures vivrières. La haute barrière en raphia autour des cacaoyères, également efficace contre les chimpanzés, protège le cacao contre les sitatungas. La pose de pièges dans des ouvertures de cette barrière permet de les attraper.

12 : Maïs victime de rongeurs.

12 : Maïs victime de rongeurs.

L'aulacode (Thryonomys swinderianus) est probablement l'auteur de ces dégâts.

97Enfin, le potamochère (Potamochoerus porcus) cause parfois, dans certains ménages, une pénurie en manioc mais nous n'avons pas observé des grands dégâts à cause d'eux.

Chasse et productivité agricole

98La déprédation de la faune sauvage est une des principales causes de perte de production vivrière et une source possible de conflits entre agriculteurs et responsables de la Réserve. Une distinction doit se faire entre la faune déprédatrice dont la chasse devrait être strictement contrôlée (éléphants, gorilles, chimpanzés) et la faune déprédatrice dont la chasse ne pose, dans un premier temps, pas de problème dans le cadre de la conservation (rongeurs, artiodactyles, singes). Actuellement la déprédation des cultures est surtout due aux déprédateurs du deuxième type.

99Actuellement la chasse dans les environs directs des champs est très rare. Ainsi, dans le village d'Ekom, un seul piège-barrière pankè fonctionnait. Ce piège-barrière était destiné à protéger un champ d'arachides. Il s'avère qu'il est plus intéressant pour l'homme Badjoué de la Réserve d'investir son travail dans une ligne de pièges en forêt ou dans l'extraction du vin de palme parce que le rendement est fiable alors que celui d'un système de protection-chasse autour des champs est très variable. La déprédation des champs a aussi un caractère variable et par conséquent la fabrication d'un piège-barrière ne peut pas être rémunérée. De plus, vu qu'il n'y a pas encore une commercialisation fiable des surplus vivriers, ce surplus risque de ne pas être vendu. Une valorisation, également proposée par Dounias [1993], de la production associée de cultures vivrières et de viande des prédateurs sauvages (spécialement les rongeurs) pourrait motiver les hommes à se consacrer plus au piégeage et à la chasse au fusil au voisinage des champs et moins à des activités cynégétiques en forêt.

100Ainsi, l'essartage Badjoué s'intensifiera sur un chemin d'exploitation du système co-adaptif agriculture-prédateurs sauvages. Un élevage associé de rongeurs (spéc. l'aulacode (Thryonomys swinderianus)) peut renforcer cette tendance. Ceci sera une façon économiquement saine de valoriser des surplus de manioc.

101Dans le futur, avec la croissance de la population, le complexe co-adaptatif zones agricoles-faune déprédatrice deviendrait plus important dans l'écosystème et en même temps la nécessité d'une bonne gestion des ressources cynégétiques deviendra plus urgente.

Conclusion

102L'essartage influence seulement la zone le long de la piste Somalomo-Ndengue. Les vieilles forêts de l'intérieur de la Réserve ne sont pas affectées par les activités agricoles contemporaines. Il se pourrait que l'effet écologique soit même positif parce que l'écosystème résultant de l'essartage est plus varié que la forêt homogène. Dans la forêt primaire, les ouvertures qui se créent sans l'intervention de l'homme sont petites (les chablis sont rarement plus grands que 500 m2). C'est seulement dans le centre de tels grands chablis que le parasolier peut s'établir [Hartshom in Hamilton, 1989]. Les ouvertures créées par l'agriculture Badjoué à distance des villages varient entre 10 ha et 50 ha. Avec des longs cycles agricoles et avec le phénomène d'abandon de certaines zones de jachères, ces ouvertures créent des biotopes qui ne pourraient pas exister dans la forêt primaire sans activité humaine. Cette mosaïque peut probablement soutenir une pression de chasse plus forte que la forêt primaire homogène.

  • 33  C'est-à-dire que l'espèce n'a plus un rôle important dans l'écosystème.

103L'absence de certains (gros) mammifères aux environs des villages a été notée par Wilkie & Finn [1990] (okapi, céphalophe à dos jaune, panthère), Thomas [1991] au Zaïre [Ituri] (chimpanzé et Cercophitecus hamlyni) et Lahm [1993] au Gabon (chimpanzé, gorille, éléphant, buffle de forêt). Dans la boucle du Dja, nous avons observé l'extinction écologique aux environs du village33 du gorille, de la panthère, de l'éléphant, du pangolin géant mais le sitatunga et le céphalophe à dos jaune [Dethier, 1995] sont encore présents.

104Il faut évaluer l'essartage du point de vue de l'agriculteur Celui-ci n'est pas un demandeur d'innovations techniques qui augmentent la production par ha tant que la terre est abondante. Ceci se comprend dans le cadre d'une économie basée sur le travail humain et opérant dans un environnement riche en ressources avec un large spectre de possibilités d'investissement du travail. Les projets de développement et les services agricoles ont tendance à offrir aux agriculteurs des innovations agricoles qui économisent la terre mais augmentent le travail (et la complexité de gestion) par unité produite. Or, il n'y a pas de demande pour ce type d'intervention et ces initiatives sont souvent vouées à l'échec. Il vaudrait mieux canaliser les ressources d'un projet dans la création de motivations pour la conservation de la biodiversité (développer l'écotourisme, la gestion de la chasse) et anticiper l'impact futur de la croissance de la population (développer le piégeage autour des champs, enrichir le terroir villageois avec des arbres utiles).

Annexe 1

Données quantitatives sur l'importance des types de champs Badjoué et leur jachère d'origine.

Champs d’arachides

Champs sans arachides

1er champ d’arachides (mars)
(pémé ounodubé)

2e champ d’arachides (septembre)
(pémé ounokolo)

Champ de concombre
pémé nkwan

Champ de bananes
pémé bikwan

Mofia dimé

Pémé modé (*)

Nombre de parcelles par femme cultivatrice (**) par an

1.00

0.92

0.26

0.13

0.12

0.05

1.92

0.55

Superficie par parcelle (ha)

0.21
(s = 0.09 ha)
(n = 57)

0.22
(s = 0.08 ha)
(n = 60)

0.24
(s = 0.08 ha)
(n = 15)

0.36
(s = 0.11 ha)
(n = 8)

0.18
(s = 0.07 ha)
(n = 8)

0.14
(s = 0.04 ha)
(n = 4)

Superficie (ha) par femme cultivatrice par an

0.21

0.20

0.06

0.05

0.02

0.01

0.41

0.14

0.55

Superficie (ha) par homme actif par an

0.18

0.17

0.05

0.04

0.02

0.01

0.35

0.12

0.47

Superficie (en ha et valeur relative) mise en valeur par an pour ce type de champ ) à Ekom

8.0 ha
38 %

7.7 ha
37 %

2.4 ha
11 %

1.8 ha
9 %

0.8 ha
4 %

0.3 ha
1 %

15.7 ha
75 %

5.4 ha
25 %

21.1 ha
100 %

Répartition de la superficie défrichée pour ce type de champ entre les différentes formations végétales
(*) Peme mode se traduit par champ de nourriture. Des féculents comme le manioc, le plantain et le macabo sont désignés par les Badjoué comme « nourriture ». Ici dans le tableau, peme mode signifie un champ avec du plantain, du manioc et du macabo et, éventuellement, du concombre. Ces cultures ont été mises en place sans mettre des arachides (suite par exemple à un manque de semences d'arachides ou parce qu'on n'a pas eu le temps d'ensemencer le champ en arachides).
(**) Une femme cultivatrice est une femme résidente qui a cultivé au moins une parcelle pendant la période 1993-1994. 25 % des personnes résidentes à Ekom sont des femmes cultivatrices (39 femmes sur 41 femmes actives (> 15 ans)).

Source : un inventaire de tous les champs vivriers d'Ekom pendant la période 1993-1994 a été établi. Le recensement a été fait avec des interviews de profondeur. Ainsi 189 parcelles et leur jachère d'origine ont été recensées. 151 (80 % du total) de ces parcelles ont été visitées et cartographiées.

Champs d’arachides

Champs sans arachides

1er champ d’arachides (mars)
pémé ounoduhé

2e champ d’arachides (septembre)
pémé ounokolo

Jachère préforestière
ébour latjetje

39 %

60 %

1 %

Jeune forêt secondaire
ébour lalelelele

38 %

27 %

10 %

Forêt secondaire adulte
kwalkomo

23 %

13 %

70 %

Forêt primaire
ekomo

0 %

0 %

19 %

Répartition de la superficie défrichée par année à Ekom entre les différentes formations végétales

Jachère préforestière (ébour latjetje)

Jeune forêt secondaire (ébour lalelelele)

Forêt primaire (kwalkomo)

Forêt secondaire adulte (ekomo)

37 %

27 %

31 %

5 %

Annexe 2

Systèmes de protection des champs contre les prédateurs

Le piège-barrière (panké)

105Le panké est une barrière d'une hauteur de 40 cm dans laquelle on laisse des ouvertures (portes). La distance entre les portes varie entre 3 et 6 mètres. Dans ces portes on pose des pièges à collet qui prennent autour du cou. La barrière est faite avec des feuilles de palmier (palmier d'huile et raphia).

13 : Panké autour d'un champ.

13 : Panké autour d'un champ.

Cette barrière est faite avec des feuilles de palmier. Des pièges sont placés dans les ouvertures pour attraper des rongeurs et des reptiles (varans et serpents).

Levier : maintenu courte, il se redresse quand le piège se déclenche et tenue la boucle du collet.
Déclencheur : quand l'animal le touche, le piège se déclenche (équilibre instable).
Dent : coincée entre le levier et le nkarba. elle garde le levier en place, à deux centimètres du sol.
Nkaba : il garde l'animal attrapé au sol. il doit être enfoncé profondément dans le sol.
Porte : l'animal doit passer par ici.
Collet : il ensert le mu. Il peut même attraper des mille-pattes !
Raphia : il doit être lissé
Bâtons derrière : pour la stabilité verticale de la barrière.
Bâtons devant : peu espacés pour empêcher les animaux de traverser la barrière.

Petite liane : barre le chemin à l’animal ; touché par celui-ci, elle déclenche le piège.
Déclencheur : maintenu par la dent, il est en équilibre instable.
Dent : elle retient le levier.
Pont : les singes préfèrent passer sur un pont que sur le sol.
Collet : nœud coulant, en connexion avec le câble entre la dent et le scion
Levier : libéré par le déclenchement du piège, il se redresse brusquement et renferme le collet.

14 : Fabrication du piège « pont ».

14 : Fabrication du piège « pont ».

Efficace contre le singe moustac (Cercopilhecus cephus). il protège les cacaoyères et les bananeraies.

15 : Clôture de bois autour d'un champ d'arachides.

15 : Clôture de bois autour d'un champ d'arachides.

Le bois abattu dans la parcelle est érigé en clôture autour du champ pour former une barrière protectrice contre les déprédateurs.

Haut de page

Notes

1  Soit le Cameroun, le Gabon, le Congo, la Centrafrique et la Guinée Équatoriale. Les mêmes conditions existent également dans une grande partie du Zaïre forestier.

2  Des études de l'IITA sur l'agriculture en zone humide au Cameroun (région de Mbalmayo) ont montré que la culture en couloirs n'est pas attractive pour le paysan quand il a des parcelles fertiles de forêt secondaire à cultiver (IITA, 1993). On peut en conclure que, là où la terre est encore abondante, la culture en couloirs n'économise probablement pas le facteur de production travail par unité de production. Dans des régions où les terres deviennent rares (ex. autour des villes et dans les régions à densité relativement élevée de population), la culture en couloirs est intéressante parce qu'elle économise la terre. De plus, c'est une technologie qui demande peu d'intrants (« low external input agriculture ») et qui crée des retombées concrètes pour les agriculteurs dont les faibles moyens ne permettent pas d'assumer des risques financiers.

3  Huybens et Tollens (1987) ont pendant une année suivi des essarteurs Turumbu dans la région de Yangambi au Zaïre. Ils ont noté l'utilisation du temps entre 6 heures le malin et 6 heures le soir. Chez les hommes, l'agriculture occupait seulement 11 % de leur temps par rapport à 19 % pour des activités extractives. Chez les femmes, l'agriculture occupait 27 % de leur temps et les activités extractives seulement 4 %. Les autres catégories d'utilisation du temps étaient les loisirs (h : 45 %, f : 29 %), les activités ménagères (h : 2 %, f : 23 %), l'artisanat et la fabrications d'outils (ex. pirogues, maisons) (h : 12 %, f : 2 %), les activités sociales (h : 6 %, f : 7 %), et les repos de maladies (h : 5 %, f : 8 %).

4  L'association des ferralsols, acrisols, alisols et plinthosols (taxonomie FAO des sols) représente environs 45 % des sols tropicaux (Driessen & Dudal, 1991. La fertilité de ces sols acides n'est pas élevée. Les ferralsols sont dominants sur les vieilles surfaces en Afrique Centrale et Amérique Latine. Les ferralsols ont des bonnes qualités physiques (peu érodibles) mais leurs qualités chimiques sont pauvres. Le maintien de la matière organique avec des longues périodes de jachères, le compostage ou le mulch est une technique de gestion agricole importante.

5  D'autres aspects (projets routiers, colonisation subventionnée, développement des régions « sous-peuplées » (?!) peuvent causer ou faciliter cette migration. Vu la démographie galopante de l'Afrique, l'émigration vers les régions peu peuplées sera une importante cause de déforestation dans le siècle à venir.

6  Les zones agricoles situées relativement loin (ex. 5 km) des villages sont centrées sur la culture cacaoyère, qui exige de bons sols (souvent des anciens fluvisols à proximité du Dja). Les groupements de plantations cacaoyères sont entourés par des jachères, qui reflètent une agriculture vivrière importante datant de la période des bons prix pour le cacao (avant 1989). On y trouve des cabanes permettant une résidence sur place.

7  D'après ces photos aériennes, 7 % de la superficie totale sera couverte avec des raphiales (21 % des formations végétales sur sols hydromorphes).

8  Des photos aériennes de 1989 couvrent la zone le long de la piste Somalomo-Ekom. Une carte forestière a été établie sur base de ces photos (ECO-FAC, 1993b).

9  Les Badjoué n'utilisent pas les forêts sur sols hydromorphes parce que les cultures principales de longue durée (manioc, plantain, macabo) ne supportent pas un sol avec mauvais drainage. Ils font parfois des petits champs dans les marécages pendant la grande saison sèche. On y met du maïs et de la canne à sucre. Mais ce type de champ est très rare.

10  On y trouve les herbacées Chromolaena odorata, Afromomum sp., Mikoma augata, Lantana aunara. Musa sp., Combretum sp., Costus sp., Orena labata et des semences d'arbres héliophiles Musanga ceropioides. Albizia sp., Ficus micuso, Macaranga spinosa, Rauvolfia macropbilla. Funtumia elastica, Telrorchydium didymostemon, Vernonia couphenta, Margartteria discoidea, Rauvolfia vomitoria, Harunga madagascariensis,... Des repousses de souches sont aussi un élément caractéristique de ce recrû forestier.

11  La distinction entre kwalkomo et parasoleraie n'est pas toujours claire pour les cultivateurs parce qu'une bonne partie des kwalkomo mises en culture sont des vieilles parasoleraies.

12  Il s'agit du moustac (Cercopithecus caphus) et du cercocèbe agile (Cercocebus galeritus).

13  Pour le Sarawak (Malaisie), Cramb (1993) estime que le défrichement de la forêt primaire représente moins de 5 % de la superficie défrichée par année par les essarteurs.

14  Les féculents : le macabo (Xanthosoma sagittifolium), taro (Colocasia esculenta), la patate douce (Ipomoea batatas), l'igname (Dioscorea spp.) et la pomme de terre (Solanum tuberosum). Les légumes-feuilles : l'amarante (Amaranthus spp.), la morelle noire (Solanum nigrum). Les légumes-fruits : le melon (Cucurbita sp.), l'aubergine amère (Solanum esculentum), le gombo (Hibiscus esculentus), la tomate-cerise (Lycopersicum esculentum), la morelle amère (Solanum aethiopicum) et le piment (Capsicum frutescens). Enfin il y a le tabac (Nicotiana tabacum), la canne à sucre (Sacharrum sp.), l'haricot (Phaseolus vulgaris), la banane douce (Musa spp.) et l'oignon (Allium cepa). Ces plantes se cultivent dans les champs de type « arachides », là ou on a brûlé des tas de débris. Les tas de débris résultent du nettoyage (enlever les branchettes non-brûlées) du champ d'arachides. Nous avons estimé le nombre de tas de débris à 165 tas/ha (n = 18 champs).

15  La valeur sur pied est une fonction de l'utilité et de la rareté. Ainsi Baillonella toxisperma et Irvingia gabonensis seront maintenus parce qu'ils sont rares et très utiles. Les fruits du Ricinodendron heudelotti sont appréciés pour les sauces. Cet arbre est utile mais il n'est pas rare et on l'abattra souvent. Son bois très tendre pourrit vite et les agriculteurs estiment que le Ricinodendron abattu rend la terre plus fertile.

16  Dans certains champs sur jachère préforestière, on arrête la récolte du manioc avant que celui-ci ne soit épuisé. Le Chromolaena odorata rend la parcelle tellement impénétrable que la cultivatrice préfère récolter du manioc dans un champ plus jeune.

17  La moyenne de fin des récoltes régulières sur une microsurface aléatoire de la parcelle peut définir cette durée.

18  La plantation du manioc (dans les champs de type « arachides ») a surtout lieu entre le 15 mars et le 15 avril (premier champ d'arachides) et entre le 15 août et le 15 septembre (deuxième champ d'arachides).

19  Le Chromolaena odorata empêche une réinstallation rapide de la forêt sur les parcelles dont la jachère précédente était de courte durée. Il est donc probable que la reconstitution totale de la fertilité du sol soit ralentie par le Chromolaena puisqu'une reconstitution totale de la fertilité demande une végétation variée. Le rétablissement de la richesse minérale est un effet de la diversité. Certaines espèces stockent dans leur biomasse plutôt du phosphore, d'autres du potasse, du magnésium, etc. le Chromolaena, avec son enracinement peu profond, ne peut donc pas reconstituer la fertilité totale du sol.

20  Ceci signifie, dans une situation d'équilibre, que l'âge moyen de la végétation des jachères équivaut (17/2=) à 8.5 ans.

21  93 % des champs vivriers d'Ekom (1993-1994) se situent à moins de deux km du village. Les autres champs vivriers sont situes dans des zones cacaoyères. Avec la reprise de la culture cacaoyère, dès 1994, nous pouvons supposer que la partie des champs situés dans les cacaoyères soit en augmentation. Spécialement le champ d'arachides du deuxième cycle (semailles en septembre) est situé près des cacaoyères parce que les semailles, plantation et premier sarclage coïncident avec la récolte du cacao. Les planteurs ont aussi intérêt à avoir un maximum de présence humaine dans les zones cacaoyères afin d'effrayer les prédateurs sauvages.

22  Pour calculer les besoins en terre il faut multiplier la surface mise en culture par année avec le cycle moyen culture-jachère. On fait les calculs par femme cultivatrice, par homme actif (et défricheur) et pour la zone Nord de la Réserve du Dja (facteur 8 d'extrapolation par rapport à Ekom).

23  Vu que la composition des ménages est très variable, nous préférons les calculs par femme cultivatrice. Une femme cultivatrice est une femme qui a résidé à Ekom (le village échantillon) pendant au moins la moitié de la période 1993-1994 et qui a cultivé au moins un champ.

24  À comparer avec Champaud (1973) qui obtient 0.42 ha par femme active chez les Bassa (Sud-Cameroun). Chez les Fang (Sud-Cameroun, Nord-Gabon) Alexandre et Binet (1958, dans Joiris et Bahuchet (1993)) obtiennent 0.52 ha par femme active, ce qui est très proche de notre chiffre de 0.55 ha.

25  Il faut tenir compte d'une nouvelle répartition entre types de végétation mis en culture : jachère préforestière 25 %, jeune forêt secondaire 21 %, forêt secondaire adulte 44 % et forêt « primaire » 10 %.

26  À Ekom chaque planteur possède en moyenne 1,4 ha de cacao à valoriser (1 ha/homme actif). L'évolution des superficies des cultures pérennes dans la boucle dépendra surtout des prix. Dans le futur, au cacao et café peut s'ajouter le palmier à huile.

27  Des plantations qui sont en état suffisamment bon pour être travaillées. En 1994, la boucle sortait d'une profonde crise du café et du cacao (baisse des prix, problème de transport des récoltes). Une partie seulement de cette superficie est réellement travaillée.

28  Le cacao était aussi planté comme marqueur de terre (Leplaideur & al., 1981). Les tiges restent sur place pendant 50 ans et ainsi le cacao marque la terre pour le planteur et ses héritiers. Ceci explique pourquoi certains planteurs ont plusieurs (parfois 4 ou 5) cacaoyères. Celles-ci ne sont pas travaillées de façon intensive. Une année on travaillait telle cacaoyère et l'autre année une autre.

29  La Banque Mondiale prévoit une croissance de 3.5 % pour la décennie 1990-2000 (World Bank, World Development Report 1992).

30  Un couple est rentré de Yaoundé et 5 élèves de 15 ans ou plus ne sont plus rentrés à l'école en ville parce que les moyens financiers manquaient.

31  Le contenu en matière sèche (51 %-26 %, Westphal (1985)) des racines fraîches varie selon la période de l'année. Dans le Dja, il y a une longue saison sèche qui dure 4 mois. Pendant cette saison sèche, les tubercules perdent du poids frais, mais le pourcentage en amidon augmente. Le manioc perd aussi de ses feuilles pendant la saison sèche. Quand les pluies reviennent au mois de mars, la plante produit d'abord des nouvelles branches et feuilles et il se peut que la quantité totale de matière sèche dans les tubercules diminue (Silvestre, 1989). Les tubercules grandissent de nouveau quand tout le feuillage a été établi. La très bonne production de manioc (sélection 1) est du manioc qui a été pesé vers la fin de la période humide (la saison sèche commence vers mi-novembre), quand le contenu en eau est maximal. Il est donc conseillé d'établir la productivité de manioc en utilisant l'unité « matière sèche ».

32  Notons que le piège-barrière attrape surtout des rongeurs et des reptiles alors que les pièges classiques posés en forêt attrapent surtout des artiodactyles. Avec le piège-barrière on exploite donc une autre ressource.

33  C'est-à-dire que l'espèce n'a plus un rôle important dans l'écosystème.

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1 : Tapis de Chromolaena odorata à Essienbot.
Légende L'ébour latjete (jachère préforestière) est dominé par le Chromlaena odorata (Badjoué : Zapi). À l'avant-plan, un champ dont les arachides viennent d'être récoltées. Le manioc reste. Certains arbres n'ont pas été abattus ; à gauche on voit le Pycnanthus angolensis et à droite le Disthemonanthus benthamianus.
URL http://civilisations.revues.org/docannexe/image/1611/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre 2 : Défrichage du kwalkomo à Nbwampeuh (Ekom).
Légende Au premier plan, un gros parasolier (Musanga cecropioides)à racines échasses qui doit encore être abattu. Derrière, des bananeraies de mars-avril 1993. La zone de Nbwampeuh produit beaucoup de plantain.
URL http://civilisations.revues.org/docannexe/image/1611/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Légende Le cœur de la Réserve est inhabité mais dans la périphérie vivent des populations Badjoué (Nord), Bulu (Ouest), et Nzime (Est).
URL http://civilisations.revues.org/docannexe/image/1611/img-3.png
Fichier image/png, 631k
Titre 3 : Plantation de rejets de plantain.
Légende L'homme défriche le kwalkomo tandis que son épouse plante les rejets de plantain. Les arbres seront abattus et brûlés. Ce brûlage épargnera cependant le plantain déjà enfoui.
URL http://civilisations.revues.org/docannexe/image/1611/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre 4 : Champ du type « arachides » établi sur ébour lalelele.
Légende Après la récolte des arachides, le plantain entre en compétition avec le manioc. À l'avant-plan, du macabo et de la canne à sucre.
URL http://civilisations.revues.org/docannexe/image/1611/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre 5 : Un endroit riche en cendres.
Légende Les débris provenant du nettoyage du champ sont entassés et brûlés. Cet endroit sera utilisé pour le semi de plantes exigentes, tels que tabac, amarante et tomate cerise. A côté du brûlis on trouve le manioc, les arachides et les maïs qui constituent la matrice dominante du champ.
URL http://civilisations.revues.org/docannexe/image/1611/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre 6 : Sarclage des arachides.
Légende Les femmes travaillent ensemble dans le champ de l'une d'entre elles. Ce champ est établi sur de l'ébour latjetje.
URL http://civilisations.revues.org/docannexe/image/1611/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre 7 : Champ de concombres.
Légende Le Cucumeropsis mannii est très vigoureux, il grimpe sur la végétation abattue. On le récoltera en janvier.
URL http://civilisations.revues.org/docannexe/image/1611/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre 8 : Concombres presque mûrs.
Légende La plante a perdu son feuillage, certains fruits sont endommagés par les rongeurs.
URL http://civilisations.revues.org/docannexe/image/1611/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre 9 : Récolte des arachides.
Légende Les arachides sèchent sur des étagères et des souches d'arbres à l'abri des rongeurs.
URL http://civilisations.revues.org/docannexe/image/1611/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre 10 : Barrière autour du cacao.
Légende Pour limiter les dégâts occasionnés par les chimpanzés et les sitatungas. ce planteur construit une barrière haute de 1,80 m. Il placera des pièges dans les ouvertures.
URL http://civilisations.revues.org/docannexe/image/1611/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre 11 : Athérure pris au piège.
Légende Ce rongeur (Alberurus africanus), de la famille des porcs-épics (Hystricidae), est un déprédateur du manioc et du cacao. Sa chair comestible est très appréciée.
URL http://civilisations.revues.org/docannexe/image/1611/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Les principaux prédateurs
Légende Autres : Les éléphants mangent le cacao et les bananes mais ils n'étaient pas un problème au cours de l'étude. le céphalophe à bande dorsale noir (Cephalophus dorsalis) est accusé de manger les cherelles de cacao, le néotrague de Bates (Neotragus batesi) broute les feuilles d'arachides et les cherelles de cacao. La mangouste à pattes noires (Crossarchus obscurus) est accusée de manger les arachides dans les champs.
URL http://civilisations.revues.org/docannexe/image/1611/img-13.png
Fichier image/png, 315k
Titre 12 : Maïs victime de rongeurs.
Légende L'aulacode (Thryonomys swinderianus) est probablement l'auteur de ces dégâts.
URL http://civilisations.revues.org/docannexe/image/1611/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre 13 : Panké autour d'un champ.
Légende Cette barrière est faite avec des feuilles de palmier. Des pièges sont placés dans les ouvertures pour attraper des rongeurs et des reptiles (varans et serpents).
URL http://civilisations.revues.org/docannexe/image/1611/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Légende Levier : maintenu courte, il se redresse quand le piège se déclenche et tenue la boucle du collet.Déclencheur : quand l'animal le touche, le piège se déclenche (équilibre instable).Dent : coincée entre le levier et le nkarba. elle garde le levier en place, à deux centimètres du sol.Nkaba : il garde l'animal attrapé au sol. il doit être enfoncé profondément dans le sol.Porte : l'animal doit passer par ici.Collet : il ensert le mu. Il peut même attraper des mille-pattes !Raphia : il doit être lisséBâtons derrière : pour la stabilité verticale de la barrière.Bâtons devant : peu espacés pour empêcher les animaux de traverser la barrière.
URL http://civilisations.revues.org/docannexe/image/1611/img-16.png
Fichier image/png, 376k
Légende Petite liane : barre le chemin à l’animal ; touché par celui-ci, elle déclenche le piège.Déclencheur : maintenu par la dent, il est en équilibre instable.Dent : elle retient le levier.Pont : les singes préfèrent passer sur un pont que sur le sol.Collet : nœud coulant, en connexion avec le câble entre la dent et le scionLevier : libéré par le déclenchement du piège, il se redresse brusquement et renferme le collet.
URL http://civilisations.revues.org/docannexe/image/1611/img-17.png
Fichier image/png, 509k
Titre 14 : Fabrication du piège « pont ».
Légende Efficace contre le singe moustac (Cercopilhecus cephus). il protège les cacaoyères et les bananeraies.
URL http://civilisations.revues.org/docannexe/image/1611/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Titre 15 : Clôture de bois autour d'un champ d'arachides.
Légende Le bois abattu dans la parcelle est érigé en clôture autour du champ pour former une barrière protectrice contre les déprédateurs.
URL http://civilisations.revues.org/docannexe/image/1611/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 129k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pauwel de Wachter, « Économie et impact de l'agriculture itinérante Badjoué [sud-Cameroun] », Civilisations, 44 | 1997, 62-93.

Référence électronique

Pauwel de Wachter, « Économie et impact de l'agriculture itinérante Badjoué [sud-Cameroun] », Civilisations [En ligne], 44 | 1997, mis en ligne le 29 juin 2009, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://civilisations.revues.org/1611 ; DOI : 10.4000/civilisations.1611

Haut de page

Auteur

Pauwel de Wachter

Agronome tropical, licencié de la KUL, Belgique ; son mémoire de fin d'études porte sur les techniques agricoles des essarteurs Badjoué du sud Cameroun ; a réalisé plusieurs expertises sur des questions d'environnement et de conservation dans la Réserve de Faune du Dja, au Cameroun.

Haut de page

Droits d’auteur

© Tous droits réservés

Haut de page